lundi 23 novembre 2009

Le Parcours - 06 950 Falicon







Délicieux et magique

Il ne vous suffit que de quelques 15 à 20 minutes pour accéder, via Cimiez, au petit village de Falicon, et de quelques secondes pour vous garer sur le parking situé juste à l’entrée de cet univers « hors du temps »… Le silence, rien que le silence, et un air pur que l’on a presque oublié tant il est vrai qu’en « bas », à Nice, c’est l’autre bout du monde ! L’accueil est délicieux, sans être ostentatoire, et vous vous retrouvez là assis à votre table face à un panorama superbe, si ce n’est féerique ! L’atmosphère est zen à souhait, ni trop, ni trop peu, dans les tons marrons et gris clairs. Une petite verrine nous est proposée pour patienter et passer commande, en fait un succulent petit bavarois d’asperge, crème de tomates piments roquette et crevette rose à cheval. Séduisant, certes, mais n’aurait-il pas été judicieux de faire l’inverse ? Le mérite eut été que le bavarois d’asperge fusse un peu moins « perdu » dans sa crème de tomate. Mais cela est affaire de goût, essentiellement ! En entrée nous optons pour une crème flambée de foie gras sur un chutney pêche-abricot qui laisse « rêveur », tant il est vrai que l’on est pas vraiment habitué à le voir « abordé » de la sorte mais qu’il n’y a rien à en redire sauf que c’est savoureux et délicat en bouche très apparenté, en consistance, à une crème brûlée dessert. La queue de homard rôtie, tartare de pinces au citron « sphérifiquée » et gingembre confit, carpaccio de tomates au shiso, rien que pour le plaisir des yeux et du palais, vous laisse une sensation inoubliable. La Saint-Jacques, quant à elle, simplement rôtie sur un naturel croquant d’artichauts violets et champignons agrémenté de truffes blanches émincées, pistou de riquette, « explose littéralement en bouche » ! Mais comme il ne faut pas s’arrêter en si bon « parcours », l’agneau rosé et tranché, petits cèpes et girolles en verrine, pommes dauphines et figues rôties, salade d’herbe fraîches, vous séduira à coup sur, tout comme le filet de bœuf « bleu à cœur », servi avec son petit travers de porc, sa mousse de champignons, sa mini courgette, son aubergine grillée, son artichaut barigoule et son « écume » de pomme de terres aux truffes en verrine. Humm, j’en ai encore, aujourd’hui, des frissons dans la nuque ! L’assiette du fromager, rien que pour la gourmandise, avec un chèvre fermier aux truffes et ceccina de Léon mariné à l’huile d’olive, cressonnette aux cèpes de vinaigre d’échalotes, c’est le calme ( relatif) qui « précède » la « tempête » des douceurs… La verrine de framboise au jasmin, crumble pistache, velouté de chocolat blanc, onctueux à souhait, ravive des souvenirs d’enfance et fait, immanquablement, penser au tube de lait Nestlé que nous sirotions en classe. Il vous faudra, cependant, casser, pour ce faire, le croquant de chocolat blanc en haut de la verrine ! Inventif et astucieux ! Le soufflé chocolat minute et glace à la figue ne déçoit pas et, bien au contraire, vous rendrait (presque) « accro » ! La sélection de glace maison, fruits de la passion, ananas et lychee est sans faille.
Gageons que vous suivrez notre « parcours » culinaire jusqu’à ce jeune chef prometteur qu’est Frédéric Gallond, le nouveau maître des lieux.
Menu dégustation à 70 € + carte

Le Parcours - Live restaurant - 1, Place Marcel Eusebi - 06 950 Falicon - Tel : 04 93 84 94 57

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire