samedi 5 décembre 2009

Sarao - 06 000 Nice





Il fleure bon la terre Ibérique

Le nouvel espace culinaire de Cristina Garcia et son mari fleure bon la terre d’origine de Don Quichotte. Murs en bois cérusé blanc, « paillotte » en bois blond et musique Jazzy confèrent à ce lieu décontracté une ambiance feutrée assez séduisante. L’accueil est courtois, si ce n’est prévenant. On regrettera seulement que le serveur soit trop « speeed » au point d’omettre certains « éléments » commandés et de ne pas même les avoir notés ! Rien de très grave au demeurant, mais suffisamment agaçant pour être notifié, d’autant qu’il a été incapable de nous avertir, lors de la commande, que les trois entrées commandées étaient de même nature si ce n’est (quasiment) identiques ! Dommage ! Le pata Negra est, certes, généreusement servi, mais bien qu’il soit goûteux, m’apparaît, excusez du peu, quelque peu « aride ». Il manque de souplesse et de cet arôme inimitable de noisette, si cher à notre palais. La charcuterie Ibérique est bien représentée notamment lomo et chorizo, et accompagnée de fromage Manchego finement tranché. Un point négatif s’« insinue » ici avec un laps de temps beaucoup trop long entre l’entrée et le plat qui doit suivre. La pièce de Charolais taillée dans le filet bleu comme souhaité, avec ses morilles, son millefeuille de légumes au parmesan, et sa purée est une belle réussite, tant dans la préparation que dans la présentation. L’arrière goût de lait dans la purée surprend mais charme. Quant au millefeuille de légumes, il aurait mérité un peu moins d’oignon à mon goût ! Le tartare de bœuf est, quant à lui, impeccablement assaisonné avec ses frites longues et larges dorées à cœur. Les desserts vont, malheureusement, « marquer un léger pas en arrière » avec un pain perdu aux quetsches (pas vraiment adaptées), car il n’y aurait plus eu de pruneaux ! Regrettable, car c’est l’un de mes desserts préférés, si séduisant lorsqu’il est conçu dans la (stricte) simplicité, mais également dans la générosité ! Le fondant au chocolat, par contre, est tout en justesse, tant dans sa consistance que dans sa cuisson. Le florilège des douceurs est très « attachant » avec sa petite crème brûlée, son petit fondant et sa glace fraise. A tester indiscutablement tout en sachant que les petites erreurs ne sont pas rédhibitoires !

Sarao
7, promenade des Anglais – 06 000 Nice – Tel : 04 92 00 50 90 www.sarao-restaurant.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire