samedi 4 mai 2013

Le Square Gardette - 75 011 Paris



Pas de quoi bousculer nos papilles !

On l'envisagerait presque du côté des Puces de Saint-Ouen, avec son côté appartement un poil déglingué, ses pièces style appart' reconstitué façon décor de théâtre, et puis tout ce « bric à brac » chiné de-ci delà. Un renard empaillé menaçant, un furet, un cerf trônant en majesté, un trumeau sur une cheminée « désaffectée », une pendule figée, des canapés et fauteuils de velours, des tables, des chaises dépareillées, de vieux skis années 50, des lustres à pampilles, ou à globes, et puis une multitude de livres, de romans, de policiers, sur des étagères de bois encadrant la porte d'entrée des toilettes, autre sujet de conversation ! Maintenant, il me faut recadrer le débat s'agissant d'une « directrice », ou supposée telle, qui, du début à la fin de notre « mission » gustative en ce lieu dédié logiquement à la convivialité, ne fera que d'afficher une nette indisposition à notre endroit ! 
Rien que notre choix de table semblera lui poser un sérieux problème ! Histoire, peut-être, de nous contrarier. Mais l'essentiel sera ailleurs. Exit donc la « directrice » mal embouchée, et bienvenue a une ardoise un poil restrictive le midi, et (beaucoup) plus généreuse le soir. La terrine de campagne ne fera pas dans la figuration. Une savoureuse, charmeuse et pourtant si élémentaire ! Le velouté de châtaigne, son émulsion de Munster, ne l'égalera certes pas mais affichera un côté assez malicieux pour être pris au sérieux. Le faux-filet Normand, pommes de terre sautées fera un aller-retour via les cuisine du chef, Aimerie Lahondes (un ancien élève de l'école Ferrandi) pour cause de cuisson « appuyée » ! Le second s'avancera idéalement appréhendé ! Merci chef ! L'épaule d'agneau confite en lasagne et caviar d'aubergine (le plat du jour) vaincra certains a-priori, ceux motivés par une directrice vraiment pas complaisante ! S'il est vrai que le riz au lait, son caramel beurre salé, de la chef pâtissière Japonaise, se révélerait d'anthologie, un bien assuré, vaporeux, onctueux, et un tantinet envieux, la poire pochée et sa ganache chocolat, a contrario, ne révolutionnera pas le petit monde pâtissier ! Pas de quoi, franchement, bousculer des papilles qui ne nous l'auraient pas pardonnée !
Notre dégustation de champagne, et vin au verre : Champagne Brut Rosé Michel Gonet, et Graves Clos Florilège 2010 D. Dubourdieu.
A l'ardoise : Plat du jour 12 €. Formules midi 16, 18 et 21 €.

Le Square Gardette
24, rue Saint Ambroise
75 011 Paris
Tél.: 01 43 55 63 07
Note : 11,5/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire