dimanche 20 décembre 2015

La Strasbourgeoise - 75 010 Paris


Les délices Alsaciens …

Bénie soit la famille Denoyer qui en 1950 décidera de créer cette brasserie destinée aux « expatriés » de l'Est de l'hexagone, en quête de saveurs bien de chez eux ! La famille Salabert prendra le relais pour que sa destinée aboutisse, en 2003, entre les mains de Rodolphe Biron (le Stella et le bistrot du Parc) qui, avec le décorateur Christian Maître, lui redonnera ses lettres de noblesse … 
Fresques en thématiques Alsaciennes, appliques et lustres de fer forgé très années 1900, boiseries et vitraux, tout cela respirera l'authenticité d'une taverne de là-bas, la gare de l'Est en ligne de mire ! Le foie gras de canard maison en médaillon, choux au chutney de fruit de la passion, volontaire et savoureux, et la salade Alsacienne au cervelas, choucroute crue, et œuf poché, toute en subtilité, s'inscriront dans le bien pesé et concocté. 
La fameuse choucroute Paysanne, jarret, échine, poitrine fumée, saucisse de Strasbourg et Montbéliard, saucisson à l'ail, et choux en abondance issu du terroir de la maison Angsthelm cuisiné au vin blanc d'Alsace, un modèle du genre, en casserole de cuivre, « finalisée » sur le réchaud, et l'entrecôte, environ 300 gr, sur planche, ses pommes allumettes (surgelées à l'évidence, bien dommage), et la (très) belle sole Meunière, opulente et résolue, ses pommes vapeur et haricots verts frais, la « machine » du chef, Abdel Boulgalegh, sera bien huilée et l'on observera en salle une régularité et un pugnacité remarquable, supervisée et menée par Pascal Burton, le directeur. 
Les flambées succéderont aux flambées ! Rognons de veau, et crêpes au Grand Marnier défileront à vitesse grand V en un embrasement assez spectaculaire dont Nicolas sera passé maître en la matière ! L'aspect dessert ne déméritera, certes, pas ! Les crêpes flambées au Grand Marnier sur guéridon, en poêle cuivrée, « faites avec amour » comme le précisera Nicolas, la crème brûlée caramélisée à la cassonade, le kouglof façon baba au Rhum, sa crème légère vanillée, original et pas banal, et la tarte au citron, au carré, sa meringue dominante, un peu trop « rafraîchie » à mon goût, camperont les objectifs tout de tradition et de séduction du lieu ! La clientèle familiale, ce jour-là, essentiellement « troisième âge », rassurera plutôt qu'elle gênera ! Merci, Messieurs, on en reprendrait volontiers !
Notre dégustation : Alsace Gewurztraminer vendanges tardives - 2011, et Alsace grand cru Bruderthal - Gewurztraminer - 2007.
Menu Strasbourgeoise 29,50 € (2 choix), ou 39 € (3 choix) boissons comprises. Formule Express 19,90 € (plat + boisson). Menu enfant 14,50 (plat + dessert + boisson).
Les fameuses choucroutes de la Strasbourgeoise de 17,50 à 29,50 €. L'écailler (1pers.) 26 €. Plateaux 46 € (1 pers.), 98,50 € (2 pers.). Les coquillages & crustacés de 4 à 20,95 €. Les huîtres de 12,60 à 20,70 €. Entrées fraîcheurs de 9,50 à 18,50 €. Entrées chaudes de 6,90 à 20 €. Plats végétariens 13,50 €. Poissons de 19,50 à 39,50 €. Viandes de 17,50 à 24 €. Grillades de 17,50 à 26,50 €. Fromages de 6 à 6,50 €. Desserts de 9,50 à 11 €.
Ouvert tous les jours, midi et soir.

La Strasbourgeoise
5, rue du 8 Mai 1945
Gare de l'Est
75 010 Paris
Tél. : 01 42 05 20 02
Note : 14/20



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire