lundi 30 janvier 2012

L'interview PsyCho'Tok de David Faure (Aphrodite à Nice, 1*)

David Faure















Mon objet fétiche : 
Mon couteau à champignons avec un joli manche en bois et un pinceau incorporé pour nettoyer sur place les fruits de ma cueillette, goûter les champignons au creux des bois avec l'odeur de l'humus qui vous envahit.....................

Ma musique favorite : 
A vrai dire aucune, juste en fonction de mes humeurs, des lieux, j'ai des goûts très éclectiques qui me font passer de la techno au classique en passant par le répertoire des chanteurs yéyés...à l'image de ma cuisine et de ma vie je pense.......

Mon meilleur souvenir d'enfance : 
Débarder le bois en hiver avec mon Père dans les forêts du Centre de la France, région dont je suis originaire et les feux de bois avec ses amis auprès desquels il faisait bon se réchauffer par -10°c, discuter autour de quelques terrines maison et de bons morceaux de cochons grillés sur la braise, le tout accompagner d'une bonne miche de campagne à l'ancienne et arrosé d'une bonne cuvée des voisins de Pouilly et Sancerre  :))

Ma première recette : 
Le roulé au chocolat mon premier gâteau comme la majorité des enfants, je pense... Puis très vite et là, je pense avoir pris de l'avance sur les petits camarades de mon âge, le Baba au rhum, bien imbibé avec un délicieux sirop.(un peu trop rhumé je vous l'accorde, tout petit déjà enclin à la démesure)

Mon parfum préféré : 
Je ne sais que répondre, aucun parfum en particulier, juste ceux qui m'interpellent et me font voyager, j'y suis très sensible...je suis quelqu'un de très diversifié dans mes goûts, mes envies, mes approches, tout est question d'instant présent et de feeling.

Mon dernier rêve, ou mon cauchemar le plus marquant : 
Je perdais le goût et ne prenais plus de plaisir en bouche, moi qui suis toujours entrain de goûter, de tester, de grignoter, durdur ! je ne peux concevoir de manger pour me nourrir, tout doit être sensoriel, un bon pain, un bon jambon, un bon petit cornichon maison bien croquant et un Fucking Butter et c'est le nirvana, le croustillant de la croûte du pain et l'équilibre des goûts suffisent à m'apporter la plénitude.

Mon plus gros défaut : 
Ultra-perfectionniste, j'ai un sens du détail exacerbé, très affûté... Je m'emploie à tendre vers la perfection, ce qui me rend très exigeant vis à vis de moi même d'abord et des gens qui m'entourent,

Mon animal préféré : 
Un animal mythique le Dragon NOIR dont c'est l'année en Chine... Comme moi, il amène la lumière à tous ceux qui sont devant moi, et les ténèbres à tous ceux qui sont derrière. (ben quoi, on a le droit d'y croire , non ? )

Mon signe astrologique : 
Gémeaux, le vrai, la dualité... Le chaud / le froid.

Ma phobie : 
Je suis sujet au vertige, même si on me définit souvent comme assez perché :))

Ma plus grande qualité : 
L'altruisme, aimer donner et transmettre ainsi que ma sensibilité qui je pense se ressent dans ma cuisine qui de fait est émotionnelle, sensorielle.

Ma passion : 
Les voyages qui me permettent d'allier le loisir au professionnel, la découverte de nouvelles odeurs, saveurs, textures, la rencontre avec l'autre, la découverte des cultures et des modes de vie. L'immersion en Terra Incognita, l'aventure et les véritables aventures humaines.

Mon signe particulier : 
Mon côté instinctif très développé dû à mon enfance à la campagne, mon côté sauvageon qui fait partie intégrante de ma personnalité, de mon identité.

Si je n'étais pas chef, quelle carrière aurais-je souhaité : 
Je serais mort, en tout cas au moins socialement, je n'ai jamais pu imaginer ma vie professionnelle autrement, ça a toujours été un but, j'ai voué ma vie à ce métier qui coule dans mes veines, avec ses joies et ses peines, ses rires et ses larmes, un véritable échange réservé normalement au genre Humain.

Mon insulte favorite en cuisine : 
Aïe, j'avoue l'inavouable, attention ça va glisser ......... à ne pas mettre en toutes les oreilles "putain d'enculé de ta race".

Ma citation de prédilection : 
"Enfin, moi je dis ça, je dis rien, j'suis pas Docteur"

Mon vœux le plus cher pour 2012 : 
Organiser un grand dîner avant la fin du Monde, à laquelle je ne crois pas du tout entre parenthèses, mais il faut savoir se créer des occasions de se faire plaisir et de faire plaisir !

Vino e Cucina - 06 100 Nice


Bourré de talents !

Je ne vous parlerais même plus de l'aspect déco de cette table d'exception puisqu'il n'aura pas franchement changé, mais, par contre, je puis bien vous tenir informés de l'évolution des « pérégrinations » gustatives d'un chef bourré de talents, Fabio Merra, lui qui, fort de ses classes « Ducassiennes », aura su en faire le meilleur usage ! Laura, son bras droit (et gauche à la fois), sa confidente, celle sans laquelle il ne pourrait « susciter » l'intérêt des épicuriens (pas plus de 40, je vous rassure !) que nous sommes (presque tous), et faire frissonner nos papilles, nous recevra tout sourire, avec sa pointe d'accent (transalpin) inimitable ! Ma que, je oune chef en cuisine ! Non, pas vraiment, son français se révélera beaucoup plus exact ! Et, de le constater juste avant les coquilles Saint-Jacques « crues », marinade, soja, huile d'olive, parmesan en copeaux, au naturel, divines ! Un velouté de châtaignes au romarin (sans « sot l'y laisse » de volaille confit) onctueux à souhait et une mozzarella di buffala, la burrata n'ayant pas été encore livrée (depuis 2 jours, nous précisera Laura), suffisamment « Royale » pour que je vous l'évoque, non, sans blaguer, je souhaite à nombre de restos sur la Côte de vous en servir une comme celle-là, ne serait-ce qu'en amuse-bouche !
 Les tortello Maremmano au ragu de sanglier, le cochon de lait façon Porchetta, gratin de maccheroni au foie gras, et le loup de ligne à la plancha, fricassée de cèpes, fenouils braisés, citrons confits, nous rappellerons, s'il en était besoin, qu'un chef tel que Fabio çà se découvre, çà s'apprécie, çà se savoure !!! Tout au superlatif, et rien que ! L'aspect desserts ne déméritera pas avec un Mont-Blanc, crème chantilly, meringue, crème de marron, et biscuit sablé, un tirami-sù selon la recette de la mère de Favio, sans alcool, un blanc & noir, glace vanille, brownie et truffe et un choux craquant, pomme Granny Smith, mousse caramel au beurre salé, de quoi vous faire « chavirer » de bonheur, et mettre vos sens en émoi !
Menu découverte viande ou poisson au choix (selon l'envie du chef, servi uniquement le soir et pour l'ensemble de la table) antipasti, deux demi plats et dessert 39 €/pers. Hors boisson.
Menu dégustation Truffe blanche d'Alba (uniquement le soir) 75 € hors boissons. Menu accord mets-vins 90 €. Entrées de 12 à 18 €. Riso & pasta de 14 à 16 €. Plats de 19 à 28 €. Desserts de 6 à 10 €.
Fermé le samedi midi et dimanche.

Vino&Cucina
Restaurant Italien
118 bis, Boulevard de Cassole
06 100 Nice
Réservation (conseillée) +33 (0)4 93 52 28 08

Note : 14/20



50's Happy Diner - 06 000 Nice


Welcome in U.S.A !

Érigé sur l'arrière de l'hôpital Saint-Roch, le lieu aura, vraiment, de quoi surprendre ! Longtemps resté à la vente, la (triste) boutique d'un photographe est devenue, en quelques semaines, un véritable « hymne » à la gloire du style Américain des Fifties, et, plus spécifiquement, au burger ! C'est une farandole de tons turquoises, roses, noirs et blancs, d'affiches American Cars, d'enseignes lumineuses, de pubs du « nouveau monde » (comme ils disaient à l'époque), de guéridons et de fauteuils « dominants », de box aux banquettes dans le style des Cadillac, Pontiac, Chevrolet de ces années là, le tout sur des rythmes « effrénés » de chanteurs très « Rock à Billy », Elvis, Bill Halley, Eddy Cocran,etc, etc un peu trop « présents » à mon goût, qui « s'imposera » ! N'espérez pas vous en « défaire » (de la musique, bien sûr !), ce ne sera que peine perdue ! On aime, ou on sature ! Ceci dit, tout cela aura le mérite de mettre un « grand coup de balai » dans la restauration « dite » rapide ! Car là, c'est un « monde » où le « n'importe quoi » côtoie souvent le « pire » ! Mais, ici, point de tout ceci, on respectera le client déjà avec un accueil très affable de la patronne, Géraldine, et de ses serveuses délicieusement vêtues de robes assorties à la déco, conçues, sur mesure, par une entreprise Parisienne spécialisée ! 
Rien que la carte avec ses Pin'up « 50's» annoncera la couleur sur fond rose et turquoise ! Quinze Burgers, cinq salades, cinq Bagels, trois hot-dogs, onze pizzas, sans omettre l'original BBR.rib's, les tapas et autres tortillas ! Le Cheese Hot-dog, pain brioché, saucisse, cheddar, emmenthal et sauce U.S mustard, frisera le délire ! Une « tuerie » pas franchement raisonnable, je vous le confirme ! Le Magic double burger, le XXL (le XXXL, existant également), pain spécial burger, double steack haché, bacon grillé, cheddar, oignons grillés, tomates, pickles, salade, sauce burger, jouera la séduction des papilles, et le plaisir des mirettes ! Le Bagel Kansas, pain Bagel, fromage Philadelphia, poitrine fumée, bacon, fromage à raclette, tomate, salade, sauce poivre s'avérera comme le plus sage de la famille ! Un doigt de délicatesse, un soupçon d'originalité, et une recette inégalable ! Côté desserts, le cheesecake et le brownie aux noix de Pécan suffiront amplement à boucler une « expérience » tendant à vous plonger au cœur des Fifties ! Welcome in U.S.A !
Burger de 7,95 à 13,95 €. Salades de 7,95 à 11,95 €. Bagel de 4,95 à 7,95 €. Hot Dog de 5,95 à 10,95 €. Plats de 7,95 à 14,95 €. Dessers de 5,95 à 6,95 €.
Ouvert du lundi au samedi de11h30 à 15h30 et de 19h à 22h30.

50's Happy Diner
Restaurant boutique
32, rue Tonduti de l'Escarène
06 000 Nice
Tél.: 04 92 00 10 20

Note : 12,5/20




jeudi 19 janvier 2012

Diego Plage - 33 120 Arcachon


Délicieusement kitch !

Ce n'est qu'au bout du troisième jour d'un temps maussade et pluvieux à souhait où nous commencions à trouver le temps long, et la ville assez « mortelle » au demeurant, que, comme par magie, le soleil (peut-être informé de notre venue !) apparaîtra, donnant une toute autre atmosphère à ce bassin si renommé ! Toutefois, il nous en faudrait (beaucoup) plus pour nous émoustiller et c'est finalement le cœur léger que nous nous installerons en salle, avec un œil sur le vivier de homards, et l'autre (en grand écart) sur la promenade et les flots bleus ! Quatre ardoises, stratégiquement positionnées, nous suggèrerons les produits du jour. Le service affable et bien ordonnancé jouera la carte du professionnalisme. Tout cela commencera à nous plaire sérieusement d'autant mieux que la déco, un poil surannée, avec ses chaises en osier tressé, ses bâches bleue marine, ses faïences maritimes, ses nappes blanches pliées et entassées, ses lampes dorées, style tempête, et son petit chalet Arcachonnais intégré, s'inscrira dans le délicieusement kitch !
 Trois huîtres Gillardeau n°3, juste de quoi satisfaire une envie passagère (au-delà, ce ne serait pas raisonnable), un jambon Ibérique, en fait un Pata Negra de 24 mois (mon préféré, malgré les mauvaises langues) et un piqué de Saint-Jacques au Serrano, cuisson idoine et alliance subtile, nous conforterons dans l'idée que cette table là, elle « décoiffe » ! Nombre de ses « voisins » seraient bien inspirés de lui emboîter le pas ! Et pourtant, comme se plairait à le lancer, Stéphane Lionewski, le maître des lieux : « nous ne sommes pas un gastro ! ». Inutile de le préciser, mais sachez Stéphane, que nous vous préférons comme cela ! La Parrillada de poissons (plat du jour), un florilège de saumon, merlu, Saint-Jacques, gambas et daurade à la plancha, simplement concoctés, en des proportions (quasiment) inavouables (pour les très gros appétits uniquement !), et d'une fraîcheur « révoltante », le homard grillé entier, purée à l'huile de truffes, présenté, préalablement, sur plateau, encore frétillant, et la côte de bœuf, poêlée de (vrais) cèpes, d'une extrême, et bluffante tendresse (l'adresse du fournisseur nous intéresserait) s'inscriront en triumvirat pour nous porter l'« estocade » ! Point besoin de nous demander si nous en reprendrions ! Non merci, nous serons comblés ! 
L'aspect desserts du Diego, conçus maison, nous précisera-t-on, ce ne sera que par pure gourmandise ! Le parfait glacé, caramel beurre salé, portera bien son nom ! Parfait vous dis-je, et quel sablé ! La profiterole, une seule, certes, mais « impériale », pas de ces « croquettes » glacées que l'on « croisera » par ailleurs, et qu'il vaudra mieux occulter, que nenni, une bien « joufflue » à la pâte légèrement dorée, juste ce qu'il faut, de chocolat amer chaud, et la tarte aux pommes du jour, crème d'amandes, un poil trop cuite, mais n'est-ce pas là la rançon d'un « succès » qui ne sera pas démenti du début à la fin !
Menu Diego 39 €. L'Étal de l'Écailler (selon arrivage) de 23 à 170 € (pour 2 pers.). Les huîtres (6 ou 12) de 9 à 28 €. Entrées de 12 à 28 €. La Pêche de 19 à 39 €. Coin du boucher de 19 à 27 €. Gourmandises de 7 à 9 €.

Diego Plage
Écailler – Spécialiste du poisson et des Fruits de mer
2, boulevard Veyrier Montagnères
33 120 Arcachon
Tél.: 05 56 83 84 46
www.diegoplage.com (nouvelle vitrine)


Note : 13,5/20

5 Allées - 33 000 Bordeaux


Le 5, serait-ce son chiffre porte bonheur ?

C'était peut-être bien l'une des seules enseignes culinaires sur la place Tourny, que nous n'avions pas été amenés à « tester » ! Or, en cette mi-octobre, Balthazar, le maître des lieux (influencé par les astres ?), nous aura reçu, ce jour-là, très chaleureusement, et subtilement, un excellent présage qui viendra indéniablement étayer son capital sympathie ! Côté déco, la grosse pierre taillée, le velours vermillon sur les fauteuils, le châtaigne sur les banquettes, les murs couleur mastic, les luminaires suspendus, une expo photos de Sophie Renaudie, et quelques ondes positives en sus, lui conféreront une ambiance spécifique, chaleureuse même ! Les tomates anciennes et mozzarella di Bufflonne, pesto de roquette et basilic, laisseront une douce sensation de produits bien sélectionnés. Il leur manquera, toutefois, la prodigalité ! Le foie gras de canard mi-cuit mariné au Sauternes s'accommodera, quant à lui, de notre réceptivité. Le risotto crémeux aux gambas, champignons, herbes du jardin, et salicorne, élégant et sourcilleux, la poêlée de ris de veau, petits légumes, en tarte fine et pommes de terre fondantes, un poil « embarrassante »,, et le tartare de bœuf à l'Italienne, câpres, tomates confites et parmesan, pas spécialement délirant, apporteront malgré tout, un relatif démenti à une rumeur qui voudrait qu'ici on ne soignât point, ou alors très irrégulièrement, ses convives ! Question gourmandises, la panna cotta et coulis de mangue frais, ananas poché à l'hibiscus, la tarte au citron et fruits de la passion, meringue Italienne, la crème brûlée à la vanille, ou le New-York cheesecake s'inscriront, indéniablement, parole de chroniqueur, non pas dans la torpeur, mais dans le respect des saveurs !
Formules du midi de 14 à 19 €. Suggestions 17 € à 24 €. Entrées 11 à 16 €, Caviar d'Aquitaine à 52 € les 20 gr, Poissons 21 €, Risotto et pâtes 19 à 21 €, Viandes 19 à 21 €, et Desserts 9 €.
Ouvert tous les jours.

Restaurant 5 allées
5, allées de Tourny
33 000 Bordeaux
Réservation conseillée : +33 (0)5 57 87 36 50

Note : 12,5/20


Ice Room - 33 300 Bordeaux


Il ne jettera pas un froid !

Baser un thème en matière de restauration sur la glace, il fallait oser ! Mieux, Pierre-Henri Loubier, l'a fait, en 2009, au bord de la Garonne, sur Les Quais des Marques, au « lieu dit » Hangar 19 ! « Blotti » au milieu de multiples boutiques de prêts-à-porter, accessoires, maroquinerie, parfumerie, et autres ustensiles de cuisine, il ne « jettera pas un froid » ! Non, abandonnez les apriori, et imaginez un bel équilibre de tons blanc et mauve, de voilages suspendus, de lumières style Led, de chaises ou de banquettes de cuir blanc, et d'une cave translucide en acier chromé et verre arborant les crus et autres millésimes proposés à la carte ! Le chef, Frédéric Chauchet, s'affichera bien quelques secondes sur le pas de la porte, discrètement, avant de « replonger » en cuisine ! Les œufs cocotte au foie gras, et leurs mouillettes, volubiles et fondants, et les Saint-Jacques juste saisies à la plancha, huile d'olive, s'inscriront dans la (relative) excellence ! Belle appréhension, cuisson idoine, et saveurs magnifiées ! Le tartare de bœuf, façon du chef, d'au moins 300 à 350 gr, frites maison, et l'entrecôte grillée, sauce Béarnaise ou foie gras, se dévoileront majestueusement en toute opulence, notamment, en frisant (voire dépassant) les 500 gr ! De quoi combler un honnête homme ! Du côté des desserts, le chef s'exprimera ouvertement, et judicieusement, en une crème brûlée à l'ancienne, flambée en salle, onctueuse et somptueuse, une tarte fine aux pommes, crème glacée vanille, moralisante et un macaron framboise, glace citron yuzu, coulis de fruits rouges, ambitieux.
A notre humble avis, une adresse à retenir scrupuleusement qui se sera révélée à nous à l'heure du déjeuner !
Suggestion du jour de 12 à 21 €. Entrées de 9,50 à 18 €. Assiettes du Terroir de 15 à 25 €. Assiettes de la mer de 18 à 21 €. Assiette de fromage à 10 €. Desserts de 7 à 9 €.
Ouvert du Mardi au samedi.

Ice Room
Restaurant – Bar d'Ambiance & Ice Bar
Hangar 19 – Quai de Bacalan
33 300 Bordeaux
Tél.: 05 57 00 10 15

Note : 13/20

El Nacional - 33 000 Bordeaux


Un peu pour la galerie, aussi !

S'il est un nom qui reviendrait depuis son ouverture, il y a un an et demi, tel un refrain sur les lèvres des Bordelais, c'est bien celui d'Hugo Naon, l'heureux « titulaire », et chef, du sus nommé, restaurant Argentin, pays dont il serait indéniablement issu ? Et, c'est suite à une quinzaine de C.V adressés vers la France à certains grands chefs, qu'un seul d'entre eux, Thierry Marx, pour ne pas le citer, aurait eu l'heureuse initiative de faire appel à lui ! Quelle expérience, et surtout quel maître ! Depuis son départ du Cordeillan- Bages, en faisant court, le voici installé aux Chartrons, face aux anciennes Halles, en un espace voué à la Bistronomie, et rien que ! Tons « chocolat au lait », et noir, conduits d'aération en alu, lustre aux bouteilles « plantées » culs vers le ciel, ancienne chambre froide, et grill, l'âme de la maison, où officiera, personnellement, Hugo pour votre plus grande satisfaction, et un peu pour la galerie, aussi ! La table réservée, juste à côté du grill, nous mettant (trop) à proximité immédiate de la « scène », nous préférerons prendre un peu de recul vers le fond de la salle qui, ce jour là, n'aura pas fait le plein ! Empanadas Salténas, trois mini chaussons fourrés au bœuf, hyper délectables, mais très chauds, et la (grosse) tranche de boudin noir à la plancha, nous engagerons en une dégustation endiablée ! Entrecôte d'Argentine, environ 350 à 400 gr, à la parilla (le grill en Argentin), ojo de Bife Argentin, tout simplement une noix d'entrecôte d'environ 350 gr, et la côte de porc de Noir de Bigorre, toujours à la parilla, purée, et frites maison divinement saisies, feront des ravages côté papilles, et mettront tous nos sens en émoi ! Côté desserts, le cheesecake sans coulis de fruits rouges, le sablé au noix, dés de pomme caramélisée à la vanille et crème mascarpone, tout comme le chocolat « addiction » fraise et coulis, marqueront, assez nettement, le pas avec des produits, certes goûteux mais manquant, indéniablement, si ce n'est de générosité, pour le moins d'envergure ! Un point pas franchement favorable, le patron qui n'aurait pas décollé de son grill durant tout ce laps de temps, se sera, subitement, vu « pousser » des ailes, pour, magnum de Bordeaux en main, venir congratuler la table de six habitués juste à côté, et même s'installer avec une assiette à leur table, dés lors, que nous n'aurons, au bout du compte, droit qu'à un simple bonjour, histoire de « jauger » notre degré de satisfaction ! Y aurait-il, ici, deux poids, deux mesures ?
Suggestions :Entrées à 14,50 €. Plats de 14 à 39 €. Formules midi à 10 et 16 €. Para Picar de 9 à 18€. Entrées de 7 à 22 €. Salades de 9,50 à 11,50 €. Plats, risotti & cie de 9,50 à 18,50 €. Poissons de 16,50 à 26 €. Carnes à la parilla de 12 à 58 €. Desserts de 6 à 12 €.
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h30.

El Nacional
Bar – bistrot – comestibles
23 bis, rue Rode
33 000 Bordeaux
Tél. : 05 56 79 22 76


Note : 12/20



Fuxia - 33 000 Bordeaux


Un lieu « débridé » !

Enfin un endroit où vous ne verrez pas le serveur (ou la serveuse) venir vous déposer l'inévitable ardoise sur (ou à côté de) la chaise ! Là, ce sera une carte en deux volets, déclinant les Antipasti, Insalata et autres pâtes, ou scaloppines ... Non, soyons sérieux, ce sera « le » lieu innovateur, celui où l'on aura pas, systématiquement, à Bordeaux, la sensation de déjà vu ! Un lieu « débridé », traité à la mode design, carreaux de pierre de Chine aux mûrs, et au sol (jouant ainsi l'alternance avec un parquet blond), casiers pour les crus Italiens et corners épicerie fine avec jus de fruits Alain Milliat, huiles d'olive, Schiacciatinna, Vermuth, gressins, Limoncello, café Illy, Panettone Classico Fuxia, et autres macarons à l'amande amer … Le Salumi Misti, assortiment de Bresaola, coppa, jambon de Parme et Salami, ou la Bruschetta e Salmone, pain grillé, marinade de légumes, mozzarella fondue, et (superbe) tranche de saumon fumé, la salade de tomates, mozzarella bille, pesto, tomates séchées ou fraîches, courgettes, origan, olives noires (dénoyautées, pas extra) et câpres, s'inscriront dans un beau classicisme d'esprit, et de texture !
 La scaloppine Milanaise, escalope de veau panée, pousse d'épinards, pourtant généreuse, aurait mérité une « chapelure » un peu moins sèche, et un veau beaucoup moins saisi ! Les Rigatoni Siciliana, aubergine, sauce tomates, mozzarella, basilic, tradizioni di Parma râpé, a contrario, verseront dans la belle réussite tant au niveau de la cuisson que de la sauce ! Le risotto roquette saumon fumé, crème, ail, aneth, grana padano, fenouil, et citron s'inscrira, quant à lui, dans le traditionnel respectueux. Les Dolci n'échapperont pas à la règle du lieu avec un tirami-su glamour, une panna cotta aux fruits rouges et une tarte citron (la crème, la pâte, et rien que) assez persuasive ! Seulement, voilà, il vaudra mieux éviter, à l'avenir, les quelques dérapages (non encore contrôlés) qui auraient tendance, depuis l'ouverture, à propager une « rumeur » pas très flatteuse, et, à mon humble avis, assez « disproportionnée » !
Antipasti de 3 à 15 €. Insalata de 8 à 13 €. Pasta de 9,50 à 13 €. Scaloppine 17 €. Risotto 15 €. Ravioli 12 €. Dolci 5 à 6,50 €.
Ouvert tous les jours.

Fuxia
Restaurant – Épicerie Fine – Traiteur
40, allée d'Orléans
33 000 Bordeaux
Tél. : 05 56 52 81 23

Note : 12/20


lundi 9 janvier 2012

Le 7 Place - 06 400 Cannes


Par un « chemin » de traverse …

En ancien « Bordelais » qui se respecte, notre, désormais, chef à part entière, et chef pâtissier, Guillaume Dao, déjà « visité » à son ouverture au mois de Mai, aura, en quelque sorte, « pris du galon » ! Exit donc son associé, et bienvenue « chez lui » avec une nouvelle déco, peut-être bien, un peu plus intimiste, tables hautes, nappes à petits carreaux, vitrine réfrigérée pour les desserts maison, et console pour les tartes salées ! Une poignée de main au serveur, une grimpette sur les tabourets (hauts), et nous voici installés ! Guillaume Dao, lui-même, nous apportera un jambon de Parme sur ardoise délicieux, soit dit en passant, avant même d'avoir passé commande pour un magret de canard rôti à la poudre de dragées, un espadon grillé à la plancha dans toutes sa simplicité, et un T.Bone géant, environ 600 gr, « tendrissime » comme il n'est pas possible! 
La poêlée de légumes frais du jour, courgettes, champignons, presque à outrance, rivalisera d'honnêteté avec les pommes allumettes maison ! Et, comme nous aurons eu les yeux rivés sur les desserts, là, dans la vitrine, depuis le début, il était inévitable que nous en fassions presque une « orgie » ! Car, ici, soyez-en sûr, Guillaume saura vous les faire accepter ! Le moelleux au chocolat, cœur de Nutella, à la coupe, frisera le délire ! Une cuillère, puis deux, puis une troisième, nous en convaincront ! La tarte au citron meringuée, pâte sablée, et crème de citron, n'aura rien à lui envier. Le gâteau aux pommes au beurre salé, à base de brioche, de pommes ferme, de cannelle, et de beurre salé, s'imposera Royalement dans toutes ses proportions, non sans convictions !
 Et, comme une gourmandise ne va jamais seule, le Mont-Blanc, cœur de crème de marron, chantilly vanillée, meringue et sauce chocolat chaud, s'inscrira comme ravageur ! Hummmmmm !!! Un café Illy par là-dessus, et nous voici propulsés au 7e ciel !
Formule à 14 et 18 €. Entrées de 9 à 15 €. Pâtes 15 €. Plats de 16 à 18 €. Desserts 8 €.



Le 7 Place … tout simplement
7, rue des Frères Casanova
06 400 Cannes
Tél.: 04 93 99 53 48

Note : 13/20


mardi 3 janvier 2012

La Part des Anges - 33 000 Bordeaux


Un peu restrictif !

Depuis le début du mois d'Octobre, une passionnée d'œnologie (tout du moins l'envisage-t-elle comme cela), Cécilia Sarote, et plus précisément du Bordelais, s'est posée non loin de la rue Saint-Rémi, à côté d'une rôtisserie, et face à un bar à tapas, au sein d'un bar à vins destiné à une clientèle d'habitués friande d'association de mets, renouvelés systématiquement, nous précisera-t-on, et de vins au verre, ou à la bouteille, à des tarifs (très) doux ! L'ardoise vous proposera la sélection selon l'humeur de Cécilia, tout comme pour les mets conçus maison, notamment, son foie gras décliné au naturel, ou au chocolat (version beaucoup moins séduisante, à mon goût), que nous aurons pu apprécier sur l'ardoise dite « de luxe » avec son magret fumé (très) émincé, sa confiture de figues on ne peux plus banale, accompagnée d'un verre de Saint-Julien-Les Fiefs de Lagrange – 2008, et d'un autre de Cadillac-Château Melin – 2010, qui nous apparaîtra, pour deux, un peu restrictif ! D'ailleurs, ma remarque à ce sujet n'aura pas l'air de vraiment lui convenir ! Une autre ardoise sera, donc, requise pour combler le (relatif) manque ! Le cake tomates-cerise, feta et soupe de potiron, s'inscrira dans la stricte convenance, sans ébranler, ni surprendre, nos papilles ! L'aspect gourmandise avec son fondant au chocolat, et son crumble aux pommes, ne décevra pas franchement, si l'on n'est pas trop sourcilleux ! Il demeurera, cependant, un poil léger pour de solides appétits, et, surtout, côté appréhension ! On aurait souhaité, dans l'ensemble, un peu plus de générosité (franchement aux abonnés absents !), et de recherche dans les préparations, et autres alliances ! Ce sera du très, très léger, et pas franchement du meilleur goût !
Verre de vin de 2 à 6 €. Bouteille de 12 à 18 €. Assiettes de 7 à 15 €. Soupes et cake à 8 €.
Desserts à 5 €.
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 14h et de 18h30 à 1h30.

La Part des Anges
23, rue des Piliers de Tutelle
33 000 Bordeaux
Tél.: 05 56 44 10 88

Note : 8,5/20

l'Alchimystèrie - 98 000 Monaco


De l'Alchimie, du mystère …

Si la « beauté agit même sur ceux qui ne la constatent pas », force est de relever que Francesco, l'heureux propriétaire de ce petit « royaume » où l'évanescence, libérée des conventions de la parfumerie traditionnelle, régnerait en maîtresse absolue, sait prodiguer de l'alchimie, du mystère et un brin d'hystérie ! Allez-y pour ressentir des émotion olfactives, sensuelles, voire insensée ….
Et, si « le beau parfum est celui qui vous procure un choc », sachez qu'ici Miller Harris, by Kilian, Clive Christian, Honoré des Près, il Parfumo, Parfumerie Générale, ou Nasonatto formeront l'ultime sortilège !

« L'Alchimystèrie »
3, avenue Saint-Michel
98 000 Monaco
Tél.: +377 97 98 33 71