dimanche 23 septembre 2012

Restaurant M 64 - 75 008 Paris



Le « chant des cuisines »

Le rond point de l'Arc de Triomphe réservera bien une (petite) surprise (en ce début juin), le drapeau tricolore qui flotte en son arche, ô miracle, de déchiré (si, si je vous assure, c'était pas bon signe !) se trouvera recousu ! Descendons donc rassurés que nous serons pour l'emblème de la République (non, là je plaisante !), l'avenue Marceau direction le M64, « la » table de l'InterContinental Marceau, le rendez-vous quotidien des banquiers, entrepreneurs, et autres avocats du coin. La double porte laquée blanc ivoire donnera (sans passer par le « grand » hall) directement accès à un espace très design, blotti, là, en un patio, au cœur vibrant de l'hôtel. Fauteuil club de cuir caramel, chaises satinées bronze orangé, gris, chocolat, ou violet, chaises et comptoir de bois blond, et puis sa véranda, de quoi envisager l'instant en toute sérénité. L'accueil, et le service d'Agnès, nous iront droit au cœur ! Autant dire qu'ici on fera dans le professionnalisme feutré sans ce côté ostentatoire que nous abhorrons ! Pas de prise de tête ! La carte, sous plexis, fera montre d'une « accessibilité » désarmante, et ce n'est pas la cuisine « ouverte », et ses chauffe-plats rougeoyants, qui nous contrediront ! Le « chant des cuisines » nous inspirera bien au-delà du raisonnable ! Edward Uchiyama, le second de cuisine, (le chef Romain Marzet étant absent), fera des merveilles !
 Nul « cabotinage », rien que de l'humilité ! Gaspacho de laitue et concombre, mousse de Burrata, et caviar Impérial de Sologne, ne constitueront que l'aspect amuse-bouche ! Finesse, suavité, légèreté, rien que du superlatif ! Les asperges, verte et blanche, Bellota et chorizo, olives Taggiarche, le foie gras, rhubarbe et caramel de fraise, et l'asperge blanche, gambas sauvage (oh, la gambas, joufflue à souhait, celle de Madagascar !), et mangue Kent, seront autant d'atouts à passer au crédit de ce chef « en second » (comme quoi cela ne veux pas dire grand chose). Le thon rouge, choux Pak-choï, fenouil, émulsion yuzu, tomates ananas, green zébra, et noire de Crimée, confirmera nos convictions. Exécution parfaite, noblesse des alliances, rien à redire ! La côte de veau (bien) épaisse, sa pomme de terre écrasée, et la noix d'entrecôte Angus d'Argentine (environ 350 gr), et rougail de tomate verte, ne friseront pas seulement l'excellence, il la prendront, carrément, en otage ! Pas de quartier, haro sur la cuisine expéditive, et répressive ! Et si les gourmandises devaient (tout comme pour nous) faire trépigner vos papilles, gageons que la pannacotta, fraise et verveine citronnée, l'ananas rôti à la vanille, glace coco-citron vert, et le millefeuille minute à la vanille, et à la Cazette (mélange de noisettes torréfiées), les combleraient ! Incontestablement, une étoile est née, et il ne m'étonnerait pas que l'on vit le M64, tout prochainement, sur la « troisième marche » du podium !
Notre dégustation de champagnes et vins au verre : Laurent Perrier Brut blanc, Puligny Montrachet « Les Leurons - 2008 », Crozes Hermitage Chante Passo – 2007, et, pour le dessert, Laurent Perrier Brut rosé.
Déjeuner menu express 35 €. Menus Patio 41 et 49 € (un menu chaque jour, saveurs du marché)
Entrées de 20 à 27 €. Poissons de 32 à 39 €. Viandes de 28 à 42 €. Fromage 15 €. Desserts de 8 à
14 €.
Déjeuner 12 h30 à 14 h30 du lundi au dimanche midi. Dîner de 19h à 22h30 du lundi au samedi.
Fermé dimanche soir.

Restaurant M 64
Hôtel InterContinental Paris Marceau
75 008 Paris
Réservation au +33 (0)1 44 43 36 50

Note : 15/20




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire