mardi 21 mai 2013

Au Chien Qui Fume - 75 001 Paris



Une tradition qui perdure …

« J'ai l'exclusivité de l'enseigne » nous précisera de son accent Tropézien Jean-François Llana, le maître des lieux, une (modeste) auberge du XVIIIème siècle, 1740 pour être très précis, « rivée » là face aux anciennes Halles du Roi où marchands, et autres employés, aimaient à se rafraîchir et évoquer un certain Jean-Baptiste Poquelin dit Molière qui naissait à deux pas de là, en 1622, rue de la Tonnellerie … Dans les années 1920, le nouvel ayant droit, propriétaire d'un caniche et d'un griffon bien dressés, l'un à fumer le cigare et l'autre la pipe, l'enseigne était toute trouvée ! 
Et si l'on y rencontrait essentiellement mandataires, et forts des Halles, ce sont les gourmets qui forgeront la clientèle n'hésitant pas à se « mêler » autour de tables communes. Exit les Halles de l'époque et bienvenue à une table un poil canaille où le monde du cinéma aimera à se délecter de plats dévergondés « fumants et odorants ». Il est vrai que ce jour là nous aurons quelques difficultés à choisir à la carte, Jean-François Llane nous narrant ses souvenirs Tropéziens du temps où tout gamin, rue de la Ponche, il s'endormait au son du jazz de Charlie Parker, Dizzy Gillespie, et bien d'autres encore … 
D'ailleurs, quand il en parlera son sourire s'irradira, et ses yeux pétilleront … Il est vrai qu'avec son côté un tantinet désuet, son comptoir de bar « dédié à la gente canine », ses globes lumineux, ses photos d'acteurs en noir et blanc, ses tableaux animaliers, et ses colonnades, il saura vous prendre par les sentiments ! Côté carte, pléiade de mets « enluminés », trois huîtres Gillardeau revigorantes, un foie gras de canard frais maison exemplaire, et un saucisson chaud pistaché aux lentilles du Puy en toute humilité suffiront à nous émouvoir … 
Le cochon de lait rôti grand-mère, en cocotte de cuivre, un revival des années passées, du temps où l'on savait bien manger, et se restaurer, les tagliatelle aux truffes, leur sauce Périgourdine au foie gras délicieusement interprétés en toutes sommité, et le filet de bœuf simplement grillé, sa sauce Béarnaise au poivre maison, ses haricots verts frais, feront mieux que de séduire, même les plus grincheux et teigneux des habitués … Un Saint-Marcelin plus tard (un peu ferme, mais convaincant), le macaron au chocolat, crème légère à la pistache, la tarte Tatin toute en tradition, et le baba au Rhum, sa crème fouettée, fruits confits, mettront un terme à un instant plus que stimulant. Et si les forts des Halles était encore parmi nous, nous aurions pu rester toute
l'après-midi ...
Notre dégustation de champagne et vin au verre : Champagne Réserve du « Chien qui fume ». Macon Uchizy.
Menu déjeuner « Le Chien qui Fume » 19,90 €. Menue Bazil 36,50 €. Menu « Le Chien Coquin » 28,60 €. Menu Complet 47 et 37,20 €. Carte : Entrées de 9,20 à 17,70 €. Pâtes de 13,70 à 24 €. Plateaux de fruits de mer de 30,20 à 115,90 € (2 pers.). Poissons de 22,30 à 26,40 €. Les marmites 23 €. Les plats de 18,70 à 32 €. Fromages de 8,50 à 9,50 €. Desserts de 8,70 à 10,50 €.
Ouvert tous les jours jusqu'à 2 heures du matin.

Au Chien qui Fume
cuisine traditionnelle
33, rue du Pont Neuf
75 001 Paris
Tél.: 01 42 36 07 42
Note : 13,5/20


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire