lundi 1 octobre 2012

Au Boeuf Couronné - 75 019 Paris



A l'époque, on savait appréhender la vie !

La tradition, et rien que la tradition, ce sera le « fil conducteur » du groupe Joulie. Le 19e arrondissement, la porte de Pantin, un voiturier pour faciliter, une porte à tourniquet, et puis une décoration quasiment d'origine quelque peu « revisitée »... 1865 (quasiment la date de fondation des abattoirs de la Villette, situés juste en face, et disparus en 1974), le second Empire, Napoléon III, toute une époque où l'on savait appréhender la vie ! De Chez Edon (l'enseigne d'origine) on passera, en 1932, au Bœuf Couronné, Vitres gravées, portes-vêtements dorés (style Orient Express), coins banquettes, plafonnier années 30, véritable billot de boucher « verni », caisse 1930, pendule style hall de gare, et appliques, ou lampadaires, « corne d'abondance » tout de rouge plissé, une atmosphère optimisée, tout en authenticité. Un service discret et efficace, une direction,certes absente ce jour-là, mais (très) bien secondée par Julie Dubrun, et un personnel bien « éduqué » dont Gaëlle sera la vedette du jour. La terrine de campagne aux foies de volaille maison, sa gelée, à discrétion, de quoi attraper une belle indigestion (je vous vois d'ici rigoler), impeccable en tous points, généreux à souhaits, et même au-delà, et la salade de haricots verts frais, ses gésiers confits, résumeront à eux seuls l'état d'esprit de la maison, qualité, tradition, et séduction. La côte de bœuf, pour deux, environ 1kg 2, et l'entrecôte persillée, environ 450 gr, grillées, frites maisons, ou pommes de terre écrasée à l'huile d'olive, les « historiques des Maquignons de la Villette » comme ils disent, de race Normande, s'afficheront comme la spécialité du lieu. Même le couteau, une exception, un Bargoin, un outil de boucher, prêt à trancher mieux que le fil d'un rasoir, ne fera qu'une bouchée d'une viande tendre, et goûteuse, à souhait. Ceci dit, après cela, vous seriez sensés ne plus être en mesure de digérer, et encore moins de vous lever ! Détrompez-vous, l'un de nous trois s'accordera une petite « gâterie » avec une assiette de fromages, Livarot, Sainte Maure, et chèvre cendré, de quoi décourager certains forts des halles. N'imaginez pas, pour autant, que nous déclarerons forfait pour les desserts ! Un gros baba, son Rhum Saint-James Royal Ambré, et une vraie crêpe Suzette flambée au Grand Marnier, avec la demie orange pressée, le beurre, et le flambage sur guéridon, il n'y aura rien de mieux pour faire des envieux ( à voir tous les regards converger vers nous) !
Notre dégustation de champagne, et vins au verre : Pommery rosé, Pouilly Fumé Pascal Jolivet – 2010/2011.
Menu Club Affaire 33 €. Entrées de 8,60 à 19,50 €. Poissons (selon arrivage) de 18 à 33 €. Autour du grill de 22,30 à 74 €. Spécialités de bœuf de 18,20 à 41 €. Viandes petites petites faims de 13,50 à 15,20 €. Plateau de fromages affinés et son Roquefort Caves Baragnaudes accompagné d'un verre de Porto Terras do Grifo (6cl) 11€. Desserts de 7,50 à 11 €.
Ouvert 7j/7 – Service de 12h à 15h et de 19h à minuit. Salon privé de 45 couverts à l'étage. Espace privatif de 60 couverts – Voiturier.

Au Bœuf Couronné
188, avenue Jean Jaurès
75 019 Paris
Réservation au 01 42 39 44 44

Note : 14,5 /20           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire