mercredi 23 octobre 2013

Les 2 Frères - 13 100 Aix-en-Provence


Prodigalité bien équilibrée ...

Et dire qu'ils auraient été « occultés », sans « sommations », ni explications, des pages du guide Rouge 2013 ! C'est, là, une aberration qu'il faudrait bien me « commenter » tant il est vrai que je sais, nous savons (presque) « tous », sur la région, oserais-je dire, qu'ils domineraient largement (avec trois ou quatre autres) le « microcosme » gastronomique Aixois. Mais de qui s'agirait-il, me direz-vous ? Des deux frères, Olivier et Stéphane Benchérif, deux (quasi) siamois (en tout cas dans leur « vie » gustative), deux perfectionnistes, deux « ultras », des (doux) dingues de la cuisine évolutive mais sincère ! L'ombre de platanes centenaires, la pergola façon treillis militaire, et une brise légère, il ne nous en faudra pas beaucoup plus pour succomber au charme d'un lieu mi-lounge, mi-gastro. Hormis une attente manifeste, les deux serveurs vaquant de table en table sans se soucier le moins du monde de notre personne, pas grand chose à signaler ! 
La tranche de foie gras de canard des Landes cuit au naturel, coing au balsamique, mini brioche tiède tranchée et dorée, la « caillette » (une autre façon de l'appréhender) de chevreuil comme avant, jeunes pousses d'épinard, en salade vinaigrette cassis, et la simple salade de mesclun mêlée, filet d'huile d'olive, nous la joueront sensation, et pas déception ! De la prodigalité bien équilibrée … La côte de cochon Ibérique épaisse au sautoir, ses pommes grenailles, le demi colvert cuit au four, figues rôties, marrons au beurre de noisette, jus de carcasse réduit, et le filet d'agneau de Sisteron en croûte, tapenade, tomates confites et gnocchis (les meilleurs avec Mathieu Dandine et La Maisounetta à Châteauneuf-du-Pape) aux herbes, s'inscriront dans une indéniable excellence, et l'on ne voit pas bien pourquoi les deux « fourchettes » péniblement allouées par le Guide Rouge en 2012 ne se seraient pas muées en une troisième voire une quatrième ! Messieurs du Guide Rouge, de grâce, réveillez-vous ! Et puis, l'horloge de la vie s'arrêtera sur l'instant des desserts, celui d'une tarte à la rhubarbe, glace au lait d'amande, « restructurée », d'une sphère choco-pralin, sauce caramel, façon mousse, d'un choux craquelin comme une religieuse, crème légère (aujourd'hui pistache en haut, mûre en bas), suivant l'humeur du jour, et d'une poire Belle-Hélène façon Inès (le prénom de la pâtissière), mini poire pochée, coulant chocolat tiède, et glace vanille, n'ayant aucun rapport, semble-t-il, avec l'ex- « fée » des podiums des années 80 !
Notre dégustation de Champagne, et vin au verre : Louis Massing – rosé, et Chablis Billaud Simon – La Tête d'Or, 2011.
Menu « 2f » 36 €. Menus retour du marché 19 et 25 €. Menu enfant 14 €. Carte : Entrées de 15 à
19 €. Plats de 23 à 30 €. Le coin pâtes 25 €. Desserts de 9 à 10 €.
Ouvert tous les jours. Parking privé.

Les 2 frères
4, avenue Reine Astrid
13 100 Aix-en-Provence
Tél.: 04 42 27 90 32
Note : 14/20


mardi 22 octobre 2013

Le Saint Estève - 13 100 Le Tholonet















S'ouvrir à la vie …

Sur les traces de Cézanne, au pied de la Sainte-Victoire, un tout nouveau complexe (totalement) « décomplexé », tout à la fois hôtel et Spa, basé essentiellement sur le design et la tempérance dans l'expression décorative, vient de s'ouvrir à la vie, et donner à un chef talentueux, Mathieu Dandine, l'occasion d'exprimer ses talents ! Malheureusement, un ciel grisâtre à outrance que même la météo n'aurait pas envisagé, nous déversera l'une de ces averses dont il aura le secret. Autant dire que les pins environnants, et la terrasse, lui en tiendront rigueur. Ici du design, du design et encore du design ! Quelques marches à descendre, et puis, là, face à nous, ouverte à la nature, une salle discrètement taupe, fauteuils et banquettes de velours nacrés (châtaigne ou champagne) et lustres de fer forgé nonchalamment épanchés sur notre destinée ... Côté service, Vince, le directeur de salle et son staff « associé » ne nous dissuaderont pas d'éprouver les capacités d'un lieu décidément (très) bien « doté », mais encore hésitant ! 
Le velouté de champignons, ses tartines truffées, l'un des trois amuses-bouche, s'inscrira dans la séduction furtive, mais interpellatrice. Le gnocchi de pommes de terre « comme Victoria », écrevisses pattes rouges, roquette et parmesan, l'un des meilleurs si ce n'est « le » meilleur qui soit et pas seulement en région Aixoise, tout en finesse et virtuosité, et les langoustines au doux parfum de Siam, pois gourmands, cébettes, gingembre et coriandre, imposeront le respect d'un chef doué et pas franchement déluré. Le « Peï du jour », un Saint-Pierre rôti au beurre de noisette, jus de coques aux truffes, lactaire délicieux au four, et couteaux juste saisis, malin mais pas coquin, les coquilles Saint-Jacques, velouté de courge « Butternut » et truffes de saison (un bémol, les échalotes sur les cébettes parfaitement incongrues) et le dos de chevreuil « sauce poivrade », mousseline de céleris, quelques champignons du moment, rêveur mais pas évaporé, nous l'interpréteront tout en conviction et séduction ! Du sincère, du vrai, et ce ne sera bientôt plus un secret ! 
Le chariot de fromages de chez Céneri (depuis qu'il à repris la fromagerie Robert Bedot), Stilton, Saint-Nectaire, fromage du berger, et chèvres du Montaiguet déclinés, dévoilera ses spécialités et sa prodigalité. L'instant des gourmandises, millefeuille chocolat, feuilles de chocolat noir, banane écrasée, son crumble au citron vert, chantilly et sorbet banane, un irréalisme idéalisé et matérialisé, et le pain d'épice rôti, pommes et poire pochée, caramel au beurre salé, chantilly et glace vanille, nous imposeront une respectabilité tout en suavité, et douce perversité ! Un plateau de mignardises plus tard, cannelés, financiers, florentins, macarons citronnés, madeleines, et, dans la foulée, ses pré-desserts, des « sucettes » coque chocolat noir et crème citron, ses cafés avancés, nous convaincront qu'il agira désormais, dans la région, de compter avec Mathieu Dandine, un chef que d'aucuns qualifieront de « parachuté » mais, pourtant, bigrement doué ! D'ailleurs, mon confrère du Guide Rouge aura, même jour, même heure, su montrer le bout de son nez qui dans son coin aura, comme nous, testé l'heureux élu ! Pas si discret que cela le fringuant inspecteur qui se se sera cru obligé sa condition et sa fonction « déclarer » !
Notre dégustation de champagne et vins blanc : Laurent Perrier – rosé et Château Barbanau - Clos Val Bruyère Cassis – 2011, et Rasteau Domaine Trapadis en vin de dessert.
« Retour du marché » : Entrées 14 €. Plats 35 €. La douceur du jour 12 €. menus 45 et 55 €. Menus « Sainte-Victoire » 75, 85 et 95 €. « Menu signature de Mathias » 135 € en six services. « Sur la Route Cézanne... » : Entrées de 36 à 42 €. Plats de 48 à 75 €. Plateau de fromage de notre sélection 18 €. Desserts de 12 à 24 €.
Ouvert du mardi au dimanche.

Le Saint Estève
Restaurant des Loges Sainte-Victoire ****
2250, Route de Cézanne
13 100 Le Tholonet
Réservation au 04 42 27 10 14

Note : 14,5/20  

dimanche 20 octobre 2013

La Mado - 13 100 Aix-en-Provence


Au niveau d'une certaine excellence …

Avoir en « ligne de mire » le Palais de Justice, et la Cour d'Appel d'Aix, il y aurait plus réjouissant me direz-vous ! Mais, en terrasse, par + 23°C, un 30 Septembre, on lui pardonnera volontiers une présence qui, indéniablement, ne choquerait (presque) plus personne d'autant que nombre d'avocats, greffiers, et magistrats de tous poils s'y sustenteraient non pas dans la discrétion et le respect de leurs voisinage, mais en affichant, délibérément, une gouaille non dissimulée ! Là, sous les parasols (géants) gris acier, fauteuils façon grille de Bentley, et banquettes en tête à tête confirmé, l'instant devra être marqué d'un grand T ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu'ici on versera dans les nigiri sushi, sashimi, et autres maki, concoctés par un maître sushi dans son « aquarium », juste à côté du bar. Le mix découverte, vingt pièces (huit California, six maki, et six nigiri sushi) de quoi « épuiser »les plus forcenés, ne démentira pas une réputation non usurpée ! La mozzarella Buratta, crémeuse si ce n'est ruisselante de saveur, filet d'huile d'olive, et tomate cœur de bœuf émincée, ne nous donnera, certes, pas des frissons de satisfaction, mais on lui accordera, tout de même, un satisfecit bien mérité. 
L'entrecôte Angus (XL et non pas XXL comme précisé sur la carte), environ 400 gr, origine Irlande, grillée, sa Béarnaise et ses frites maison juste dorées, les noisettes d'agneau taillées dans le Baron, « snackées », peperonata au basilic et crème d'ail doux, et la belle sole grillée, environ 500 gr, sa purée à l'ancienne, hisseront le niveau de la prestation à celui que nous espérions est-ce à dire au niveau d'une certaine excellence … Le flan pâtissier, maison nous précisera-t-on (j'en douterai profondément et ce jusqu'à ce que je retrouve le même dans la vitrine d'une pâtisserie rue Espariat), au caramel coulant (parfaitement inutile, soit dit en passant), la tarte aux fraises, nuage de chantilly (aussi inutile), les mini religieuses au chocolat, et le café gourmand, mini crème brûlée au café, macaron pistache, sorbet chocolat, financier et mousse framboise, restitueront des capacités fort appréciées.
Restera à savoir si l'ouvrage sera interne ou externe, en un mot s'il pourra être (réellement) qualifié de maison, sans être contraint d'y ajouter des guillemets !
Notre dégustation de vins au verre : Chablis la Chablisienne, et vin blanc Oroya (pour exalter les sushis).
Suggestion du jour : Plats du jour 16 €. suggestions du sushiman 9 à 17 € €. Gourmandises du jour
7 €.
Formule déjeuner : Formule express 20,50 €. Formule gourmande 23,50 €. Formule wakaba (sushi) 25 €. Menu enfant 10 €. Menu diner 35 €.
Sushi bar : Nigiri sushi x2 de 3 à 6 €. Sashimi x3 de 3,50 à 6 €. Maki personnalisé de 9 à 18 €. Plateaux composés par le maître sushi 9 à 70 €. Maki sucré 6 €. Menu wakaba 25 €.
Salades plats de 14 à 17,50 €. Entrées de 5,50 à 17,50 €. Poissons de 16 à 36 €. Viandes de 15 à
38 €. Pâtes et risotto de 12,50 à 18,50 €. Fromages (assiette) 9 €. Desserts de 7 à 8,50 €. Glaces composées de 8 à 9,50 €.
Ouvert tous les jours.

La Mado
4, Place des Prêcheurs
13 100 Aix-en-Provence
Tél.: 01 42 38 28 02


Note : 13/20

lundi 14 octobre 2013

La Treille - 84 000 Avignon


Libre comme une bougie dans le vent !

Un hôtel particulier au beau milieu d'une île, c'est plutôt inhabituel ! Mais, si je vous disais que tout ça se passerait à quelques encablures des remparts de la Cité des Papes avec vue sur des péniches « encrées », vous seriez bien fondé à ne pas me croire ! Et pourtant, ce ne serait pas une billevesée, ce serait vrai ! De main en main, la « table ci-contre référencée » aura aboutie, depuis Octobre 2012, entre celles de Jean-Michel Leclerc, un autodidacte (on dira les choses comme cela) de la gastronomie, le genre de chef que l'on devrait apprécier au fil des dégustations … Une table en terrasse ? Le ciel « gris » nous en dissuadera ! On lui préférera la salle style bcbg, fauteuils en « Louis quelque chose » associés, tentures de taffetas châtaigne, et cheminée en trumeau affiché, de quoi deux (bonnes) heures passer ! Côté mise en bouche, le cromesqui de hareng, et sablé au Parmesan, sa crème de chèvre, ne se verra perturbé que par la scie électrique du « chantier » d'à côté ! C'est tout dire ! Le beignet d'escargots au beurre d'ail, fricassée de girolles et chorizo, et le foie gras du Puntoun, mi-figue, mi-raisin, s'inscriront dans l'assez peaufiné, sans, toutefois, la gastronomie bouleverser.
A contrario, le caneton en deux cuissons, navet boucle d'or glacé, et la volaille fermière écumée à la feuille de figuier, pommes dauphines de vitelotte associée (idem pour les deux plats, ça fait désordre), marqueront (très) nettement une propension, pour ce chef, au minimalisme, et à l'absence de générosité. Le plateau du fromager quant à lui, plantureux et pas ombrageux, ne nous dissuadera pas d'aborder l'aspect « sucré » de ce chef quelque peu déroutant, par certains aspects assez doué, et par d'autres d'une obscure mesquinerie! Le plateau de pâtisseries maison, tarte au citron (voluptueuse), religieuse chocolat et crème café, tarte framboise (charmeuse), baba au Rhum (en duo associé et pipette de Rhum pas brimée), mousse chocolat (façon miroir), et crème brûlée à l'orange, méritera (presque) à lui seul le détour ! On l'envisagerait, pourtant, (beaucoup) mieux précédé ! Un conseil chef, bannissez l'avarice au profit d'une magnanimité sincèrement affichée, faute de quoi vous dépérirez !!!
Notre dégustation de champagne et vin au verre : Taittinger et Château Le Plaisir Côtes du Rhône – blanc - 2011.
Menu affaire (uniquement le midi en semaine) 20 €. Formule 24 € (uniquement le midi, entrée + plat ou plat + dessert). Formule le week-end 29 € (entrée + plat + dessert). Formules 35 et 42,50 € (plat + dessert ou entrée + plat). Fromages 8 €. Desserts 16 €.

La Treille
Chemin de l’île de Piot
84 000 Avignon
Tél.: 04 90 16 46 20
Note : 12,5/20


dimanche 13 octobre 2013

Côté Cour - 13 100 Aix-en-Provence


In food we Trust !

Cours Mirabeau, c'est d'un ex finaliste de Top Chef (2011 ), Ronan Kernen, qui s'imposerait non sans conviction sur une table « lovée » au cœur d'un ancien hôtel particulier du « Cours aux Carrosses », plutôt côté cour, dont il s'agirait aujourd'hui. Déco tout à la fois Baroque et design, fauteuils en « envolée » de ciré noir, lustres de Murano version « bois brûlé », tentures chocolatée et « table d'hôte » surélevée, de quoi « dominer » la « situation », et observer les assiettes des convives d'à côté … Il est vrai que la « vision à 180° » des cuisines ouvertes où, indéniablement, le chef « œuvrera » (pas comme chez certains, plus enclin à serrer la pogne des potes et autres notables du coin, qu'à vraiment cuisiner), à la véranda côté cour, révèlera une salle (quasiment) comble, preuve, s'il en était besoin, d'un indéniable attachement à ce lieu quelque peu décalé.
La salade de jeunes pousses, huile vanillée, vieux balsamique, et pignons de pins, toute en légèreté et humilité, le produit et rien que, l'œuf cuit à 64° C, émulsion Royale de moelle et bouillon truffé, et les langoustines en chapelure Japonaise, chutney ananas et coriandre, miel, citron vert, huile d'olive, et radis noir, confirmeront en version « live » que ce chef là, c'est un condensé bouillonnant de sincérité, de subtilité et d'authenticité. Côté personnel et service, Vincent, Anaïs et Malik combleront l'espace. Du style sans excès et de la courtoisie sans, toutefois, sombrer dans l'obséquiosité. L'entrecôte, environ 300 gr, Simmenthal, pommes de terre grenailles, et jeunes pousses aux pignons, le homard bleu en grosse raviole, lentins des chênes, mange tout, coriandre et jus de bouillabaisse, et le paleron de bœuf Wagyu, girolles, et cromesqui au beurre, sa pomme purée truffée, ne souffriront d'aucuns reproches, tout en détermination et excellence, une recette infaillible ! L'ardoise du fromager Aixois, Lemarié, Vacherin, Comté et Gaperon ail et poivre, méritera que l'on s'y attardât sauf que, ce jour là, la volonté ne suffira pas ! 
Et ce ne sont pas les tarte Tatin façon Ronan, pâte feuilletée, glace vanille, la mousse au chocolat chaude, fraîcheur vanille, tuile chocolatée (là, il faudra une belle dose d'inappétence pour s'abstenir) et les « fruits rouges », coque chocolat et ganache chocolat blanc, Stenzel amande, glace fruits rouges, qui me contrediront sauf que la raison ne l'emportera pas sur l'addiction …
Notre dégustation de champagne, et vin au verre : Moët et Chandon – Rosé et Bodin – Cassis – blanc – 2012, et Louis Chez Ro – Rée Saint-Joseph - 2012.
Suggestions du chef de 21 à 76 €. Inspiration du moment du lundi au vendredi 29 € (formule complète), 23 € (plat + dessert ou entrée + plat). Plat du jour 18 €. Menu plaisirs gourmands 42 €.
Salade déjeuner de 19 à 23 €. Carte : Entrées de 19 à 28 €, les Incontournables de 13 à 20 €. Les viandes de 27 à 34 €, les Incontournables de 20 à 31 €. Les poissons de 27 à 30 €, les Incontournables 26 €. Pâtes et risotto de 15 à 23 €. Les desserts 13 €, ou fromages 11 €, les Incontournables 12 €.
Ouvert du lundi au samedi.

Côté Cour
19, cours Mirabeau
13 100 Aix-en-Provence
Tél.: 04 42 93 12 51
Note : 14.5/20


La Fromagerie du Passage - 13 100 Aix-en-Provence


Des tintements d'alpages …

C'est « le » nouveau « bar » Aixois par excellence, celui qui attirerait toutes les attentions depuis prés d'une année et demie, mais pas n'importe lequel, un bar à fromages où l'on vous comblera avec pas moins d'une centaine de « spécimen » scrupuleusement sélectionnés auprès de petits (et grands) producteurs favorisant, avant tout, le « bien être » de l'animal, et l'élevage raisonné, comme ils disent. Résultat, un lait qualitatif aux saveurs multiples et inimitables, et des fromages affinés dans les « caves » d'Hervé Mons, un M.O.F version Lyonnaise, de quoi combler vos papilles faméliques interloquées … Le lieu, « blotti » au cœur du passage Agard (reliant le cours Mirabeau au Palais de Justice), s'affichera en une architecture résolument design conçue par l'architecte Vincent Coste. Ainsi, c'est un sol en damier de dalles bétonnées qui « flattera » vos pas et ce sur trois niveaux. 
Au rez-de-chaussée, l'espace boutique (épicerie fine, crèmerie, desserts lactés, et autres charcuteries), sa table d'hôtes version surélevée, en « tête à tête » avec l'étale de fromages et la cave murale. Au premier, un espace dégustation, intimiste (ses toilettes aux tintements d'alpages), et au second, une terrasse ouverte, chaises façon grille d'aération, sol latté, et trois énormes parasols vert prairie pour s'abriter d'un soleil assez « vaillant » pour une fin de mois de Septembre ! L'assiette Italienne, Burrata de 200 grs, Parmigiano Reggiano, tomate, pesto, et jambon cru, fort bien intentionnée au demeurant, et le mesclun, ses copeaux de Parmigiano, filet d'huile d'olive, dépasseront haut la main toutes les attentes. L'entrecôte, origine Allemande (une Simmenthal), extra, ses pommes de terre grenailles frites, son mesclun, le tartare de bœuf au couteau, huile d'olive en toute simplicité, et discrétion, et le hamburger de bœuf au Cheddar Montgomery, nous confirmeront qu'ici on ne badine pas avec la qualité des mets. 
L'assiette de l'affineur, ses cinq fromages au choix (de quoi faire une « overdose », je vous assure) à la carte (24 sortes), Camembert, Banon, Brie au Basilic, Reblochon Fermier, Pouligny Saint-Pierre et Langres, fulminera de saveurs et d'opiniâtreté. De la bel ouvrage, vous en conviendrez assurément ! Question desserts, le cheesecake, sorbet cerise, et la tarte fraise-amande ne bouleverseront, certes, pas le microcosme pâtissier, mais ils révèleront clairement la sollicitude d'une équipe vouée à votre entière satisfaction … Foncez-y, que diable !
Notre dégustation de vins au verre : Domaine d'Élise « Côte de Lechet » AOC, Chablis – 1er Cru – 2010, Château de Beaucastel – AOC – Châteauneuf-du-Pape 2011, et Domaine Dubreuil et Fontaine AOC – Volnay – 2010.
Plat du jour 14 €. Entrée du jour 8 €. Dessert du jour 7 €. Les formules 20 € (entrée du jour + plat du jour, ou plat du jour + dessert du jour). Formule enfant 12 €. Entrées de 12 à 19 €. Plats de 12 à 19 €. Le coin fromager (assiettes et planches) de 10 à 18 €. Sélections de fromages : planche de fromages 17 € (5 au choix). Desserts de 6,50 à 7,50 €.
Brunch gourmand (de 10h à 15h, tous les dimanches) 25 €.
Ouvert du lundi au dimanche de 9h à minuit.

La Fromagerie du Passage
55, cours Mirabeau
Passage Agard
13 100 Aix-en-Provence
Tél.: 04 42 22 90 00
Note : 13,5/20


La Basse Cour - Aix-en-Provence


Y'a de l'amour dans ces rillettes !

Ouvrir (début Novembre 2012) une table en (proche) périphérie Aixoise, côté Lycée Sézanne, il fallait déjà oser ! Mais envisager, pour ce faire, une bâtisse banalisée qui n'était, en fait, qu'un resto quasi « universitaire » pour révéler le thème de la base cour, je ne l'aurai pas parié ! Excellent atout, un parking juste devant à l'écart du passage, et puis cette terrasse ouverte (mais protégée) ou, en cette fin Septembre, la fraîcheur ne se sera pas encore investie.
Norma et Richard, le couple de propriétaires initiateur du lieu, s'activera de la cuisine vers la terrasse (la plus fréquentée en ce jour) et la simple apparition des trois brochettes, agneau, bœuf et volaille ou du « géantissime » carré d'agneau en croute d'herbes qui se « bronzait » sous la lampe en attente de « livraison », nous détermineront dans notre sélection. Le médaillon de foie gras maison, cuit au torchon, confit d'oignons rouges, impérial de finesse, généreux, et onctueux, les (très rares) rillettes de poulet en verrine (un peu grasses à mon goût), et la brouillade de truffes « Brumales », vaporeuse on ne peux mieux, forceront le respect de votre serviteur. Le carpaccio de bœuf « farci » à la truffe, émincé finement mais pas trop, de chez le boucher, sa roquette, le demi poulet fermier, rôti, truffé sous la peau, pour un convive à l'appétit sur-dimensionné, sa pomme de terre en papillote, et le hamburger de bœuf Rossini (une spécialité de leur autre adresse) au couteau, ses frites, et son pain au pavot maison (quasiment) le meilleur sur Aix, nous la jouerons conviction et surtout pas déception. 
Une interprétation pas franchement expédiée ! On aurait (soyons sourcilleux), pourtant, souhaité un poil de cuisson en sus pour le poulet, cela étant, essentiellement, affaire de goût ! La crème brûlée « façon » saucière, épaisse et légèrement caramélisée, la tarte aux pommes « soufflée », crème légère, tout à la fois croquante et moelleuse, et le crumble aux poires revisité, pâte sablée et « brisée », nous confirmeront que cette « Basse cour » là jouera bien dans la cour des grandes !
Notre dégustation de vin au verre : Domaine de la Camaïssette en blanc et rosé.
A partager en toute amitiée de 11 à 16 €. Entrées de 12 à 19 €. Le plat des grands enfants 15 € (coquillettes au jambon de Paris et truffes « Brumales »). Hamburger de 19 à 24 €. Viandes de 16 à 27 €. Poissons de 25 à 35 €. (100% maison).
Ouvert du mardi au samedi, midi et soir.

La Basse Cour
11, avenue Fontenaille
13 100 Aix-en-Provence
Tél.: 04 42 92 30 66
Note : 13/20

mais aussi :
La Maison du Château
Montée de l'Église
13 790 Châteauneuf le Rouge
Tél.: 04 42 64 24 50

Le Petit Bistrot - 13 100 Aix-en-Provence


Full ardoise !

Si vous connaissez Chez Jo, la meilleure pizza (au feu de bois) d'Aix-en-Provence dit-on, vous ne pourrez louper le Petit Bistrot de Ludovic, son store rouge, et ses guéridons dominants « avec vue » sur la Place des Augustins. Louisa et Alice ne se la joueront pas, mais elles assureront … L'ardoise de foie gras de canard (dommage, un bloc !), le jambon cru de Serrano, et les œufs cocotte, ne verseront pas dans le démentiel. Ceci dit, pour un bar à vins, l'exercice se révèlera assez subtilement mené. L'entrecôte au poivre, ses pommes de terre sautées, son tartare au couteau à l'Italienne, huile d'olive et copeaux de Parmesan, et le burger le « Petit Bistrot » foie gras, confit d'oignons, imposeront en toute générosité, mais on regrettera qu'une pointe d'excentricité ne s'y soit glissée ! Une dégustation de vins au verre, Château Vaccant moelleux cuvée Belle Poule, en blanc, Saint-Joseph – Côtes du Rhône, en rouge, et Dupuy de Lôme – Bandol, en rosé, plus tard, et nous voici rendus aux desserts pas des préparés, mais des maison précisera Louisa. Si la crème brûlée fera exception, la panna cotta fruits rouges, le crumble aux pommes, et la mousse au chocolat, finiront par nous convaincre que tout est possible, et même qu'un bar à vins s'inscrive dans la rigueur et le respect du client …
Ardoise : Menu : Les ardoises de 6 à 13 €. Fromages rôtis de 7 à 14 €. Entrées 7 €. Tartares (coupés au couteau) de 14 à 18 €. Salades de 13 à 14 €. Brochettes de 14 à 17 €. Viandes de 14 à 21 €. Burgers de 14 à 18 €. Poissons de 14 à 18 €.
Ouvert tout les jours, 7j/7 de 11H à 23h30.

Le Petit Bistrot
Place des Augustins
13 100 Aix-en-Provence
Tél.: 04 42 51 17 32
Note 12/20


Auberge de Tavel - 30 126 Tavel


Tavel tov !

Le village de Tavel se résumera à « très peu de chose » … question gastronomie ! Mais, à y regarder de plus près, une seule adresse méritera votre attention, la table de Corinne Brouillard et son sommelier-conseil de mari, Thierry. La rusticité s'imposera même si l'on aura quelque peu revisité l'atmosphère notamment avec une cheminée en insert justement là où se situait la porte d'entrée de l'ancienne école (de garçons) datant de 1860 (fermée en 1972), une porte « taillée » dans de la pierre de Tavel (comme quoi Tavel n'aura pas eu qu'une seule vocation). Cela respirera, malgré tout, le classicisme bon teint … Chaises Louis XIII façon tapissier, tables nappées de vieux rose nacré, casseroles de cuivres en suspension, poutraisons assurées, pierres apparentes taillées et tomettes affichées, rien ne versera dans l'outrancier, et Corinne de nous proposer un rosé façon sangria histoire de nous dérider ! 
La terrine de foie gras au naturel farcie aux figues moelleuses, et la dégustation de tomates, l'une farcie au thon, l'autre crue et gambas, cake au basilic, et smoothie, ne nous inspireront pas le bâclé ni le speedé ! Du réfléchi et pas du perverti ! Le cannelloni d'agneau façon pastilla, légumes glacés, haricots plats, carottes, navets grelots, et petits pois, le suprême de pintade farci à la tapenade, tian de légumes Provençaux, et le filet de loup à l'émulsion de vanille, dés de céleri et artichauts, s'inséreront dans le peaufiné et le judicieusement concocté, de quoi séduire les plus blasés. Le plateau de fromages affinés, sa confiture de courgettes maison, vache, brebis et chèvre, en valeur dévoilée, n'aura de cesse que d'assurer. Et puis, adviendra l'œuf, sa crème brûlée en coque enjôlée, sa mouillette de pain d'épices, un doux instant de félicité pour nous prouver que ce chef là saura « œuvrer » pareillement dans le petit univers pâtissier. Son soufflé à l'abricot, abricot poché au romarin, glace au Saké, sa verrine de nectarine et fraise Tagada, pêche rôtie au miel, et à la Chartreuse, et son mi-charlotte mi-vacherin choco-coco, sauce chocolat, glace noix de coco, resteront dans les mémoires comme des modèles exemplaires, extrêmement bien éduqués.
Notre dégustation de vin : Une demie Lirac tout simplement.
Formules Tavel 39 €, Tradition 42 €, Gourmandise 57 €, et Voie Romaine (+ un verre de vin du jour) 18 € (du lundi au vendredi). Menus dégustation 72 €. Menus futurs gastronomes 15 et 25 €.
Mes sélections du Terroir de 20 à 25 €. Carte : Entrées de 12,50 à 18,50 €. Poissons de 21,50 à 23 €. Viandes de 23 à 26 €. Fromages affinés 8 €. Desserts de 3 à 12,50 €. Soirée étape « Business » 80 € Soirée étape « Exécutive » 99 €.
Ouvert toute l'année.

Auberge de Tavel
Hôtel*** - Restaurant
7, route Romaine
30 126 Tavel
Tél.: +33 (0)4 66 50 03 41 / +33 (0)4 66 50 24 44
Note : 13,5//20