jeudi 14 juin 2012

Hôtel de Crillon ***** - 75 008 Paris


Réservé aux seuls ambassadeurs ?

Si l'on se réfère à la « grande » histoire, celle du XVIIIe siècle, et à un architecte de génie, Jacques Ange Gabriel, l'équation ne pouvait donner qu'un chef d'œuvre, là, sur la place du roi Louis XV (devenue en 1792, la fameuse place de la Concorde), un majestueux hôtel particulier, un hôtel réservé aux ambassadeurs « extraordinaires », propriété des comtes de Crillon, qui aura vu se marier feu le Roi Louis XVI, et Marie-Antoinette ! 1909 sonnera finalement le changement de cap radical d'un destin hors du commun ! Devenu Palace, il le restera, et avec quel succès, mais surtout quelle noblesse ! Le roi Juan Carlos, l'Empereur Hiro Hito, et l'Empereur d'Iran ne s'y seront pas trompés. Pourtant, on ne pourra pas dire que l'entrée du lieu fera dans la grandiloquence, à tel point que nous la confondrons, presque, erreur très rapidement rectifiée, avec celle de l'automobile club voisin, c'est tout dire ! Petit épisode cocasse qui n'aurait rien gâché, sauf à ce qu'à peine franchi la porte pivotante, et arrivé au check'in, comme ils disent, un jeune « préposé » à la remise des clés, et à la signature, se soit senti obligé de faire un excès de zèle, au demeurant assez déplacé. Il faudra toute l'affabilité de Mylène, sa chef de réception, pour « requinquer » une arrivée passablement « endommagée ». Ne serait-ce que pour la gentillesse de tout le reste du personnel, bagagiste, portier, ou même concierge, j'éviterai de donner là un avis on ne peut plus incisif sur des gens qui n'auraient absolument rien à faire en un lieu hors du temps, un lieu d'exception ! Parcourir le hall, un poil suranné il est vrai, de marbre saumoné, tout en harmonie de dorures, de staffs, et de stucs, se glisser dans l'ascenseur direction le premier niveau, et, après quelques pérégrinations par deux ou trois couloirs, aboutir à l'objet de notre curiosité, la suite 134 et 136, une suite tout à la fois humble et pompeuse, s'avérera un délicieux instant de révélation ! Moquette rubis, tapis Iranien, tentures vert olive, lustres à pampilles, commodes Boule, et bouquet d'orchidées, le décorum de la « partie » salon s'inscrira, donc, dans la sobriété, mais pas dans l'excentricité. L'espace sommeil affichera, quasiment à l'identique, son changement de « statut », et d'arborer un modèle de literie on ne peut plus généreux (des « jumeaux », à l'ancienne) auquel on ne pourra, certainement, pas reprocher la moindre « pingrerie » côté confort ! Petite attention de la direction, un thé des Amours, une bougie parfumée signée « Hôtel de Crillon », et un coffret Carita de crèmes, et autres produits de soins. Même les kleenex arboreront la griffe du lieu, dorée à chaud, sur fond parchemin. L'aspect technologique ne sera pas de reste, et l'on n'aura pas omis les (inévitables ?), et indispensables écrans plats, la station i.pod, une connexion internet sur l'écran plat de quoi satisfaire les irréductibles « accrocs » de « nouvelles technologies ». Ceci dit, le lieu se suffisant à lui-même, c'est, essentiellement, de son histoire qu'il tirera ce charme si singulier qui fera de lui, à en croire nos infos, le premier hôtel de France, ce qui n'est pas rien ! L'aspect aisances, bains et douches, dévoilera un modèle du genre, (hyper) soigné, plan de marbre à double vasques, cabine de douche (hyper) isolée, peignoirs, mules au motif du Crillon (qu'inévitablement le client emportera, histoire de se souvenir un peu, beaucoup, passionnément), et puis, toute une batterie de crèmes pour le corps, de gel pour le bain, shampoing, baume, après shampoing, et savonnettes de chez Annick Goutal, ainsi qu'un nécessaire pour rasage, mini bombe de crème à raser Avène incluse. Comme diront ma femme, et mon fils, pourtant rompus à l'« exercice », le petit déj' sera « canon » ! Sur guéridon servi il sera, panière de viennoiseries impeccables, beurres d'Echiré, thés Betjeman & Barton, café maison, confitures « Hôtel de Crillon », et jus d'orange fraîchement pressé, rien n'y manquera. Un modèle de simplicité, d'efficacité, et de générosité fort apprécié ! Quant vous saurez que tout cela « cessera » d'ici au mois de Novembre 2012, pour cause de (très) grands travaux, durant deux années au moins, vous ne pourrez peut-être pas (quoique) y réserver une suite, mais, au moins, venir « céder » à la tentation d'un chariot de pâtisseries d'anthologie, charmes du jardin d'hiver compris !
Tarif de la Suite supérieure 134-136 : 1.800 €. Petit déj' continental 38 €/pers. Garage fermé

Hôtel de Crillon *****
The Leading Hotels
10, place de la Concorde
75 008 Paris
Tél.: +33 (0)1 44 71 15 00 / Fax.: +33 (0)1 4 71 15 02

Note : 16,5/20

Photos : (c) Eric Cuivillier



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire