jeudi 23 septembre 2010

Bistrot des Alpilles - Saint-Rémy-de-Provence

Allez, soyons audacieux !

Le bistrot, objet de notre « préoccupation » du jour, est (presque) devenu une institution sur Saint-Rémy, compte tenu d’un positionnement « stratégique » de premier plan face à l’entrée du village au côté de la fontaine restaurée. Le lieu, pour une « brasserie-chic », fait dans le bon goût et le soigné. Servis en terrasse, nous le serons ! Confortablement assis, pas vraiment compte tenu de la (relative) rigueur des banquettes ! Dans le courant d’air, certainement, mais ce ne sera pas trop gênant compte tenu de la température (environs 30 °) du moment. L’accueil est (gentiment) affable et le directeur, Eddy, toujours souriant, se révélera un charmant « conseiller » en matière de mets, vins et autres champagnes, sauf pour « son » Duval-Leroy qui s’avèrera (assez) « agressif » en bouche ! Question Rosé, c’est un Domaine Tempier-Bandol-2009, assez fruité, un poil sec et légèrement pétillant qu’il nous recommandera. Il a de la « verdure » dans l’âme ! La brochette de Saint-Jacques est idéalement saisie, ni trop ni trop peu, mais le jus aux piquillos « décoiffe » sacrément ! Personnellement, j’aurais envisagé que le citron soit mis en exergue et non en « accessoire » ! Les nems crevettes et daurade rose, sauce chili douce et menthe fraîche, dévoileront un net penchant pour les « ceuces » à la crevette. L’agneau des Alpilles « réservera » une saveur bien spécifique mais pas désagréable ! Mais la cuisson m’apparaîtra un poil « excessive » d’autant que je l’avais requis (bien, bien) rosé. La (mini) côte de taureau (j’avoue avoir eu du mal à envisager un taureau avec des côtes aussi réduites !) se montrera, cependant, séduisante et goûteuse avec ses frites (maison ?) un peu trop saisies. Le tartare de taureau (sans câpres, ni oignons à notre demande) se répandra dans la douceur, malgré les cornichons que nous n’aurions pas franchement souhaités. Maintenant, pour les desserts, le choix se sera révélé quasi cornélien (quoique) ! Allez, soyons audacieux ! Prenons de gros, et grands « risques » ! Le baba au rhum et chantilly ne mérite pas d’être « affublé » de ces fruits frais (raisins, pomme et orange), il se suffisait amplement à lui-même ! Pourquoi l’avoir maltraité de la sorte ? La mousse au chocolat noir sera vaporeuse, légère et convaincante ! Le tiramisu, généreux en diable n’est pas le plus « effacé ». Il se tient parfaitement ! Le crumble fait dans la subtilité et se « révèle » en tiédeur ! Quant à l’opéra, nul besoin d’une crème Anglaise « industrielle » ni même de ces griottes en verrines ! Le Paris-brest deviendra, en fin de compte, notre préféré, dés la première cuillérée, malgré une pâte un poil trop cuite. Nonobstant ces quelques « détails » (non négligeables) le repas nous aura laissé une belle impression de « soigné » avec, toutefois, un bémol pour le chef qui devrait rectifier le « tir », la routine le guettant indéniablement au coin de son « piano » !

Bistrot des Alpilles
15, boulevard Mirabeau- 13 210 Saint-Rémy de Provence- Tél. : 04 90 92 09 17
www.lebistrotdesalpilles.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire