vendredi 30 mai 2014

L’Éléphant Bleu - 06 600 Antibes


On se prendra à rêver …

Je ne pensais vraiment pas qu'en ce Festival du Film 2014 nous aurions à affronter des éléments aussi « déchaînés » ! S'engager face aux remparts d'Antibes se vivra (quasiment) tel un « parcours du combattant » au rythme des trombes d'eau déferlantes …
Martine Lorreyte se tiendra, malgré tout, disponible pour sa clientèle qui reconnaissons-le, en ce jour « pourri », se fera des plus rare ! Ce n'est pas tant la déco qui, Dieu Bouddha aidant, s'imposera Asiatiquement, surtout au son d'une musique Latino ! Mais, ici, l'essentiel se révélera dans l'assiette et l'on se prendra à rêver que les associations seront inimitables ! L'assortiment de Dim Sum maison, bouchées de porc, de crevette, perles de coquilles Saint-Jacques et potirons de crevettes, et les beignets de crevettes, s'immortaliseront tels des exceptions (si l'on compare à ses « confrères » de la Côte). 
Le demi canard de Pékin, sauce Hoisin, ses crêpes chaudes, son riz à la feuille de lotus, poulet et crevettes, pour deux, une spécialité du lieu, délicat et vertueux, et les coquilles Saint-Jacques au brocolis et champignons noirs, ses nouilles sautées, il n'en faudra pas plus pour combler les amateurs de mets concoctés dans les règles de l'Art Asiatique d'autant qu'ici on pratiquera tout autant le Vietnamien, le Thaïlandais comme le Chinois ! Les perles de coco, le flan à la vapeur et lait de coco, et les rouleaux de banane, auront beau faire de réel efforts on ne réussira pas à leur trouver vraiment du charme ! C'est, là, une relative, et commune, « faiblesse » des tables Asiatiques de la région que d'offrir des gourmandises, et des douceurs, sans originalité, sans inspiration (le coup de la crème Mont Blanc se répétera à l'envi) et même sans fantaisie !
Carte : Soupes de 6 à 11 €. Salades de 7,50 à 14,50 €. Entrées de 7 à 21,50 €. Brochettes de 15 à
38 €. Vapeurs Dim Sum de 5,50 à 11 €. Spécialités Thaïlandaises de 14 à 31 €. Spécialités Chinoises de 13,50 à 31 €. Spécialités Vietnamiennes de 13 à 31 €. Suggestions végétariennes de 5,50 à 13 €. Les spécialités de L'éléphant Bleu : Fondue traditionnelle Vietnamienne 30 €/pers. Bœuf barbecue Coréen 18,50 €/pers. Fondue Thaïlandaise aux épices 36 €/pers. Canard de Pékin 28,50 €/pers. Nouilles de 14,50 à 21,50 €. Accompagnements de 2 à 11 €. Desserts de 6 à 10 €.
Ouvert tout les jours midi et soir. Terrasse

L'éléphant Bleu
Port Vauban
28, boulevard d'Aguillon
06 600 Antibes
Tél. : 04 93 34 28 80
Note : 13/20





Il Était Une Fois ... - 06 500 Menton


Un peu révolutionnaire …

Le commandant Cousteau sur sa Calypso arborait volontiers, tels les Bretons « insurgés » contre l'écotaxe, le fameux bonnet rouge ! Peut-être était-il, déjà à l'époque, un peu « révolutionnaire ». Sa nièce, Perrine, et sa petite nièce, Fleur, auront, tout en gardant cet état d'esprit un peu « frondeur », choisi de reprendre une table tombée en désuétude, là, sur la promenade du soleil, face à la mer et aux éléments aujourd'hui un peu « échauffés » … Fleur, en bonne « héritière » qui se respecte, bichonnera toute sa clientèle de passage comme d'habitués. Une équité qui nous interpellera ! Les fleurs de courgettes farcies au chèvre frais de Castellar, vierge d'olive, en « cigare » effilés, le canon de foie gras maison, son confit de citron de Menton (très, très acidulé et pas franchement adapté), et les fines asperges vertes, chiffonnade de jambon de pays, sabayon d'huile d'olive, il ne sera pas dit que ce chef là, Thomas Roux, fera dans le laisser aller !
 Du frais, de la justesse, et de l'idée !
L'entrecôte Charolaise simplement grillée (un poil trop saisie), vitelottes « cendrées », le filet de bœuf Rossini, son foie gras poêlé sur brioche généreusement tranchée, ses légumes associés, et le beau loup entier grillé à juste température, huile d'olive aux baies roses, tout cela s'appréciera bien au-delà de nos attentes. La poire pochée aux épices, crème pâtissière à la vanille, sur fond de sablé Breton, la tartelette aux fraises, crème pâtissière au basilic et la tartelette aux deux chocolats en mousse associées, perpétueront l'effet, et l'on se prendra à rêver l'espace d'un instant qu'il (le chef) pourrait bien dans quelques temps surprendre son monde, et « décoller » vers un ciel du genre
étoilé …
Notre dégustation de champagne, et vin au verre : Mumm Cordon Rouge, Domaine Uby - cuvée « Gros et Petit Manseng », et cuvée Calypso - Château Belles-Graves - 2008.
Menu du Marché (midi en semaine) 16 et 19 € (verre de vin ou ½ bouteille d'eau comprise). Menu enfant 10 €. Carte : Entrées de 14 à 17 €. Plats de 16 à 31 €. Pêche Mentonnaise de 27 à 49 €. Desserts 9 €. Café gourmand 10,50 €.

Il était une fois …
884, Promenade du Soleil
06 500 Menton
Tél. : 04 92 10 30 33
Note : 13,5/20


jeudi 29 mai 2014

Le Bistrot des Jardins - 06 500 Menton


Dans le vif du sujet

C'est l'« Îlot » de « zénitude » idéal au cœur de Menton, celui où l'on aimera à se réfugier, du côté de la fontaine déversante, des tourterelles affectueuses, à l'ombre des parasols et autres orangers, ou citronniers, celui d'Alain Delserre, notre bienfaiteur et chef, qui fera une courte apparition histoire de nous saluer pour s'en retourner dans le « vif du sujet » ! Pour la chair de tourteau et crevettes fraîches, mousse d'avocat façon guacamole en habit d'onctuosité, la pince et chair de homard bleu, pointes et Royale d'asperges vertes en panavision et parfaite restitution, et la terrine de lapin au foie gras, ses feuilles de roquettes, rustique et prometteuse, il nous sera bien malaisé de les prendre en défaut ! 
La côte de veau rosée, sa sauce crème aux (mini) morilles, « gâteau » de feuilles et cotes de blettes, respectueusement saisie, l'épaule d'agneau de lait au four, fricassée de petits pois, carottes, haricots verts et (mini) courgettes, toute en générosité, et le riz façon risotto, aux gambas sauvages, artichauts violets, pas le plus respectueux qui soit côté « tradition » (le riz rond s'imposait, à mon avis, de facto), opéreront un effet séduction sans restriction.
Vous ne serez pas étonné que l'aspect dessert fût de la même lignée ! Avec son tiramisù « comme en Italie », son baba au Rhum, crème fouettée à la vanille, duo d'ananas frais et confit aux épices, son « vrai » fraisier, tapis de fruits rouges, et son clafoutis tiède aux cerises (non dénoyautées) façon grand-mère le summum de la séduction pour certains (dont je fais partie), Alain Delserre mettra la barre assez haute en tout cas suffisamment pour faire (beaucoup) d'ombre à certains de ses « voisins » Mentonnais !
Notre dégustation de vins au verre : Petit Chablis Jean-Marc Brocard – Domaine Sainte-Claire – 2012 – blanc, Magali - Côtes de Provence - Signature – 2013 – rosé, et Saint-André de Figuière famille Combard.
Formule déjeuner de 22 à 30 €. Plat 17,50 €. Suggestions : Entrées de 10 à 17 €. Plats de 19 à 64 €. Fromages 8,50 €. Desserts de 2,60 à 10 €.
Terrasse extérieur. Ouvert du mardi au samedi midi et soir.

Le bistrot des jardins
14, Avenue Boyer
06 500 Menton
Tél. : 04 93 28 28 09
Note : 13,5/20


Brasserie Balthazar - 06 700 Saint-Laurent du Var


Résolument respectueux

Un air de salsa, ou jazzy, qui viendra de nulle part pensera-t-on, des fauteuils façon croco, des banquettes chocolatées et satinées, une (grosse) amphore de terre cuite, une tête de bouddha
en-coiffée (d'un Stetson), et le sourire enjoué de Jérôme, le boss, qui, derrière son comptoir de teck, se trouvera là dans son élément … Et ce n'est pas l'antique scène en trompe l’œil (au plafond) qui nous détournera d'une ambiance flatteuse et cosy à souhait ! Ici, on ne pratiquera que l'ardoise, et il ne nous faudra que cinq minutes pour faire un choix pas franchement Cornélien ! 
La (mini) salade César, poulet tiède, tomates cerises, champignons de Paris, copeaux de Parmesan et (mini) croûtons, et le Samoussa de mozzarella au basilic, sa salade au Balsamique réduit, ne feront certes pas l'effet d'une bombe mais l'on appréciera le tour de main et la qualité des produits. Le pavé de Rumsteack, ses frites « soufflées », le tartare de saumon sur lit de quinoa façon taboulé, boulgour à la menthe fraîche, et le tartare de bœuf dans son plus simple appareil, confirmeront une sensation à mi-chemin de l'admiration et de la considération. Que se passera-t-il côté dessert de la « force » ? La brioche au four, crème glacée vanille, caramel beurre salé et nuage de chantilly, notre préférée, la panna cotta au coulis de fraises, et les nems chocolat, banane, et glace coco, nous la joueront expérience et pas repentance, une réussite indéniable qu'il me faudra inscrire au « palmarès » d'un chef, Frédéric, résolument respectueux des clients.
Notre dégustation de vin au verre : Domaine d'Orélie – Ardèche – 2013 – blanc.
Ardoise du jour de 11,50 à 14 €. Desserts 6 €.
Ouvert du lundi au samedi tous les midis. Terrasse.

Brasserie Balthazar
124, Avenue Général Leclerc
06 700 Saint-Laurent-du-Var
Tél. : 09 51 88 13 47 / 06 24 14 12 50
Note : 13/20


Le Petit Bouchon - 06 370 Mouans-Sartoux


Sous les lierres grimpants …

Un « bouchon » demeurera toujours un « bouchon », et même si l'appellation ira chercher ses racines en une «  grappe de pin accrochée aux portes des tavernes de vin », dira-t-on, on restera (assez) surpris d'en découvrir un dans ce village « carré », presque face au Château, un peu « isolé » entre Mougins et Valbonne, sur la route de Grasse … Une ruelle « aménagée » en terrasse ombragée (jusqu'à ce que le nouveau projet de Laurent, le boss, aboutisse de l'autre côté de la rue, en Juillet prochain), une table sous les lierres grimpants, et un instant de bonheur partagé, il ne nous en faudra pas plus pour succomber ! L'ardoise de foie gras de canard maison, toasts grillés, confiture de figues, généreux on ne peux mieux, et la Tatin de boudin noir, ses pommes caramélisées, « pantagruélique » au point que, même en la scindant en deux parts égales, on aura, à deux, quelques difficultés à assurer, une belle entrée en matière, pensera-t-on ! 
La côte de bœuf, environ 1,2 kg, pour deux, grillée, origine France (une Charolaise, je crois), aurait pu s'inscrire dans le (très) respectable. Seulement voilà, l'association de trois sauces bien distinctes, Béarnaise, poivre et Saint-Marcellin, ne fonctionnera pas franchement ! La Béarnaise, et la poivre, notamment verseront dans l'industriel à peine voilé. Ça, ce n'est pas pardonnable, chef ! Gâcher une viande de qualité avec une sauce aussi peu « élégante » (qui, en outre, occasionnera une réaction allergique dans les minutes qui suivront), me semblera être une absence de conscience culinaire ! Du côté des desserts, vous ne vous serez pas beaucoup mieux « exprimé » ! Hein, chef ! La crème brûlée « préconçue », et peu affriolante, la tarte à la praline affublée d'un coulis rose peu engageant, et la tarte aux poires, peut-être la moins mal lotie des trois, on ne pourra pas dire que vous aurez vraiment bousculé vos méninges !
Notre dégustation de Champagne, et vins au verre : Leblond-Lenoir, Chardonnay- Vézelay, Beaumes de Venise, Domaine du Vieux Pigeonnier et Crozes-Hermitage La Maurelles.
Menu enfant 12 €. Menu du Bouchon 24 €. Menu du Tablier 34 €. Suggestion 54 €. Salades et entrées de 12 à 17 €. Côté terre de 14 à 26 €. Côté mer de 16 à 21 €. Desserts de 5 à 8 €.
Ouvert du mardi au dimanche.

Le Petit Bouchon
4, rue de la République
06 370 Mouans-Sartoux
Tél. : 04 93 75 65 43
Note : 11,5/20



mardi 27 mai 2014

La Vague Saint Paul - 06 570 Saint-Paul de Vence


Le rapport qualité prix frisera le miracle !

C'est là le « nouveau » **** de Saint-Paul (46 chambres, 4 suites, piscine, tennis, fitness et spa), la « touche » design qui, assurément, lui manquait, le petit plus de décontraction, la zénitude assurée en lisière de forêt (avec promenade de santé), et, si vous l'envisagiez, le temps d'un week-end, une « retraite » bien méritée … Une salle toute immaculée, machine à trancher Berkel de 1928 restaurée, et accueil personnalisé de Karl, l'adjoint à la direction, l'instant semblera bien s'annoncer !
Le jambon Bellota, environ 36 mois, ses tartines de tomates cerises, onctueux et généreux, le foie gras maison, sa brioche dorée encore tiède, coulis de rhubarbe, et la tartine à la ricotta de brebis, saumon fumé tranché, compte tenu de la fourchette des tarifs (de 8 à 10 €), on pourra dire que le rapport frisera le miracle ! Le quasi de veau, sa polenta crémeuse, la souris d'agneau, gratin de macaroni, et le merlu sur lit de linguine au Parmesan (le plat du jour), forceront le respect de produits bien appréhendés (hormis les linguine un peu « chargées » en Parmesan).
Et même si la tablée voisine de « mâles en goguette » ne montrera que peu d'intérêt (quel gâchis !) pour une tropézienne à la fraise spécialement conçue pour eux par le chef, et chef pâtissier, Emil Sevastakiev, nous attribueront un satisfecit à la crème brûlée citron-thym, et à la panna cotta aux cerises fraîches, une réussite indéniable avec le soleil pour seul témoin …
Notre dégustation de champagne et vin : Pommery blanc et rosé. Château Roubine cru classé – 2012.
Carte du lundi au samedi midi : Menus du Marché 18 et 24 €. Menu du soir 29 €. Dimanche midi Barbecue 29 €. Entrées de 8 à 10 €. Plats de 13 à 16 €. Desserts 6 €.

La Vague Saint Paul ****
Hôtel – Restaurant
Chemin des Salettes
06 570 Saint-Paul-de-Vence
Tél. : +33 (0)4 92 11 20 00
Note : 13,5/20






Forget Me Not - 06 600 Antibes


Un sens inné de l'équilibre

Une boutique d'Art floral qui « associerait » deux passions à la fois cela pourrait bien exister et c'est du côté des remparts d'Antibes, à deux pas du Marché Provençal, que nous l'auront dénichée.
Véronique et Babette, à elles seules, revendiqueront cette « bicéphalité », fleuristes et décoratrices, qu'elles sauront mettre à votre service pour tous vos problèmes de terrasse comme de jardin, notamment avec le jardin « vertical », une « tendance » du moment qu'elles assumeront non sans une certaine conviction avec un sens inné de l'équilibre entre textures et couleurs …
Côté mariage, l'aspect romantique, voire féerique, prendra toute sa dimension entre ses mains expertes d'autant qu'elle se fera un devoir de faire de cet événement le plus heureux de votre vie !
L'aspect Yachting s'inscrira également dans ses compétences, et, de Mandelieu à Monaco, il ne sera pas dit qu'elle renâclera à la tâche confiée. Célérité et application, il ne lui en faudra pas (beaucoup) plus pour respecter vos contraintes de navigation.
Et, si Véronique et Babette seront capable de tout mettre en œuvre pour vous satisfaire, sachez qu'outre les fleurs elles sauront vous parler de saveurs, notamment le gâteau floral, les vins et les huiles d'olives.

Forget me not
Dépositaire SIA
16, rue Aubermon / Tél. : +33 (0)4 92 90 04 79
et 28 bis, avenue Philippe Rochat
06 600 Antibes / Tél. : +33 (0)4 83 15 36 07




lundi 26 mai 2014

J.W Grill Cannes - 06 400 Cannes


De quoi faire des envieux !

Cette dernière journée de Festival du Film nous réserverait-elle quelque bonne surprise ? 
La terrasse du J.W Grill nous apportera peut-être la réponse, et ce d'autant mieux que le lieu idéalement positionné sur la croisette, à égale distance du Grand Hôtel et du Carlton, offrira un écrin de volupté face à la Grande Bleue et aux Îles de Lérins ! Sous les « toiles », il nous faudra trouver un espace ensoleillé, alors que la majorité cherchera l'ombragé, et le frais. La tomate ananas, et cœur de bœuf, mozzarella (pas si judicieusement sélectionnée que cela, une Burrata ou une Burratina aurait été beaucoup mieux adaptée), esthétiquement très convaincante, et le tartare de thon Albacore, avocat et salade d'herbes, prouveront que le chef, Sébastien Klinhoff, saura en mettre plein les « mirettes », mais aussi plein les papilles ! 
Le cœur de filet de bœuf, environ 300 gr, exceptionnellement tendre, origine Black Angus, un bœuf issu des fermes Creekstone, élevé en pâturages aux « States », se révélera Impérial ! La sauce Béarnaise maison n'aura qu'à bien se tenir pour « dominer » gustativement ce met (hyper) bien sélectionné. Mission accomplie haut la main ! Avec un crabe Oscar, l'association maison du crabe, de l'asperge et de la sauce Béarnaise, il ne nous en faudra pas plus pour succomber ! Le cheeseburger Black Angus, bacon croustillant, Cheddar, laitue, tomate, oignon et frites, de son côté, séduira les aficionados jusque dans les moindres détails sauf (et il faudra nous excuser, chef, pour ce détail pas très positif) pour le pain qui se révélera un poil trop saisi ! 
Mais le « clou » du spectacle, celui que l'on ne voudrait rater pour rien au monde, ce sera celui de Daniel Denis, un ancien de chez Pouchkine à Paris, un petit génie de la pâtisserie, un surdoué de la spatule et du fouet, et, ce qui ne gâchera rien, un esprit ouvert et sincère, de quoi faire quelques envieux ! Son soufflé chaud au Grand Marnier, son millefeuilles crème vanille, coulis de caramel beurre salé, et son Cheesecake « façon Charlotte », le « meilleur de la Côte » (et peut-être même jusqu'à Paris), le plus cajoleur, le plus séducteur aussi, et je puis bien vous mettre là au défi de lui résister !
Notre dégustation de vin : Domaine de l'Hermitage Bandol – 2011 – rosé.
Carte : Entrées de 18 à 34 €. Soupes et salades de 14 à 32 €. Steaks de 28 à 95 €. Poissons et crustacés de 30 à 68 €. Sauces et garnitures de 12 à 27 €. Plats de 22 à 28 €. Pommes de terre de 7 à 10 €. Accompagnements de 6 à 8 €. Douceurs de 5 à 16 €.
Ouvert 24h/24

J.W Grill Cannes
J.W Marriott Hotel Cannes*****
50 boulevard de la Croisette
06 400 Cannes
Tél. : +33 (0)4 92 99 70 00
Note : 14,5/20



dimanche 25 mai 2014

Le Festival - 06 400 Cannes



La « greffe » va-t-elle prendre ?

Exit l'enseigne «Maison du Porto » qui s'affichait fièrement face au Palais des Festivals, et voici (revenue) celle du Festival que Jean-Pierre Rostain aura su « négocier » fonction de la fermeture de cette véritable institution (située au côté du Marriott hôtel) qui, fort malheureusement, aura « baissé le rideau » … Maintenant, reste à savoir si la « greffe » prendra à cet endroit ?
En ce 16 Mai, troisième journée du Festival du Film, soleil violent et nuages « glissants », la foule des festivaliers sera bien présente, celle des « grands » jours, celle que l'on recherchera, ou que l'on fuira, ce sera selon ! 
Et même si, comme il nous le précisera lui-même, Jean-Pierre entendrait tout bouleverser dés la rentrée de Septembre, entendez par là côte déco (cuisine incluse), on appréciera seulement l'instant, et une ambiance assurément très Festivalière …
Les tomates zébra, ananas et noire de crimée, une Burratina et du basilic frais, et un tartare de thon à leur façon, se révéleront finalement comme les « outsiders » (séducteurs) que l'on attendait pas ! Quant au filet de bœuf, son mini gratin Dauphinois, et sa sauce Béarnaise (chef, côté cuisson, et sauce industrielle, ce n'est pas pardonnable !), à la sole Meunière, ses pommes vapeur, et au tartare à la mode Festival, ses frites (pas maison), on déplorera, excusez-moi Jean-Pierre, malgré le champagne Lanson (à la coupe) et le Château Rasque - cuvée Alexandra, une sélection des produits plutôt « malmenée », et une appréhension sans (réelle) conviction !
La tarte aux pommes, la crème brûlée et la coupe (glacée) gourmande, ne parviendront pas vraiment à « rehausser » le débat culinaire, même si la crème brûlée, finalement, se démarquera un peu du lot ! Je crains qu'il n'y ait pas que la décoration à bouleverser !
Notre dégustation de vin : Château Rasque - cuvée Alexandra – rosé – 2013.
Menu bistro (formule chrono 12h à 15h). Plat du jour 14 €, et plat du jour + dessert 19 €. Carte Festival : Entrées de 14 à 18 €. Pâtes de 15 à 29 €. Pizzas de 13 à 15 €. Viandes de 20 à 32 €. Poissons de 22 à 36 €. Desserts de 7 à 9 €. Glaces de 9 à 15 €.
Ouvert tous les jours midi et soir.

Le Festival
1, square Mérimée
06 400 Cannes
Tél. : 04 93 39 20 10

Note : 12/20  

Maître Renard - 06 400 Cannes


La fontaine des souvenirs …

S'il était une journée idéale pour nous « propulser » chez Philippe Renard, le maître des lieux, c'est bien en ce premier week-end Festivalier. De la foule de partout, sauf peut-être en cette vieille rue Saint-Antoine (celle qui mène, à pied, au Suquet) qui demeurera (relativement) préservée des vagues successives, et (quasi) ininterrompues, de ces « fous » de cinématographie lâchés, là, durant plus de dix jours sur la ville de Lord Brougham (il doit franchement se retourner dans sa tombe !). Une terrasse en « dégradé » et succession de paliers, à l'angle de ce « chemin de croix », et Philippe, casquette vissée, et lunettes scotchées (dessus), attablé avec des clients, un rouge dominant (ce qui plaira aux Chinois), des plantes, des pâquerettes, des poivrons rouges sur plant, et des lampadaires multicolores (stratégiquement) positionnés, tout cela nous confortera dans l'idée qu'ici on ne saurait s'ennuyer ! 
La caillette, sa brochette de raisins blanc et rouge, le saumon Gravlax mariné à l'aneth, et le tartare de saumon aux baies roses, et fines herbes, effectueront des travaux d'approche assez convaincants. On regrettera, toutefois, que le saumon Gravlax fut affublé d'une sauce, à mon humble avis, inopportune, et qu'il fut émincé ! Le dos de cabillaud vapeur, jus de mer aux algues, Julienne de courgettes au parfum d'Estragon, aurait mérité de n'être qu'au naturel exploité. Le filet de bœuf, sauce à la morille, sa pomme de terre « montée » à la truffe en habit d'humilité, et le pavé de cochon noir « Duroc de Batallé » (gage de qualité d'une viande issue d'Espagne depuis 1920), ses pommes caramélisées, son confit d'oignons doux, on approchera là une séduction bien affirmée malgré les quelques « errements » d'un chef peut-être un peu surmené ! L'aspect dessert n'atteindra pas les « cimes » tant espérées ! Une poire confite en mijot de basilic et réglisse, crème au gingembre, trois (mini) crèmes brûlées aux parfums de vanille, de pistache, et de fruits rouges, et un sorbet citron-mangue pas trop vertueux, il ne nous en faudra pas plus pour comprendre qu'ici on ne saurait trop peaufiner un instant pourtant très apprécié.
Le soir, Philippe Renard, « réinterprétera », toque sur la tête, en toute modestie, les répertoires de Gainsbourg et de Mouloudji …
Notre dégustation de vin : Chablis – 1er Cru - Montmains.
Menu de 21 à 34 €. Menu dégustation 38 €. Entrées de 12,50 à 19,50 €. Plats de 21 à 34 €. Fromage 9,50 €. Desserts de 9,50 à 13,50 €.
Ouvert tous les jours midi et soir.

Maître Renard
4, rue Saint-Antoine
06 400 Cannes
Tél. : 04 94 49 99 38
Note : 12/20


jeudi 22 mai 2014

Fleurs de Mistral - 13 910 Maillane


Une idée cadeau pour la maman du petit dernier, un anniversaire de mariage à ne surtout pas oublier, la fête des Mères, ou des Pères (pourquoi pas ?), à combler d'un bouquet bien « garni » d'une plante affriolante, d'une présentation déclinée, pour éviter l’humiliation de l'omission d'un événement, il n'y aura pas meilleur « soutien », et conseil, dans l'Art de créer, floralement il s'entend, le lien qui vous « unira » l'espace d'un instant à celui, ou celle, qu'il vous faut (absolument) convaincre de sentiments plus ou moins « déclarés » …
N'hésitez-pas, Rolande Roussel est la fleuriste qui convient !
Ouvert du mardi au dimanche matin.

Fleurs de Mistral by Rolande Roussel
12, Avenue Lamartine
13 910 Maillane
Tél. : +33 (0)9 83 58 52 08










La Sousta - 06 400 Cannes


Un tour de main bien assuré

Si l'on devait recenser, au jour d'aujourd'hui, les quelques rares affaires qui, sur Cannes, demeureraient fidèles à l'« origine » avec, à leur tête, la même famille, je ne pense malheureusement pas que l'on dépasserait les « doigts des deux mains » ! 
Ici, au Suquet, il est un « spécimen » qui, depuis cinq générations, tiendrait le « haut du pavé » non sans une certaine pugnacité. Philippe, le chef de file de la quatrième génération (les enfants s’apprêtant à reprendre la relève) partagera son savoir-faire entre Marrakech où il possède un billard-snack (500 m² tout de même) et Cannes.
La petite terrasse ombragée, de l'autre côté de la rue, un soleil volontaire, et la truculence de Philippe, il n'en faudra pas beaucoup plus pour se laisser aller … Une tomate mozzarella histoire de patienter, et notre intérêt se focalisera sur trois spécialités du lieu, la « vraie » blanquette de veau, le plat du mercredi (selon le semainier), deux heures de préparation, son « château » de riz, le tartare maison, environ 250 gr, et la daurade fraîche de la « Baie de Cannes », ses pommes vapeur, on ne pourra les accuser de prendre des risques avec votre santé ! Préparation, appréhension et cuisson au diapason ! Côté desserts, la tarte aux pommes fort honorable et généreuse, la gaufre au sucre en amour partagé (pour tout dire, un peu loupée), la crème brûlée raisonnablement appréciée, et le moelleux au chocolat maison selon l'expression, il ne faudra pas y rechercher un quelconque génie pâtissier, mais un tour de main bien assumé. Merci Philippe pour cette sincérité !
Ardoise de 13,30 à 15,50 €. Desserts maison de 5 à 5,50 €.
Ouvert tout les jours midi et soir à partir du Festival de Cannes au mois de Septembre/Octobre.

La Sousta
11, rue du Pré – Le Suquet
06 400 Cannes
Tél. : 04 93 39 19 18
Note : 12,5/20



La Gaudinade - 06 250 Mougins


Pour le moins circonspect

Mougins, sa fontaine en bronze de Cérès, son église du XIème siècle, ses (nombreuses) galeries d'Art, ses tables à touristes déclinées (on demeurera discret quant à la nature même de la déclinaison), et puis, face au musée Maurice Gottlob, une nouvelle table dédiée (depuis Juillet 2013), dixit le patron, « au divertissement, à la régalade et au repas festifs » … Une terrasse ensoleillée avec store rétractable, façon véranda en version luxe dérivée, chaises de fer forgé, sets « anisés » et lithos de légumes plus ou moins oubliés, tout ici engagerait à la volupté.
Thierry, le maître des lieux, en marinière affichée, se fera discret d'autant que, pour lui, c'est, là, affaire de nouveauté lui qui viendra du prêt-a-porter !
A la carte, un saumon fumé « condimenté » (un qualificatif inutile), honorable, un tartare de thon en fraîcheur citron ciboulette, et un carpaccio de bœuf « industriellement » proposé. On demeurera, pour le moins, circonspects sur l'origine de produits mal sélectionnés ! Les appellations de la carte ne seraient-elles pas quelque peu « optimisées » ? La pluma de porc mariné et (juste) grillé, ses frites « maison », l'entrecôte dite à maturation, sa pomme de terre écrasée à la truffe (là, chef, il faudra faire beaucoup mieux si vous souhaitez nous interpeller), le magret de canard grillé en miel et romarin associés, sa tatin de légumes du moment, laisseront à penser que ce chef ne serait pas franchement « rodé » ! L'aspect dessert remettra-t-il en question un penchant (très) prononcé pour le tout prêt ? Ce ne sera certes pas sur la tarte aux pommes, le (gros) macaron cœur fondant et la coupe Colonel vodka-citron totalement banalisée, qu'il faudra compter !
Notre dégustation de vin : Domaine du Paternel – Cassis – rosé – 2012.
Formule 17,50 € (entrée + plat + dessert). Menus 26 et 36 €. L'ardoise de 15 à 18 €. Salades de 12 à 16 €. Entrées chaudes de 10 à 16 €. Tartares de 16 à 18 €. Carpaccios de 13 à 16 €. Viandes de 21 à 28 €. Produits de la mer de 20 à 25 €. Les cuisinés de 17 à 19 €. Pâtes 21 €. Le coin des connaisseurs de 22 à 23 €. Les desserts de 6 à 9 €.

La Gaudinade
7-9 rue de l’Église
06 250 Mougins
Tél. : 04 92 98 07 83
Note : 11/20


mardi 20 mai 2014

Les Printemps est de Retour au Café Pouchkine



Le Printemps est la saison qui représente le renouveau, les arbres en fleurs, la douceur et surtout les fruits de saison.
C’est la saison propice aux couleurs et à la poésie.

Pour cette occasion, le Café Pouchkine et son chef Damien Piscioneri vous proposent d’incroyables nouveautés toutes aussi élégantes et délicieuses les unes que les autres.
Le Café Pouchkine choisit les couleurs et les fruits du printemps pour créer ses nouveautés et vous plongera dans une fraicheur et un délice printanier réveillant votre gourmandise.


La tarte aux fraises :
La pâtisserie parfaite pour le printemps. Elle se compose d’une pâte sucrée garnie d'une panacotta à la vanille, d’une salade de fruits, d’une compote de fraises à la fleur d'oranger et des quartiers de fraises fraîches.
Prix de vente : 6,90 €


Le Limon :
Le citron à l’honneur avec une fine pâte sucrée et son crémeux onctueux.
Prix de vente : 6,40 euros

Le Vesna :
Ou également en ancien slave « Printemps » est un dessert exceptionnel. Sa coque en chocolat blanc est garnie d'un crémeux de pistaches, d'une compote de fraises, d'un crumble de pistache, d’un biscuit d'amande, de sirop de Kirsch et d'un croustillant de pistache.
Prix de vente : 7,20 euros


Le Vladivostock :
Le Vladivostock est une ville portuaire de Russie. Ce dessert se compose d’une pâte sablée Breton, d’un confit de mûres et d’un crémeux onctueux thé vert
Prix de vente : 6,90 euros



Le Pavlova :
Ce dessert à base de meringue est nommé en l'honneur de la ballerine russe Anna Pavlova. Parfumée au cassis et garnie d'un confit de fraises des bois, son biscuit arrosé d'un sirop de framboises est décoré d'une crème chantilly mascarpone vanille et fruits rouges.
Prix de vente : 7,20 euros



La nouvelle religieuse :
Une pâte à choux, une crème onctueuse à la vanille, une compotée de feijoa (fruit exotique acclimaté au sud de la Russie) et ces onctueuses framboises.
Prix de vente : 6,90 euros





Les macarons Pouchkine… Quand les incontournables deviennent uniques…

Macaron earl grey : Macaron au thé Earl Grey cœur confit de citron
Macaron tarte citron : Macaron au citron, cœur crème citron
Macaron Grand Marnier : Macaron à l'orange, cœur Grand Marnier et écorces d'oranges confites
Macaron Coco : Macaron à la noix de coco cœur crème de noix de coco
Macaron Framboise : Macaron framboise, cœur compote de framboises

A partir du 29 Avril, en édition limitée: 2.20  euros / unité



Avec ces nouveautés, le Café Pouchkine invite ses hôtes à une plongée printanière où chacun y trouve son bonheur.



Café Pouchkine
Printemps – Mode
64, boulevard Haussmann - 75009 Paris

2 rue des Francs Bourgeois - 75004 Paris



Info

dimanche 18 mai 2014

L'Assiette Provençale - 06 400 Cannes


Que voilà un heureux présage !

Un ciel mi-ensoleillé, mi-ombrageux, une légère brise et quelques Harley qui viendront « donner de la voix » juste avant une concentration en cette période pré-festivalière … Julien nous confirmera que les beignets seront bien à la fleurs de courgettes (c'est la saison), outre une « vraie » sauce tomate. Pour les farcis Provençaux façon makis au chèvre frais et la terrine au lard et lentilles Provençales, le verdict sera sans appel ! Une réussite incontestée ! Bravo chef ! Le risotto au homard, véritable « tuerie » d'onctuosité, la daurade simplement grillée, filet d'huile d'olive, pommes grenailles et légumes croquants, et le magret de canard farci aux champignons du moment, sa polenta crémeuse au Parmesan, décidément, ici, on ne prendra pas la cuisine à la légère ! Justesse des associations et des cuissons, produits irréprochables, il n'en faudra pas plus pour succomber à une incontestable dextérité !
Et puis, m'est avis que la tarte au citron meringuée indiscutablement maison (trois spécimen exposés, fraîches du matin), nous lancera de ces œillades auxquelles il sera bien difficile de résister ! Le flan, lui aussi maison, se fera bien discret mais avec ses propres arguments. Sans pour autant faire jeu égal, il nous la jouera feutré et onctuosité. Un autre mode de séduction ...

L'Assiette Provençale
9 Quai Saint-Pierre
06 400 Cannes
Tél. : 04 93 38 52 14
Note : 13,5/20


67e Festival de Cannes 14-25 Mai


EGP France - 06 400 Cannes


Un demi siècle, ça compte !

Créée en 1964, EGP est notoirement connue dans l'univers maritime comme leader incontestable, et incontournable, de l'avitaillement de yachts. Avec un demi siècle d'expérience, l'Entreprise Générale Portuaire continue de faire vivre la « légende », une « légende » empreinte du bon goût français et d'un service irréprochable qui a su, dès le début, séduire les premiers propriétaires de yachts en escale sur la Côte d'Azur. Depuis, son image de marque haut de gamme, et de qualité, n'a eu de cesse de conquérir de nouveaux territoires.
Ainsi, propose-t-elle des produits fins qu'elle livre dans le monde entier.
Prestataire généraliste de produits de luxe pour les yachts, mais aussi pour les villas, elle entérine la position de leader qu'elle a su conserver en véritable « instigatrice » du Duty Free dans les prestations d'avitaillement.
Elle répond avec diligence aux besoins de sa clientèle grâce à une solide expérience.
Avec un rayonnement de Saint-Tropez à la frontière italienne pour les villas, une diffusion mondiale pour ses produits de luxe, et un stock des plus conséquent, elle dispose d'atouts majeurs qui lui permettent de réduire ses coûts, ainsi que les délais de livraison.
Jets, services à la personne, hélicoptères, limousines, elle s'associe à de grandes marques de luxe pour vous offrir un panel exhaustif de services de conciergerie. Unique intermédiaire entre les clients et les prestataires, elle assure de ses partenaires le même sérieux et la même efficacité qu'elle même vous propose.
Avec ses équipes commerciales et logistiques, EGP gère en interne les livraisons de tous ses produits, un atout qui lui permet de pratiquer des tarifs extrêmement compétitifs, de réduire le nombre d'intervenants dans les opérations et d'asseoir ainsi la rigueur historique qui aura fait sa réputation.
Depuis la plus simple recommandation jusqu'aux demandes les plus fascinantes, l'équipe d'EGP mettra à votre disposition toute son expérience et sa grande connaissance de la région pour vous « connecter » avec les meilleurs partenaires possibles (limousines avec chauffeur, compositions florales, ou même aéroports privés) qui sauront faire de votre séjour sur la Côte d' Azur un moment d'exception. L'étendue de services n'aura qu'une seule limite, votre propre imagination !

EGP France
41, Avenue Saint Hubert
06 150 Cannes La Bocca – France
Tél. : +33 (0)4 92 99 55 30 / Fax. : +33 (0)4 93 48 23 80

A l'occasion de son 50ème anniversaire, EGP ouvre une nouvelle adresse et vous convie à retrouver son sommelier à la Cave Canto, sur le Port Canto, où vous pourrez y déguster de grands « classiques » comme des nouveautés, en vins, champagnes et autres spiritueux, ainsi que tous les produits d'une épicerie fine de qualité.
EGP Cave Canto
Port Pierre Canto
Boulevard de la Croisette
06 400 Cannes
Tél. : +33 (0)4 93 99 24 04