dimanche 27 septembre 2015

Le Bien-Aimé - 75 008 Paris


Un « espace-temps » vénéré !

Louis le quinzième se serait-il « invité », ici ? On serait vraiment tenté de le croire tant sa présence « hantera » le lieu ! 
Lui, en majesté, « encadré », elle, la Reine Marie Leszczynska, à ses côtés, en couple affiché, tout de moulures et staffs dorés encadrés, appliques élancées, parquets Versaillais spécialement réalisé par les ateliers Des Granges, lustres de cristaux à pampilles luminescents, draperies d'or, et canapés ou fauteuils de velours damassé (de chez Pierre Frey) couleur framboise écrasée, on se croirait, l'espace d'un instant, transporté au temps de Louis « le Bien-Aimé » !
Salim Jaidi, le bienheureux propriétaire (et homme d'affaires Marocain) de cet « espace temps » vénéré, un homme (très) éclairé, peut-être tiraillé (osons l'imaginer) entre les U.S.A, le Maroc son pays d'origine et la France, et son chef de 25 ans, Irwin Durand (secondé par Antony Trémorin), issu de l'Atelier de Joël Robuchon, et du Relais Bernard Loiseau, vous concocteront en aparté un moment « privilégié » qu'il vous sera bien compliqué d'oublier ! 
Le foie gras de Corrèze, gelée de petits marrons acidulés, en carré séparé, les langoustines d’Atlantique, écume, purée de maïs, et les ravioles en nage, fraîcheur de Raifort, vous susurreront des saveurs fort bien intentionnées que l'on se plaira à déguster dans le plaisir et la félicité. 
Le carrelet rôti, palette Provençale, le pigeon du Sud-Ouest dans sa volière de légumes, son jus, désossé, et le mignon de veau, violine d’Ardèche, son jus à la Cazette, en canon scindé, rosé à cœur, comment ne pas succomber à autant de perspicacité d'un chef aussi doué, et, cependant, réservé ? 
Le riz au lait vanille et agrumes, en alliance de litchi et d'amande, « comme un arbre », un thème tout de chocolat et de noisette, et la variation en poire révélée, cannelle et miel, crêpes croustillantes, œuvres du chef pâtissier Julien Oliveira, un pâtissier décidément (fort bien) inspiré, n'auraient-ils qu'à bien se tenir ? Que nenni ! 
On assistera là à un défilé de saveurs acidulées, chocolatées, ou vanillées, comme s'il en pleuvait ! Le raffinement régnera, ici, en maître absolu, en Monarque oserais-je même rajouter, et Martin Lutz (assisté de Tong Joris), notre hôte, le chef sommelier et manager du lieu, fidèle à la mémoire des Rois de France, passionné par l'histoire, la « vraie », celui-là même aura su nous faire rêver et nous « transporter » au pays des Capétiens et Bourbons associés !
Notre dégustation de vins au verre : Chassagne-Montrachet - Les Encégnières - Marc Colin et Fils - 2012, Domaine Ostertag - Les Vieilles Vignes de Sylvaner - 2012, Pouilly Fumé - Tradition- Serge Dagueneau et Filles - 2013, et Villa Bel-Air - Grand Vin de Bordeaux J.M Cazes - Graves - 2010.
Le plaisir d'un midi 35 € (entrée + plat ou plat + dessert). Menu Le Louis XV 95 €, et 160 € (en accord mets et vins). Carte : Entrées de 18 à 300 € (50 gr de Caviar Russe). Plats de 35 à 49 €. Fromages 20 €. Desserts 17 €.
Ouvert du mardi au samedi, de 12h à 14h30 et de 19h30 à 23h.
Le Bien-Aimé
18, rue d'Anjou
75 008 Paris
Tél. : 33 (0)1 42 65 45 99
Note : 15,5/20


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire