lundi 24 mars 2014

Bistro Saint Louis - 06 000 Nice


Bistrot, une appellation galvaudée ?

Exit le Boni et bienvenue à un « vrai » bistrot non pas issu de la (Sainte) Russie comme le véhiculerait une certaine « intelligentsia » Parisienne (le mot bistro s'identifiant pour eux à la vitesse
dans la langue de Tchekhov), mais du Poitevin, ou de l'Angevin « bistrou », véritables racines d'une appellation par trop galvaudée ! On aura cultivé là une ambiance intimiste basée sur les tons de rouge et tête de nègre, les fauteuils de cuir, les drapés, quelques vieilles enseignes façon tabac, une fontaine ruisselante et le tour aurait pu se jouer sans autre forme de décoration sauf qu'ici c'est plutôt le « programme » qui méritera votre attention ! Le chef, Benjamin Lequeux, un fan de produits frais, ne s'engagerait que s'il en est convaincu. Son foie gras sur ardoise, hyper généreux (une portion digne d'un étoilé), pain d'épice en mouillettes, compotée de figues, Aceto Balsamico vieux, et sa dégustation de jambon Ibérique et chorizo Bellota à pattes noires « AOC » nourri aux glands de chêne, affiné 36 mois, ses gressino, forceront le respect d'un « nez » doublé d'un savoir-faire indiscutable ! 
L'entrecôte, 350 à 400 gr, dans le carré, origine Irlandaise, maturée 28 jours « comme à l'époque » se plaira à préciser le chef, ses pommes grenailles de Noirmoutier, son mesclun Niçois, superbe et voluptueuse, un régal pour les sens initiés, le tartare de filet de veau de l'Aveyron (un veau sous la mère), préparé devant nous, à l'Italienne, ses pommes grenailles, et les fettuccine frais, flambés à la Grappa (une spécialité maison), leur carpaccio de jambon Ibérique Bellota, et pluie de noix de Muscade, scotcheront même les blasés et les cœurs récalcitrants. Mais, c'est l'instant des desserts qui méritera une attention toute particulière d'autant que c'est d'un ancien chef pâtissier qu'il s'agira, un de chez Stohrer à Paris, qui révélera son « génie » non sans une certaine humilité !
Les crêpes façon Suzette au Cointreau, préparées devant nous, le soufflé chaud pur cacao 64 % extra bitter Guayaquil (un grand moment), sa glace au lait entier infusée à la vanille Bourbon, et le Puit d'Amour, recette du XVIIIème siècle revisitée par Benjamin, sauce caramel beurre salé, il ne nous en faudra pas plus pour lui décerner un satisfecit démultiplié.
Notre dégustation de Champagne à la coupe : Piper-Heidsieck rosé.
Suggestions du jour de 12 à 29 €. Carte : Entrées de 7 à 19 €. Viandes de 24 à 69 €. Poissons de 25 à 39 €. Spécialités de 18 à 24 €. Menu enfant 10 €. Desserts de 8,50 à 15,50 €.
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 14h et de 19h à 22h.

Bistro Saint Louis
15, rue Tonduti de l'Escarène
06 000 Nice
Tél. : 04 93 62 93 36 / 06 08 11 92 32
Note : 13,5/20


1 commentaire:

  1. salut
    il est très intéressant ce site pour les adresses
    bonne semaine

    RépondreSupprimer