mardi 7 septembre 2010

La Sommellerie - 84 230 Châteauneuf du Pape


Tout en finesse …

C’est en cherchant un hôtel sur le secteur de Châteauneuf-du-Pape qu’après un simple coup de fil nous annonçant que l’établissement était complet durant le week-end pour cause de mariage, que la curiosité nous poussât à le « rencontrer ». Passé le village, il nous aura fallu parcourir quelques quatre kilomètres pour nous y rendre et pénétrer en une délicieuse auberge « perdue » en pleine nature. L’accueil de Patrick Morizet, et de son collaborateur, se révèlera affable, mais sans excès aucun. Le hall ne fait pas dans la grandiloquence. Sobre il est, sobre il restera ! Par contre, changement de décor dès que vous franchissez la cheminée et aboutissez sur la terrasse. Un calme « olympien » y règne, celui que l’on aimerait à « croiser » plus souvent (hormis les quelques voitures ou camions qui passent de temps à autres sur la route toute proche). Un clapotis du à l’eau de la fontaine se déversant dans la piscine calmerait tous les stressés ! Nous voici, de la sorte, prêt à toutes les audaces culinaires ! Côté choix, notre instinct nous orientera sur le parcours de la « collection gourmande ». En « Préludes », nous aurons optés pour des scampis poêlés au piment d’Espelette mariné, guacamole d’avocat et cœur de salade à l’huile de curry (276 calories). Tout en finesse et légèreté, les scampis sont excellemment saisis et le guacamole s’en accommodera assez bien, « sublimé », notamment, par un soupçon de piment d’Espelette savamment dosé. Le duo de foie gras confit et mariné au Beaumes-de-Venise, chutney aux fruits de saison et Rasteau doux, révèlera un foie parfaitement saisie, légèrement croquant et idéalement aromatisé. Celui au naturel, outre d’être généreux, se voit proposé à bonne température, et d’une texture fort séduisante en bouche. Les noix de Saint-Jacques rôties, leur risotto truffé en assiette creuse, n’auront aucun défaut à « déclarer ». Risotto parfait, cuisson des noix idoine et truffe d’été en émincé en arôme sublimant.
Le quasi de veau gratiné au parmesan, asperges et pomme d’amour, jus corsé aux truffes, ravira les plus exigeants épicuriens. Rien que pour le plaisir des yeux, le chef, Sébastien Félix, fait dans le « théâtral » efficace. Il n’est que de « suivre » ses prestations pour s’en convaincre ! Le duo d’agneau, l’épaule confite six heures en surprise d’aubergine, le carré rôti du moment, et jus aux senteurs de thym, s’annonce finement et subtilement. L’épaule en « crépinette » d’aubergine dévoile un aspect goûteux quasiment « rustique » qui ne laisse pas, loin s’en faut, indifférent. Le rôti quoique aguichant s’avèrera un poil trop saisi avec, par conséquence, un arôme beaucoup trop absent. Le Châteauneuf-du-Pape-Mont-Redon 2005, suggéré par Vincent Bremond, le chef sommelier, s’alliera judicieusement aux mets concoctés. Question gourmandises, allez j’invoquerais mon joker ! La rencontre macaron aux pistaches et griottines à l’eau de vie n’opposera aucune résistance à nos « attaques » gustatives (en trois ou quatre cuillérées seulement), le fondant tiède au chocolat guayaquil (en deux spécimen), glace vanille (artisanale de chez Castelain) séduira les plus exigeants gourmets. Quant aux œufs en neige (en mémoire de sa grand-mère), aux pralines roses et fruits rouges, on leurs reprochera (allez soyons sourcilleux !) un relatif minimalisme des blancs en neige avec, toutefois, ce côté positif de la crème Anglaise, certes pas « exubérante », mais, cependant, fort honorable, malgré une présence beaucoup trop « appuyée » des fruits rouges ayant une détestable tendance à la dénaturer ! Le café s’avèrera excellent, on regrettera seulement qu’il n’y en ait eu, pour ce faire, une carte ! Quant au petit verre de vieux Marc de Châteauneuf, pourquoi pas ! Sachez que sur simple commande, pour deux personnes minimum, la bouillabaisse de Sébastien, servie en deux temps, la soupe de roche, la rouille et ses croutons, puis les poissons en filets sur lit de pommes de terre safranées dans leur « bouille », il vous faudra compter, pour la déguster, un délai de 24 heures chrono…


La Sommellerie Hôtel *** Restaurant
Route de Roquemaure-D17- 84 230 Châteauneuf-du-Pape
Tél. : 33 (0)4 90 83 50 00 / Fax. : 33 (0)4 90 83 51 85
www.la-sommellerie.fr / E-mail : la-sommellerie@wanadoo.fr

1 commentaire:

  1. je confirme tres bon chef qui a mon avis est en devenir, mais malheureusement on n'en parle pas assez pour le moment...

    RépondreSupprimer