dimanche 18 mars 2012

Auberge de la Madone - 06 440 Peillon Village


Que demander de plus ?

La « grimpette » vers Peillon nous aura, du centre de Nice, par la pénétrante, à peine demandé une (toute) petite demi-heure. Un large parking, quelques marches à descendre, la terrasse pour les beaux jour (mais, avec 10° pas question de la dresser !), et puis, outre les deux gros matous du village en train de se toiletter, l'introduction dans cette bâtisse datant de 1946, et l'accueil fort aimable du sommelier, et du maître d'hôtel, tout cela fera référence ! Pourtant, rien d'ostentatoire ni de grandiloquent dans ce lieu, mais une bonhommie agreste et chaleureuse ! La table ronde, au fond à gauche, nous conviendra parfaitement, face à la cheminée crépitante ! Y a pas à dire, ce côté authentique, si ce n'est sincère, lui confèrera un charme naturel, peut-être bien, dirons certains, suranné, mais, en tout cas attachant ! Le velouté de potiron en verrine, et la crème brûlée au foie gras, les amuse-bouches, engendreront le respect ! Quelle légèreté, quelle finesse ! La tranche de foie gras maison, en marbré, s'imposera tout en suavité ! Le feuilleté de blettes et herbes fines, escalope de foie gras poêlé, jus de veau et chanterelles, frisera l'excellence ! 
Humble et généreux, il s'affichera ! La petite pêche inattendue, préparée selon l'envie, ce jour-là un loup, idéalement concocté par Christian Millo et Thomas, père et fils (les dignes héritiers d'une lignée de chefs remontant à 1890), sur risotto et lit de chanterelles, le tout à la Bassecour, et une dinde finement tranchée, en farce fine, châtaignes, jus d'airelles, et pommes de terre mousseline, « génialissime », s'identifieront en toute sérénité, et dextérité ! Quant à la noix d'entrecôte de Chalosse (dans les Landes), sur lit de cèpes, nous ne regretterons pas la confiance accordée à Christian Millo ! Quant aux douceurs, la clé de voûte d'une dualité de chefs « œuvrant » en totale osmose, nous demeurerons interloqués par un savoir-faire, que dis-je une virtuosité bluffante ! Le crumble de pommes, sa pluie de sablé et, le dôme chocolat, vanille de Madagascar, sabayon, chocolat incorporé, praline craquant, et génoise, son sorbet cacao, s'inscriront dans le registre des « hauts faits » pâtissiers, ceux que l'on respecte dés le premier coup d'œil, et la première cuillerée !
Menus Saveurs Peillonnaises à 52 €, La Madone à 62 €. Formule midi et soir « autour d'un plat »
30 € (verre de vin offert le midi).
Fermé le mercredi.

Auberge de la Madone *
3, place Auguste-Arnulf
06 440 Peillon village
Tél.: +33 (0)4 93 79 91 17

Note : 14,5/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire