dimanche 17 juin 2012

Giulio Rebellato - 75 116 Paris


Sans forfanterie aucune !

Je vous révélais, il y a à peine une semaine, la « version » pizzeria de la maison Rebellato, et ce ne sera pas trahir un secret que d'évoquer l'enthousiasme qui était le nôtre ! Aujourd'hui, c'est l'autre « version », la gastro, vous savez celle qui aura reçu la visite de Carla et Nicolas, peu avant le 15 Mai (je vous en parlais côté pizza) ! Déco, certes, un peu kitch (nous on adore !), concoctée par Jacques Garcia en personne (encore un autre habitué des lieux), tissus chocolatés, et boiseries de partout, chaises de velours vieux rose, nappes (presque) assorties, et les incontournables photos du patron (disparu depuis) avec Johnny, ou Olivier, son fils, avec Nicolas Sarkozy, pour son 56e anniversaire ! Notre « périple » gustatif ne lui donnera franchement pas tort ! Le maître d'hôtel, Nando, Italien d'apparence, et de conviction, mais Portugais de « naissance », petite barbichette fluette (la Royale, reconnaissable d'entrée de jeu), nous engagera sur un capriccio de mozzarella con pomodoro, une « simple » tomate, sa mozza di Boccoccini, calamari al sallo, servis encore fumants, des antipasto della casa, brocolis, poivrons, aubergines, et courgettes grillées, mozza, et bresaolla, qui feront beaucoup mieux que d'« exister », là, dans notre assiette, au point d'« exploser » littéralement en saveurs, et faveurs ! 
Le risotto rucola e scampi, onctueux, mais pas irrévérencieux, tout en superlatif, le ravioli farciti di ricotta espinaci con salsa al pomodoro e basilico, débordant d'amour, et de respectabilité, et le carpaccio de bœuf alla veneziana, tout en naturel, ses copeaux de parmesan, mettront en exergue des dons ignorés par certains, mais prisés par d'autres, ceux de José Marqués, un chef discret, sans forfanterie aucune. L'instant bluffant, celui auquel on ne pourra résister, pas même en bloquant les pieds en avant, les dolci, trois spécimen des sus-dit nommés, « le » tiramisu (Ouaaah, quel modèle), zabaglione, un sabayon, « monté » au fouet (on l'entendra de la salle, c'est un signe révélateur), en verrine, d'une douceur angélique, et la pannacotta (toute fraîche de la fin de la matinée) encore tiède, divine à souhait, tout cela nous prendra aux tripes, par les sentiments, sans aucun ménagement !
Antipasti de 16 à 22 €. Risotti de 26 à 36 €. Pasta de 16 à 24 €. Pesca de 32 à 39 €. Carni de 26 à
28 €. Fromaggi de 10 à 12 €. Dolci de 9 à 12 €.
Ouvert tout l'été, mais fermé dimanche et lundi.

Giulio Rebellato
136, rue de la Pompe
75 116 Paris
Tél.: 01 47 27 50 26

Note : 14,5 /20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire