jeudi 15 août 2013

Les Cloches - 75 006 Paris


Aller au restaurant, tout simplement !

« C'est toute une démarche » lancera Christophe Mura, le (tout jeune) maître des lieux, qui tendrait à se perdre aujourd'hui, et qu'il souhaiterait voir (ré)adopter par la clientèle ! Et même s'il reconnaitra avoir, avec son « associé » de l'époque, José Levis, l'architecte concepteur de l'esthétisme de l'endroit, mis la barre un peu trop haut dans les étoiles (nappes blanches, service stylé et tarifs adéquates), force sera de constater qu'un « virage » à 180° aura été pris pour le plus grand bonheur des convives. Exit, donc, le chef à l'égo sur-dimensionné, et l'architecte un poil délirant (mais doué, reconnaissons-lui cette qualité), et bienvenue à une simplicité somme toute (très) appréciée, beaucoup plus en phase avec le quartier ! Toute de noir mat et doré revêtu, sol de carrelage de noir et de blanc en géométrie associée, miroirs « géantissimes », banquettes de cuir caramel, poutraisons et conduits d'aération façon « lingots d'or », l'atmosphère respirera non pas le guindé mais la redécouverte des « fondamentaux » de la bistronomie. 
L'œuf cocotte, son foie gras poêlé, aurait mérité de ne pas être esseulé (deux exemplaires auraient été plus convaincants), le tartare de saumon teriyaki, huile de sésame et citron vert, et la Burrata Pugliese (des Pouilles), artisanale, onctueuse et crémeuse en diable, grosses tomates cocktail, germes de poireaux, un modèle du genre (beaucoup) plus qu'honorable, marqueront d'une pierre blanche un parcours gustatif au rapport qualité prix surprenant. La cuisse de canard confite maison au thym, les noix de Saint-Jacques poêlées, émulsion de foie gras, purée quenelle de tapenade, les ravioles fraîches à la truffe blanche, émulsion de truffe et le fish&cheaps (sans papier kraft comme chez certains), ses pommes sautées, nous persuaderont que le chef, sans « mentor », ne saurait s'en laisser trop compter tout en œuvrant dans la simplicité. Côté desserts, là, par contre, le registre basculera plutôt dans la banalité. Les fraises à la chantilly maison et la glace chocolat-lait d'amande, ne feront pas franchement frémir ! Même la tarte Tatin, malgré un certain talent, nous engagera à envisager qu'il vaudrait mieux, pour le chef, se faire seconder, prestement, par un chef pâtissier !
Notre dégustation de vin au verre : Château Vieux Mougnac-Bordeaux Supérieur-Moelleux – 2005.
Carte (change tous les mois) : Entrées de 7 à 9 €. Plats de 10 à 15 €. Assiette de fromages 8 €. Desserts de 5 à 8 €.

Les Cloches
43, rue Mazarine
75 006 Paris
Tél. : 01 71 32 75 88
Note : 13/20


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire