mercredi 16 juillet 2014

Les Grandes Vacances Par Inès de la Fressange et La Tarte Tropézienne


A peine finies, on en voudrait encore ! On y pense toute l’année, avec bonheur et nostalgie, en attendant avec impatience les prochaines !
Pour Inès de la Fressange, les vacances d’été sont essentielles. Elles se passent en France, au cœur de la Provence, pas très loin de Saint-Tropez où elle est née. Elles sont synonymes de retrouvailles chaleureuses en famille ou entre amis et de joies simples, comme le moment privilégié de la sieste à l’heure où il fait le plus chaud. Pour Inès de la Fressange, il suffit d’évoquer La Tarte Tropézienne pour se sentir en vacances. Pour elle, La Tarte Tropézienne a le goût des merveilleux souvenirs d’enfance, de l’été, de tous les étés et des fêtes légères. C’est pour cela qu’elle célèbre cet été avec La Tarte Tropézienne « Les Grandes Vacances » !
Avec son talent et son imaginaire ensoleillé, elle habille les boites de La Tarte Tropézienne.
Véritables hymnes à l’ambiance colorée et légère de Saint-Tropez, ces petites boites deviennent de joyeux écrins pour ramener dans nos valises nos plus beaux souvenirs de vacances.


Petites confidences estivales d’Inès de la Fressange

Quelles sont vos vacances préférées ?

Assurément celles de l'été ! Je les appelle encore " les grandes vacances ", je sais ça fait un peu " Martine à la plage " et je suis la seule au bureau à partir un mois entier. Le mois d'août est mon préféré, peut-être parce que j'y suis née, au bord de la mer, devinez où ?!

Qu'est ce que vous évoque La Tarte Tropézienne ?

Ah non, là vous me demandez mon autobiographie ! La Tarte Tropézienne pour moi c'est au-delà de la madeleine du p'tit Marcel : c'est toute mon enfance !
C'est la rue de Saint-Tropez dans les années 70 où en jeans pattes d'éléphants (Lothar's pour les initiés) et en sandales (Rondini pour les connaisseurs) on allait chercher ce dessert synonyme de vacances, fête, été.
Mes souvenirs ressemblent à un roman de Sagan. Mais à l'inverse de Proust c'est quand je pense à mon enfance que j'ai le goût de La Tarte Tropézienne.
Un souvenir mais toujours d'actualité.

L’histoire de la Tarte Tropézienne

Tout commence en 1955 lorsque Alexandre Micka ouvre une pâtisserie place de la Mairie à Saint-Tropez. Il y propose une brioche à la crème inspirée d’une recette de grand-mère, dont il garde jalousement le secret.
La même année, le petit village tropézien commence à connaître la gloire avec le tournage du film « Et Dieu créa la femme ». Toute l’équipe du film découvre alors la pâtisserie d’Alexandre Micka. Brigitte Bardot, qui raffole de ce dessert autant que du soleil de Saint-Tropez, suggère alors au pâtissier de baptiser son gâteau : « La Tarte Tropézienne ».
C’est le début du succès. Aujourd’hui, La Tarte Tropézienne est la douceur emblématique de Saint-Tropez. Elle doit son succès à cet équilibre inimitable entre la fermeté de sa brioche gourmande et parfumée et la délicatesse de sa crème onctueuse.

La boite de 8 Baby Trop’, édition limitée été 2014, 15 € par Inès de la Fressange
à partir du 4 juillet dans les boutiques La Tarte Tropézienne

SAINT-TROPEZ • 36 rue Georges Clémenceau et Place des Lices
NICE • Aéroport International, Terminal 2
PARIS • 3 Rue de Montfaucon, 6e

#InesxLaTarteTrop


www.latartetropezienne.fr



Info

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire