dimanche 8 juillet 2012

l'Auberge - 92 100 Boulogne


Belle dextérité, et inventivité bien exploitée !

« Descendu » de la Tour Eiffel où il « œuvrait » au Jules Verne, Cyrille Legoux, ce (tout) jeune chef de la génération XXIe (siècle, bien évidemment !), aura posé ses pénates, et son sac à dos, avec sa femme Karine, à Boulogne-Billancourt (presque) face aux studios cinématographiques de la SFP. Ambiance soft, « moelleuse » même, mais un poil « tristounette » (question couleurs peut-être ?). Accueil un poil « emprunté » mais, somme toute assez efficace. Et puis une multitude de coins, et recoins, pour affairistes en mal de négociations, ou amoureux prêts à une « reconquête » qui s'imposerait ! Pour nous, rien de tout cela ! La palette de mets versera dans l'affirmatif, et pas franchement dans le subjectif ! Son escalope de foie gras poêlé, lentilles vertes du Puy (un poil grassouillette), émulsion à la truffe, ses rouleaux de crevettes, et aubergine, gambas et légumes en tempura, chantilly de wasabi, et sa tomate en déclinaison, tomate-mozza, gaspacho vert et sorbet, s'exprimeront, là, en toute objectivité, sans recourir à l'artifice, beaucoup trop usité ces temps-ci. Belle dextérité, et inventivité bien exploitée ! Son pavé de mulet rôti, grenailles et pak-choï, vinaigrette de jus de viande aux fèvettes, tout à la fois daurade, et cabillaud (niveau texture, il s'entend), bien que faisant œuvre de siccité, n'en dégagera pas moins un certain intérêt. Son filet de bœuf de Salers (belle qualité de viande, tout de même), croquettes de Roseval façon tartiflette (« destructrices » question digestion), confit d'oignons rouges, bien que fort respectable aurait mérité d'être supplanté par un bœuf Simmenthal, à mon avis, beaucoup plus « ambitieux » ! 
« La » maître d'hôtel aura beau nous « tourner autour », apporter les petits pains, me toiser comme si j'avais du être pris en défauts (sic), il n'en demeurera pas moins que sa carence, côté conseil et carte des vins, aura le mérite de commencer à me mettre sur la défensive ! Un mauvais point que je ne pourrais occulter, au nom de la seule compassion. C'est donc avec mon fils que nous opterons pour une demie Réserve Léoville-Barton – 2007, sans surprise, et toujours aussi efficace. Le chariot de fromages ne sera pas vraiment « représentatif » du lieu. On se serait, il est vrai, attendu à du sélectif, du recherché, mais, indéniablement, pas à se faire « rabrouer » pour une furtive, et bien pardonnable, confusion entre un maroilles, et une époisses ! Ceci expliquera, certainement, le pourquoi d'une attitude « rigidifiée » empreinte de stupidité ! Mais passons ! Pour les douceurs, le biscuits à la noisette, crémeux au chocolat, glace praline-noisette, et chocolat chaud, le tube croustillant aux pommes caramélisées, crème vanillée, et glace Tatin Calvados, et le croustillant au grué de cacao, crème Mascarpone (carrément fade), et glace café, refléteront assurément le relatif manque d'expérience, ou, devrais-je dire, de « conviction » pâtissière, de ce chef, pourtant, par ailleurs, (assez) convaincant.
Menus affaire à 24 et 29 €. Entrées de 13 à 25 €. Poissons de 25 à 29 €. Viandes de 25 à 39 €. Fromages à 12 €. Desserts de 10 à 13 €.
Fermé le samedi midi, dimanche soir et lundi.

l'Auberge
86, avenue Jean Baptiste Clément
92 100 Boulogne-Billancourt
Tél.: 01 46 05 67 19
Service voiturier
M° Terminus Ligne 10
Boulogne Porte de Saint-Cloud

Note : 13 /20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire