samedi 19 mai 2012

La Terrasse Mirabeau - 75 016 Paris


Une posture décomplexée !

Le voiturier qui garera votre Mercedes, ou votre Smart, ne sera pas « le » seul critère dominant, du lieu, mais cela procédera, certainement, à une « aisance » des plus appréciable, surtout dans le quartier, vers 12h30-13h ! La terrasse à peine franchie, une double porte dont une électronique (façon sasse), et le maître d'hôtel de nous recevoir, et orienter, vers une table en bord de baie vitrée avec vue sur la terrasse. Déco soft, paravents Indonésiens, toiles de Inger Birn, banquettes et chaises de simili mastic ou rouge, travers de table immaculés, photos du chef « enjoué », le tout en une ambiance feutrée, « moelleuse » même ! Côté carte on s'inscrira dans l'élégance, et Pierre Negrevergne, le chef et maître de maison, un ancien de chez Rostang (au bistrot d'à côté), d'afficher une posture parfaitement « décomplexée », et de vous annoncer une particularité, l'élaboration d'un vin avec trois cuvées (n°1, n°2, et n°3) conçues, pour son restaurant, en exclusivité. 
Les asperges blanches, « Reine de Sologne », cuites minute, mousseline aux agrumes (oh la mousseline, à damner un saint !), son pâté en croûte maison, au canard, au veau, et au foie gras du Périgord, une recette jalousement gardée secrète, et son foie gras de canard du Périgord en terrine à la Cazette, gelée de « Vendange tardive », sorbet maison pomme Granny Smith, poivre maniguette, et brioche toastée, bouleverseront toutes les convictions en la matière, d'autant plus que nous ne seront pas ici vraiment chez un étoilé « intronisé » par le Guide Rouge ! Messieurs, auriez-vous quelques absences ? 
Il s'agirait de vous bien ressaisir ! La cocotte de ris de veau français à la crème, et pommes de terre de chez Jean-Pierre Clot, le quasi de veau français, et morilles, crème aux morilles, et gratin Dauphinois, et la sole de petit bateau de Bretagne, meunière, purée à l'huile du Château d'Estoublon, confirmeront que Pierre Negrevergne, bien qu'affublé de quatre fourchettes au fameux guide, ne saurait se reposer sur ses lauriers, et, au contraire, poursuivrait une perpétuelle quête de perfection ! Autre aspect (très) symptomatique, son don pâtissier ! Avec un soufflé chaud caramel au beurre salé maison d'anthologie (à commander en début de repas, comme les deux suivants), un Paris-Brest cuit minute, sauce caramel à la Cazette (l'un des plus divin qui se soit donné d'être depuis Nice, chez un certain « Viviers »), un millefeuille crème légère à la vanille Bourbon, glace maison au caramel beurre salé, tout en tradition et discrétion, et une tarte sablée au citron meringuée, sorbet maison au agrumes, je puis être certain que, de ses « élaborations », vous ne pourrez plus vous passer !
Formule au déjeuner et au dîner à 27 et 38 €. Menu au déjeuner et au dîner à 49 ou 67 € (tout compris). Menu carte au déjeuner et au dîner à 85 €.
Entrées de 14 à 22 €. Plats de 21 à 41 €. Fromages à 14 €. Desserts à 14 €.
Ouvert du lundi au vendredi. Service voiturier.

Restaurant La Terrasse Mirabeau
5, place de Barcelone
75 016 Paris
Tél.: 01 42 24 41 51
Création de vins sur mesure : www.winebychef.com / contact@winebychef.com

Note : 15,5/20


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire