lundi 20 août 2012

Au Petit Riche - 75 009 Paris



Comme dans un train compartimenté !

Si, cochers, machinistes, et employés de l'Opéra, auront, dés 1854, un lieu de rencontre bien à eux, avec ce bistrot voué aux « petites gens », qu'un incendie réduira en cendres en 1873, force sera de relever qu'il en montrera de la pugnacité pour, après une totale réédification, avoir réussi à rejoindre, sans trop d'encombre, le XXI e siècle ! 1886, l'année de la renaissance, lui accordera une nouvelle « destinée » avec une toute autre conception, et cette succession des petites salles très intimistes, comme si l'on avait du se trouver, brutalement, projeté dans un train compartimenté, avec ses banquettes de velours rouge, ses miroirs piqués, ses portes bagages en laiton dorés, ses rideaux de taffetas bouillonnés, ses vitres opaques gravées, et son plafond peint et staffé. Depuis lors, banquiers, hommes d'affaires, politiques, commerçants, artistes, et journalistes, nombre de passionnés de théâtre des environs, feront les beaux jours d'un lieu à la personnalité bien trempée, et à l'inimitable cachet. 
A 13h, presque tous les « salons » se verront comblés ! Une table nappée, et immaculée, tirée et nous voici installés prêts à dévorer une carte prestement approuvée ! Le pâté en croute au foie gras, pistaches, et trompettes de la mort, et le foie gras de canard maison, poire tapée « Reine de Tourraine », combleront les plus envieux des appétits. Le turbotin sauvage entier grillé, sauce Hollandaise, et poêlon d'épinards frais, s'affichera on ne peut mieux sélectionné et appréhendé par un chef, Philippe Baillergeant, déjà bien rodé à l'exercice. Le filet de bœuf de Salers poêlé, sauce au poivre « intensifiée », et la côte de veau épaisse, rôtie façon Petit Riche, pommes de terre purée, son jus de veau, forceront l'adhésion de nos sens gustatifs. Excellente cuisson, et aucunes désillusions ! L'assiette de fromages AOC affinés, sélection Thierry Avisse, nous l'interprètera humilité et équité. Quant aux desserts (vraiment) maison, tartelette au citron, baba au Rhum, chantilly, et tarte feuilletée aux abricots, une récente création encore un peu hésitante du chef pâtissier, ils demeureront dans l'esprit de l'authenticité des belles brasseries Parisiennes, de celles qui vous prennent aux tripes pour ne plus vous lâcher.
Suggestion (Sainte Catherine) du jour : Entrées de 16 à 22,40 €. Plats de 22 à 33,50 €. Fromages à 10,20 €.
Formules et menus déjeuner (entrée/plat ou plat/dessert) 22,80 €. Au déjeuner et dîner 29,20 € (entrée/ plat/dessert). Menu Rossini 35,50 € (entrée/plat/dessert). Menu Au Petit Riche 29,20 €. Menu enfant 13,20 €. Entrées de 8 à 22 €. Spécial végétarien de 8,50 à 12 €. Poissons de 18,80 à 33,50 €. Viandes de 16,50 à 32 €. Fromages 10,20 €. Desserts 8,70 €.
Ouvert tous les jours. Salons particuliers climatisés de 6 à 45 personnes. Formule Théâtre + restaurant.

Au Petit Riche
25, rue Le Peletier
75 009 Paris
Tél.: 01 47 70 68 68

Note : 13,5 /20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire