dimanche 22 novembre 2009

Le Figuier de Saint-Esprit - 06 600 Antibes




Ravissement et séduction

Perché sur les remparts d’Antibes, ce haut lieu de la gastronomie Azuréenne n’usurpe incontestablement pas à la renommée de son chef, Christian Morisset, un personnage haut en couleur, reconnaissable entre tous par ses moustaches et son sens inné de l’art culinaire. Aujourd’hui, nous sommes invités à nous asseoir là, sous la véranda du patio, à l’ombre du figuier. Face à nous, une table impeccablement dressée. Assiettes en forme d’éventail ou d’oursin, orchidée en soie et couverts en argent, titillent nos papilles. Et, lorsque commence la farandole des plats, c’est un ravissement pour les yeux. Le foie gras de canard maison est idéalement préparé et servi avec sa purée de coing, et sa gelée au raisin. La noix de Saint-Jacques sur julienne d’endive est parfaite ! Quant à la poitrine de pigeonneau fermier émincée et rosée, et sa cuisse confite, c’est une découverte dont on ne se « lasse pas ». Vient le pavé de contre-filet Simenthal bleu rôti et tranché, et ses cannellonis d’aubergine. Servi à part, des ravioles de cèpes au jus de viande et leurs champignons noirs (une « mode » en ce moment), goûteux, certes, mais un peu trop « asiatique » à mon goût ! Le foie gras poêlé de canard des Landes est moelleux, fort juste en cuisson et irréprochable avec son millefeuille de betterave, céleri et pomme fruit « arrosé » d’une réduction de porto. Le filet de Saint-Pierre sur risotto aux trompettes de la mort est si subtilement élaboré qu’il n’est point besoin d’en faire l’éloge ! Le service est assez bien réglé mais manque parfois de professionnalisme ou d’attention, c’est selon. Seul le sommelier nous est apparu réellement compétent. Un pré-dessert, histoire de « préparer » le palais, nous est proposé, en fait une mini crème brûlé à la lavande. Le moelleux au chocolat-guanaja chaud est (quasi) divin avec son ananas confit et rôti à la badiane et son parfait au fruit de la passion, il friserait (presque) l’excellence. La pomme et le coing rôtie au four en robe de Cydon est hyper engageante escortée de son croustillant de coing à la vanille, de sa gelée et de sa glace au caramel beurre salé. Quant au duo de poire en cannelloni sur sa feuillantine chocolatée au sorbet cassis, émincé caramélisé sur sa crème au réglisse et sa gaufre légère, certes, sapide, il ne nous a pas autant séduit que ses deux prédécesseurs. On en deviendrait presque capricieux !
Fermé le mardi, le lundi et le mercredi au déjeuner.

Le Figuier de Saint-Esprit
14, rue Saint-Esprit – 06 600 Antibes – Tel : 04 93 34 50 12

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire