samedi 30 juin 2012

Restaurant Prunier - 75 016 Paris


Perpétuer la vocation

Les années folles seront finalement à l'honneur en ce jour férié (l'Armistice du 8 Mai 1945) puisque nous prendrons la direction, en évitant soigneusement le Rond point des Champs-Elysées (pour cause de présence, sous l'Arc de Triomphe, des deux présidents, l'un encore en exercice, et l'autre fraîchement élu !), de l'avenue Victor Hugo. A l'angle de la rue Raktir, une enseigne très Art déco (1925) tout à la fois moderne (pour l'époque), et (très) classique (pour le XXIe), conçue, telle une brasserie de luxe, par Émile Prunier le fondateur, par Louis-Philippe (çà ne s'invente pas !) Boileau et Léon Carrière respectivement architecte, et dessinateur du lieu, un lieu dédié, à l'origine, aux produits de la mer qui perpétuera sa vocation culinaire jusqu'en ce XXIe siècle. Ainsi, mosaïques d'Auguste Labouret, sculptures de Le Bourgeois, gravures sur cuivre d'Alexeï Brodovitch, et gravures sur verre de Paul Binet, s'associeront-elles pour lui octroyer une aura indéfectible ! Une ambiance à nul autre pareille, toute de formes géométriques, d'incrustations de triangles dorés sur fond de marbre noir, de vitraux ciselés, tels des volutes, de bas reliefs, et de ferronneries, très « 20.000 lieux « sous les mers » … Mais, parlons peu, parlons bien, Nicolas Barroyer, le directeur, saura « orienter » notre « quête ». Les spéciales Gillardeau n°3, et les spéciales Tarbouriech n°4, feront œuvre d'exaltation ! Pour ma part, la Tarbouriech primera d'une « écaille », mais ceci demeurera, essentiellement, affaire de goût ! L'assiette gourmande Balik, filet Tsar Nicolaj, saumon au Nori, saumon à l'aneth, saumon classic, tartare, et Balik pearls, une palette des « trésors » cachés de chez Prunier, et le caviar Prunier (le seul producteur de son propre caviar), un « tradition » version 30 gr, histoire de demeurer pondéré, s'imposeront à merveille ! 
L'alliance de mini blinis, et des pommes grenailles (séparément), associés au caviar, forceront le respect ! Si je lui préférerais la « version » blinis, il faudra bien reconnaître que le choix du produit s'inscrira dans la suprématie ! Le Saint-Pierre rôti entier au laurier (sous la peau à la Paul Bocuse ?) désarété sur guéridon, épinards en branche en cocotte, le blanc de turbot sauvage, céleri branche, carottes fan confites, et beurre blanc, pointe d'échalote, s'exprimeront en une « langue » empreinte de finesse et de succulence. Côté fromages, le Comté d'Estive, pomme Granny Smith, fermera presque la marche ! 
Mais le clou de l'instant, celui qui ravira même les plus exigeants, ce sera celui des douceurs, celui d'Ali, le chef pâtissier, un exalté du fouet et de la douille. Son millefeuille caramélisé aux fraises des bois, crème vanille, son millefeuille chaud à la cannelle, et sa tarte Tatin comme en Normandie, nous la jouerons tout en sublimation. La crêpe flambée au Grand Marnier, préparée par Alexandre, nous l'interprétera « façon » tradition, son guéridon, son poêlon en cuivre, sa demie orange pressée, un léger flambage, et le tour sera (presque) joué !
Menus déjeuner 45 €, Simone 65 €, Asperges vertes de Provence 85 €, et « Tout Caviar » 150 €.
Huitres de 21 à 38 €. Coquillages & Crustacés de 10 à 75 €. Plateaux de 70 à 110 €. Entrées de 15 à 77 €. Caviar Prunier de 50 € les 30 gr, à 1.355 € les 250 gr. Plats de 32 à 75 €. Fromages 15 €. Desserts de 15 à 23 €.

Restaurant Prunier
16, avenue Victor Hugo
75 016 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 17 35 85

Note : 15 /20

1 commentaire: