mardi 5 octobre 2010

Le Cochon Bleu - 84 000 Avignon

A suivre de prêt

C'est un petit « lieu » très hétéroclite auquel nous avons rendus une visite courtoise aujourd'hui, un lieu convivial d'à peine une (petite) trentaine de places, mais quelle ambiance, quel accueil! Du genre que l'on aimerait à rencontrer beaucoup plus souvent ce qui, à Avignon, ferait (relativement) défaut! Ici, le décor, fait « comme » au théâtre, il change régulièrement. Ce jour, nous aurons choisi ce petit box, façon brasserie avec sa vitre opaque, face à ce panneau en bois issu d'une maison bourgeoise. Tout est « récupéré », tout est réadapté pour donner cet « alliage » très « personnalisé »!
Côté cuisine, nous avons choisis la carte des spécialités. Allez, ce sera un crumble de pommes au foie gras poêlé, une assiette d'escargots de Bourgogne façon maître d'hôtel (une douzaine, des gros de Lyons !) et une salade de gros raviolis à la truffe d'Italie. Si le foie gras, excellemment saisi, « surplombe » la compotée (en dés) de pommes non sans une certaine majesté, la douzaine d'escargots fait dans le « grandissime » et la succulence ! Le produit est idéalement sélectionné, et originaire de Lyon, c'est tout dire (référence à Georges de Lyons)! La salade de (gros) raviolis à la truffe fera, quant à elle, dans la belle générosité!
 Fins et exquis, ils seront! Le filet de veau s'encanaille d'un feuilleté et d'une sauce au marsala. Il lui manquera simplement une cuisson un poil plus rosée! Le magret de canard rôti entier au miel de Romarin frisera la (quasi) perfection avec un produit sans reproches aucuns et une cuisson idoine. La cassolette de Saint-Jacques à la créole, riz safrané avait des arguments incontestables mais, pour ce qui me concerne, n’aura pas la « classe » gustative de ses prédécesseurs. Avec un Château d’Hugues-Côtes du Rhône-2000 nous serons dans la bonne mesure. Nous n'aurons pu terminer ce « test » sans l'aspect douceurs. Vous en conviendrez aisément! C'est la raison pour laquelle (ou tout du moins l'une des raisons) nous succomberons au délire de Raphaël, un moelleux chaud au chocolat en cocotte, surmonté de sa boule de glace vanille. Impeccable! Le Chopito glacé, un soufflé glacé à la Vodka, certes glacé, mais manquant, sérieusement, de ce côté alcoolisé et saisissant propre à la Vodka! La crème brûlée à la vanille ne fera pas exception et se révèlera bien « sous tous rapports »! Le nougat glacé n'aura, quant à lui, rien de révolutionnaire d'autant que le mélange coulis de fruit rouges et caramel beurre salé, à mon humble avis, ne sera pas de nature à  « scotcher » nos papilles! Une adresse à retenir, cependant, et à suivre de (très, très) prés !
Ouvert du mardi au dimanche.

Le Cochon Bleu
9, rue d'Annanelle – 84 000 Avignon – Tél.: 04 90 82 95 10 /   www.lecochonbleu.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire