mardi 24 février 2015

Favst - 75 007 Paris


Bien présomptueux celui qui ...

… ne parlera jamais de ce lieu à nul autre pareil, et pour cause, puisqu'il se « lovera » sous le Pont Alexandre III, à l'emplacement même des anciens entrepôts navals de la garde Royale ! 
Devenu établissement de nuit, le Favst s'adjoindra un espace brasserie (façon***) dans la grande tradition des brasseries Parisiennes élitistes ! Le voiturier sur le quai, là-haut, aura vraiment l'air de s'ennuyer, ou, tout du moins, de ne pas l'utiliser à bon escient ! On en déduira que l'endroit ne serait pas vraiment « fréquenté » le midi, mais plutôt le soir ! Faites comme nous, osez le décalé, osez l'inhabituel, et surtout hissez-vous au-dessus du lot, et adhérez à la « philosophie » d'un (petit) prodige de chef, Christophe Langrée, ex-chef de François Fillon. Des arcades de pierres taillées, un bar à l'infini, sa réserve de Whiskies, des coins banquettes de cuir bleu pétrole, et des « becs de gaz » alignés comme s'il s'agissait d'une ruelle au XIXème siècle, comment ne pas succomber à cette ambiance style « quai des Brumes » ? 
Le foie gras de canard au naturel, ses pommes fruits et pickles de moutarde, le Pata Negra 36 mois, et les quatre Gillardeau, excelleront côté produits, sans omettre une petite « pointe » de génie ! Le ris de veau « piqué » au bâton de réglisse, sa tombée d'épinards en branche (excellentissime, je l'avoue), la côte de bœuf tranchée (de chez Roger Yvon, la Boucherie de Varenne), ses pommes allumettes, et le homard Breton (7 à 800 gr) avec étiquette (pour l'origine), vivant et bleu, puis, quelques minutes plus tard, cuit, rougeâtre et prêt à être dégusté, quelle simplicité, quelle humilité dans l'exécution ! 
Et l'instant dessert de nous scotcher encore un peu plus avec la poire chocolat Gianduja, la pomme confite, caramel beurre salé, le triptyque baba exotique, son crémeux vanille, et l'inimitable, mais néanmoins « réelle », mousse au chocolat tiède, cœur de crème glacée à la réglisse, un délire chocolaté du genre que quand vous finissez (et Dieu seul sait si vous ferez durer le plaisir) vous ne pensez plus qu'à recommencer ! Aussitôt dit, aussitôt fait ! Nous recommencerons !
Notre dégustation de Champagne et vins au verre : Billecart-Salmon brut rosé, Viogner Caprice - Éric et Joël Durand - 2012 et Pinot Noir Jean Claude Rateau - 2013.
Menu du déjeuner (du jour) 34 € (entrée/plat ou plat/dessert) - 3 plats 50 € - 5 plats 75 € (découverte de la cuisine à travers 5 plats). Carte : Entrées de 15 à 40 €. Poissons de 17 à 48 €. Viandes de 38 à 37 €. Desserts 12 €.
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 14h30 et de 19h30 à 22h30. Dimanche Brunch de 12h à 16h.

Favst
Pont Alexandre III
75 007 Paris
Tél. : 01 44 18 60 60
Note : 15/20



dimanche 22 février 2015

6 New-York - 75 016 Paris


New-York, New-York …

Broadway, le Pont de Brooklyn, 30/40 cm de neige, et -10°, ça c'est en ce moment, de l'autre côté de l'Atlantique, car, aujourd'hui, c'est d'une table du XVIème arrondissement, dont il sera question, l'ex-antre de Jean-Pierre Vigato (un triple étoilé, associé il y a 10 ans à Jérôme Gangneux), face à la Tour Eiffel, parti depuis vers d'autres cieux (l'Apicius notamment), laissant son associé et sa femme Cathy à leur destin mérité ! 
Le tataki de thon au sésame, saveurs du marché en sucré salé de gingembre, les (superbes) tranches de foie gras rôti à froid, déclinaison de tomates, sauce aigre doux, et le minestrone de tomates, le tout concocté le plus souvent par Jérôme Gangneux, tout à la fois chef et « maître de salle » (puisqu'il prendra également les commandes laissant son second œuvrer seul en cuisine) engageront les bonnes langues à se délier ! Le duo de ris de veau entier, sa purée de céleris, jus de vinaigre, le filet de bœuf Simmenthal grillé, « burger » de roquette sauvage, sa pomme paillasson, et la côte de veau de lait rôti, pommes de terre à sa façon, sauce suprême, combleront même les plus indécises des papilles ! 
Les fromages affinés de la maison Dubois, Ossau Iraty, Saint Nectaire, et crème de Roquefort en ordre de marche, ne nous imposeront que des produits de qualité mûrement sélectionnés. Le citron dans tous ses états, décliné en crème, tarte, roulé, sorbet et mousse, le riz au lait de Maman Micheline, son pain perdu brioché (pas le meilleur qui soit), confiture de lait, autour du chocolat et le tiramisù au marron, influenceront notre appréciation sans toutefois provoquer l'admiration ! Ceci étant, l'ensemble de la prestation « naviguera » bien au dessus de la mêlée et l'on ne saurait que trop vous engager à aller « tâter » des mets concoctés (légumes de Joël Thiébaut en tête) par ce chef raffiné.
Notre dégustation de Champagne à la coupe et vin : Champagne Billecart-Salmon Rosé et Les Hauts de Smith - 2007.
Formule déjeuner du 6 New-York : Entrées 12 €. Plats 22 €. Desserts 9 €.
Carte du 6 New-York : Entrées de 14 à 20 €. Entrées chaudes ou plats de 18 à 22 €. Poissons de 25 à 35 €. Viandes de 29 à 35 €. Fromages de la Maison Dubois 10 €. Desserts de 10 à 18 €.
Composez votre menu grande faim dans la formule déjeuner 38 € (entrée/plat et dessert). Sinon, hors formule, des suggestions par le chef selon le marché du jour : Entrées de 14 à 18 €. Plats de 24 à28 €. Desserts de 8 à 10 €.
Ouvert du lundi au vendredi, et samedi soir. Service voiturier.

6 New-York
6, Avenue de New-York
75 016 Paris
Té. : 01 40 70 03 30

Note : 14/20

Le Paprika - 75 009 Paris


Sans ivresse, point de salut !

De la célèbre « migration » des Hirsutes, Fumistes, Hydropathes (l'illustre club des « non buveurs » d'eau fondé par Émile Goudeau en 1878), et autres Zutistes, les célèbres Huluberlus, du quartier Latin vers Montmartre, naîtra un bistrot microscopique, un « étroit boyau » comme ils disaient à l'époque, dont le propriétaire, un certain Leplace, fera un cabaret à thème dans l'esprit médiéval (boucliers, chopes d'étain et déguisements …), « à la Grande Pinte », un nom prédestiné qui ne s'invente pas où Charles Cros, Alphonse Allais et Willette (et ses célèbres Pierrots) auront table ouverte. On ne lui prédira, pourtant, rien de moins, que … faillite dans l'année ! L’Âne Rouge lui succédera pour, vers la fin des années 1990, devenir le « Paprika » (là, j'ai pris un sérieux raccourci). D'ailleurs, juste au-dessus de la porte d'entrée, l’Âne Rouge arbore-t-il toujours ses belles oreilles, histoire de dire qu'il attirerait ici, peut-être bien, encore les hydropathes, mais pas que ! 
Le tarama maison, blinis épais (l'un des deux meilleurs de Paris) et tomates confites, excellent soit dit en passant, et le Piritott libamàj, un foie gras poêlée aux oignons confits, respireront le concocté minute, sans verser dans le Hongrois outrancier. Le filet de bœuf simplement grillé, ses frites maison, le risotto aux morilles, et le cordon bleu Hongrois farci de jambon Mangalica et Cheddar affiné 9 mois, veilleront à notre bien-être gustatif …
Le Studel aux pommes et cannelle, Almas rétes, vaporeux et léger en diable, la crêpe farcie à la moulinade de noix, son chocolat fondu, Gundel palacsinta et la ronde des desserts, un assortiment du paysage pâtissier Hongrois, Almas rétes, Meggyes rétes, Sacher torte et Sümegi torta, propulseront, niveau desserts, cette table à un niveau totalement inattendu !
Notre dégustation de Champagne et vins au verre : Abelé et Chablis Joseph Droulin - 2013.
Formules midi (du lundi au vendredi) 13,50 et 16,50 €. Menus Paprika 20 et 26 €. Côté Hongrois : entrées de 8 à 14 e. Plats de 14 à 37 €. Desserts de 7 à 15 €. L'Âne Rouge : Entrées de 8 à 12 €. Plats de 14 à 32 €. Desserts de 6 à 9 €.
Ouvert tous les jours de 11 à 23h.

Le Paprika
28, avenue Trudaine
75 009 Paris
Tél. : 01 44 63 02 91
Note : 13/20


Bliss - 75 001 Paris


Manque de convictions

D'un ancien restaurant Russe dont il aura fallu faire « table rase », cinq cent mètres carrés se seront ainsi révélés pour laisser libre cours à l'inventivité (de l'architecte) des nouveaux propriétaires ! Mais où me direz-vous ? Face à Saint-Eustache, et aux anciennes Halles, mon bon ! Rien que des meubles et objets des années 50, et non des fifties à la mode U.S ! Des fauteuils, des meubles de rangements, des plafonniers et des appliques façon « boucles d'oreille », des faïences placardées, et des lampes de style Vallaurien (la cité de la poterie dans le Sud de la France), une machine à trancher Berkel, des coins salon, un coin cheminée, un fumoir pour les « accrocs » de Bolivar, Monte-Cristo, Juan-Lopez, et autres Hoyo de Monterrey, et un comptoir argenté, ne reste plus qu'à remplir les 200 places assises disponibles ! 
Thierry, le directeur, se fera le chantre d'un lieu dédié à la convivialité et de nous en vanter la « profondeur » ! La poêlée de champignons du marché sans trop de saveurs, le sashimi de saumon sauvage, sauce soja et wasabi, acceptable et même raisonnable, le fish & chips (pas si fish que cela d'ailleurs) d'une minceur à faire pâtir un affamé (un restant des jours passés utilisé à titre de fish and chips nous confirmera le chef Jefferson Rieutort), le wok de poulet fermier au curcuma, une interprétation toute personnelle, et pour le moins crémeuse, du wok, agrémenté de curry, pas franchement désagréable, mais totalement décalée, et le risotto crémeux (encore une fois) safrané aux noix de Saint-Jacques snackées, peut-être bien le plus abouti, il ne faudra surtout pas nous demander de les départager tant ils s'inscriront dans la (relative) banalité d'une cuisine sans (trop d')inventivité !
L'aspect dessert, riz au lait façon grand-mère, crème à la vanille Bourbon, brioche pain perdu, et crème brûlée, ne parviendra pas à nous distraire d'une conviction bien fondée ! Le chef, Jefferson Rieutort, ne semblerait pas (réellement) s'adapter au lieu !
Notre dégustation de vins au verre : Pouilly Fumé Château Ladoucette - 2011, Elixir de Joy - Côtes de Gascogne IGP - 2013.
Carte du marché (midi) formule midi 14,50 et 18,50 €. Plat du jour 12 €. Carte du soir : Entrées de 8 à 19 €. Poissons et crustacés de 22 à 24 €. Viandes et volailles de 21 à 59 €. Pennes de 18 à 21 €. Pizzas de 12 à 27 €. Burgers de 21 à 22 €. Plats végétariens de 12 à 14 €. Desserts de 7 à 9 €. Menu enfants 12 €.
Samedi et dimanche Brunch 29 €.

Bliss
8, rue Coquillière
75 001 Paris
Tél. : 01 40 28 99 99
Note : 11,5/20


jeudi 19 février 2015

Le Bistrot d'Alberto - 75 017 Paris


Tel un chef d'orchestre …

Le XVIIème arrondissement, le Boulevard Pereire et puis, là, face au soleil et aux « nouveaux jardins », un petit amour de bistrot « œuvre » d'un non moins adorable propriétaire, Christophe, un passionné du Sud (de la France) qui gérera son affaire tel un chef d'orchestre, à la baguette, mais pianissimo … 
Colonnes dorées, pierres taillées, « nègre » en luminaire élancé, et comptoir massif, banquettes de velours cognac, et chaises bistrot aux « galettes » assorties, le tout surplombé de lampes signées Tom Dikson, il ne faudra pas envisager autre chose que de la séduction tous azimuts ! La tomate-mozzarella di Bufala, filet d'huile d'olive et l'assiette d'antipasti, anchois frais, aubergine, courgette grillée, mozzarella, olives vertes géantes Pucci, champignons, poivrons rouge et jaune, s'inscriront dans la fraîcheur, et le bonheur de nos sens ! Le foie de veau à la Vénitienne, hyper rosé, sa purée maison, les calamars sautés, ail et persil, le risotto à la Trévise en « nid » de choux rouge avancé, et les spaghetti aux palourdes, après une (très) longue attente, s'offriront à notre arbitrage intransigeant, pour en extraire la plus stricte vérité ! Mention « bien » pour un chef généreusement inspiré ! Le gratin de poire au Sabayon quelque peu liquéfié et, avouons-le franchement, pas très engageant, le tiramisù au café et au Spritz beaucoup plus séduisant, et la panna cotta au coulis de fruits rouges, quant à elle, (très) honorablement appréhendée, ne sauraient, malgré tout, constituer à eux seuls le « vrai » monde pâtissier, celui qui nous fait tous rêver !
Notre dégustation de Champagne et vin au verre : Champagne Langlet et Conte di Montemaggiore Toscana - 2013.
Ardoise : Entrées 12 €. Grandes assiettes antipasti 23 €. Poissons 23 €. Pâtes 16 €. Viandes 21 €. Desserts 9 €.
Ouvert du lundi midi au vendredi soir.

Le Bistrot d'Alberto
150, Boulevard Pereire
75 017 Paris
Tél. : 01 48 88 93 68

Note 12,5/20

Monsieur A - 75 016 Paris



Et si on parlait rôtisserie !

D'une ancienne table Africaine en faire, il y a à peine trois mois, une rôtisserie, il fallait oser le faire ! 

Julien Paris, l'heureux initiateur, l'aura fait en considérant que « table rase » il fallait envisager ! Un grand miroir encadré de bois naturel, au cœur d'un mur de pierres sèches, des fauteuils de cuir noir, des abats-jour de cuivre martelé, et un pan de mur entier dédié, sur fond lumineux, à des crus sélectionnés avec amour et passion, voilà (presque) toute l'ambiance campée ! Fleur, la directrice du lieu, fera montre d'une affabilité sans faille, et nous d'apprécier autant d'attention pour une salle déjà bien comble ! L'assiette de saumon Écossais fumé au bois de hêtre, tranché main, sa crème fouettée au citron vert, judicieusement sélectionné, la terrine de foie gras maison, opulente et révérencieuse, et, une spécialité du lieu, les six (ou douze) escargots rôtis à la rôtissoire, au beurre aillé, combleront les plus sourcilleux aficionados. 
L'entrecôte Black Angus, environ 300 à 350 gr, de Monsieur A, sa sauce Béarnaise, ses frites maison, le burger à la façon du chef, Rémy Mahieu, son pain conçu boulanger (rien que pour eux), et la côte de veau cuite à la rôtissoire, un poil trop à mon goût (le mode de cuisson à la rôtissoire n'étant pas non plus idéal pour ce genre de pièce), sa pomme de terre en écrasée à la truffe, séduiront les plus audacieux carnassiers même si quelques progrès seraient à souhaiter ! Pour la crème brûlée à la vanille de Madagascar, le fondant au chocolat, sa boule de glace pistache (pas franchement opportune), le cheesecake Monsieur A et les profiteroles, glace confiture de lait, sauce caramel, une fierté de Julien, il n'y aura pas (trop) à critiquer et l'on s'inscrira dans la satisfaction bien dosée mais pas totalement le « délire » pâtissier !
Notre dégustation de vins au verre : Saint-Julien - Château Moulin Riche - 2007 et Meursault - 1er cru - Meix Chavaux - Domaine Muzard – 2011.
Suggestions du jour : Formule midi 20 € (entrée/plat). Plats de 16 à 24 €. Pour commencer de 8 à
21 €. Les viandes de Monsieur A : Côté rôtisserie de 16 à 39 €. Côté plancha de 19 à 39 €. Pour finir de 8 à 12 €.
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h40 et de 19h à 23h30. Samedi de 19h à 00h00. Fermé le dimanche.

Monsieur A
17, rue Pergolaise
75 016 Paris
Tél. : 01 42 73 00 12
Note : 13/20




mercredi 18 février 2015

La Tête Noire - 92 430 Marne La Coquette


Une valeur sûre !

L'attrait de la campagne deviendrait-il irrésistible au point que l'on serait en « état de manque » ? 
Le week-end, le problème se posant, c'est à l'extérieur de la capitale que l'on partira en quête ! Et, pourquoi pas Marne La Coquette ? La place du village, son église, son antiquaire et son agence immobilière et, bien révélé, la Tête Noire, ce bistrot issu de la « maison » Braconnier (la Tour d'Auvergne, le Limousin, le New York, etc, à Versailles), du côté fille de la branche, Frédérique pour les « initiés », une valeur sûre de la lignée, comment ne pas succomber au charme d'un lieu qui, durant dix années, n'avait pas été en mesure de s'exprimer ! Le parquet « revisité », les photos en sépia affichées d'artistes des décennies passées, si ce n'est dédicacées, les tons mastic et chocolat, et la cave murale exposée, l'ambiance fera dans le rétro suggéré, et totalement repensé ! 
Le foie gras de canard mi-cuit maison « chutney de figues », le carpaccio de Saint Jacques à l'huile d'olive et ciboulette, et la terrine de porc aux noisettes, nous « introduiront » dans le « petit monde » culinaire du chef, Éric Frugier, un solide gaillard au bandana noir bien assuré, une cuisine toute en simplicité et sincérité !
Son pot-au-feu en poêlon, rustiquement et généreusement proposé, sa grosse sole Meunière, tombée d'épinards, et son entrecôte environ 300 gr (un poil de générosité supplémentaire eut été bienvenue), sauce Béarnaise et frites maison, combleront tous les clients venus, ici, rechercher le calme, et la volupté d'un lieu discret, séduisant et reposant. Le riz au lait crémeux à la vanille de Madagascar, le tiramisù classique, le cheesecake à la façon du chef, crémeux sur sablé, la tarte Tatin à la banane, un soupçon minimaliste, et le baba au Rhum Saint James Ambré, quant à lui aux proportions gargantuesques, s'imposeront comme un doux moment de délire assuré, pour les accrocs de régalades en envolée ! Bravo, chef Frugier !
Notre dégustation de vin : Château Moulin Riche - Saint Julien - 2007.
Suggestions du jour : Entrée 7,50 €. Plats 19 et 24 €. Pâte du jour 12,50 €. Ardoise : Entrées de 6,90 à 14 €. Salade 15 €. Burgers de 18 à 28 €. Poissons de 19 à 38 €. Les viandes de 18,50 à 23,50 €. Desserts de 6,50 à 9,50 €. Menu enfant 11,50 €.
Ouvert tout les jours midi et soir.

La Tête Noire
4, Place de la Mairie
92 430 Marne La Coquette
Tél. : 01 47 41 87 68
Note : 14/20


Les Crocs des Halles - 75 001 Paris


A ne pas mettre entre toutes les dents !

Quand je conseille aux passionnés de viandes cette enseigne du VIIème arrondissement de Paris, à deux pas de l'école militaire, c'est parce que nous l'« aimons » tout simplement ! 
Mais, de savoir que, depuis peu, Nicolas Bérenger, aura ouvert, face à Sainte Eustache, et au quartier des Halles, une « Ambassade » de « ses Crocs », une sorte de « clone » bien élevé mais avec des velléités d'indépendance que l'on ne pourra lui blâmer, on se sentira tout revigoré dans notre « être » carnassier ! Ici, la brique sera de mise ! Dans le fumoir, ses fauteuils club, et son « isolement » assuré, comme au sous-sol dans de superbes caves voûtées (pas totalement terminées d'aménager), rien ne vous sera épargné côté déco ! De l'inventif, du suggestif, et, ce qui ne gâche rien, du superlatif ! L'œuf façon mayo mollet, mayonnaise, précisera le chef, faite maison (ce que nous aurons quelque difficulté à ne pas contester lors d'un aparté avec lui), la croustade de champignons sur tartine révélée, son œuf mollet, et le foie gras de canard entier, on ne saurait se lasser de saveurs aussi bien dévoilées. 
L'assiette de faux-filet, hampe, et picanha, environ 490 à 500 gr de chaires hyper bien sélectionnées, « tendrissimes » à souhait, l'assiette de hampe, picanha et filet, et le cochon de lait sur os, grillé, tout en simplicité et rusticité, à ne pas mettre entre toutes les dents, tout cela se moquera allègrement de vos bonnes intentions côté calories ! La crème brûlée, le mi-cuit au chocolat et la panna cotta se tailleront la « petite part » du moment mais non sans une vaillante opiniâtreté !
Notre dégustation de vin : Pernand-Vergelesses - Follin Arbelet - blanc - 2010.
Préliminaires de 6 à 17 €. Petits ou grands de 12 à 35 €. Les choses sérieuses de 16 à 32 €. Pour 2 ... ou pas de 69 à 79 €. Les desserts de 8 à 12,50 €.
Ouvert du mardi au dimanche.

Les Crocs des Halles
49, rue Berger
75 001 Paris
Tel. : 01 40 28 00 00
Note : 14/20


mardi 17 février 2015

Gildas Delamer - 75 016 Paris


Serions-nous à Cancale ?

Rien que pour la gentillesse d'Anne-Marie, et de son mari, le détour par le quai Louis Blériot (à l'angle du Boulevard Exelmans, à deux pas du « Mathusalem »), et cette vieille « institution » du XVIème arrondissement vouée aux « fruits » de la mer et aux poissons frais, s'imposera à vous !
Et, si la façade rouge écarlate (un peu) kitch devait vous arrêter, laissez tomber les apriori, et sachez vous fier à de « vieux » (c'est une façon de parler, même si, dés la cinquantaine on ne peux y échapper) « loups de mer », des passionnés du vrai ! Les six huîtres spéciales Utah Beach n°2, le tartare de saumon au poivre rose, et le saumon fumé sauvage, sa crème d'aneth (délicieuse), auront une nette tendance à vous faire chavirer ! Mais quand arriveront les bar et turbot grillés, et la sole Meunière, (un approvisionnement tous les 48h), rosés à l'arête, généreux, mais pas présomptueux, ce sera le coup au cœur ! Quelle dextérité, mes amis ! Que même chez les plus grands, on ne ferait pas mieux ! 
Il faut aller dans les Îles pour retrouver des produits, et une cuisson, à l'identique !!! Les arêtes, c'est pas grave ! Mais pour la chaire du poisson, je vous avoue avoir été scotché ! Pour les desserts, le fiadone (méthode) Corse, le fondant à la châtaigne, et la crème brûlée à la vanille, se tailleront une part fort respectable dans le petit monde pâtissier, d'autant que la fraîcheur sera de mise, même si l'aspect esthétique n'apparaîtra pas ici comme une priorité !
Notre dégustation de vin : Pouilly Fumé - Domaine de Fontaine Daniel Nérot - 2013.
Le midi menu 18 €. Carte : Entrées de 9 à 12 €. Poissons grillés entiers de 22 à 35 €. Plats de 22 à
35 €. Assiettes et plateaux de fruits de mer de 18 à 69 €. Huîtres, fruits de mer et crustacés de
16 € (par 6) à 46 € (par 12). Les fruits de mer de 7 € (les 100 gr) à 18 € (les 300 gr). Crustacés du vivier de 12 € (les 400 gr) à 95 € (le kilo).
Ouvert tous les jours sauf les dimanches et lundis soirs.

Gildas Delamer
1, Boulevard Exelmans
75 016 Paris
Tél. : 01 45 27 08 68
Note : 14/20




La Belle Poule - 75 008 Paris


Le combat de la Belle Poule !

L'« étoile », et « la Belle Poule » (1934) sa jumelle, deux goélettes à hunier à la mode Paimpolaise, en outre « héritières » d'une tradition de frégates de la Marine Royale (appelée La Belle Paule sous le Roi François 1er), et notre table du jour, y aurait-il un rapport de cause à effet ? La situation ? Peut-être bien, puisque, entre (la place de) l’Étoile et la « Belle Poule », cette brasserie à la mode XXIème (pas arrondissement, mais siècle), « drivée » par Émilie Camboulives et Pascal Ranger, son fidèle associé, il n'y aura qu'à peine … 3 à 400 mètres ! Ainsi, fauteuils de cuir écarlate clouté, revêtements de marbre en patchwork affiché et musique lounge-bar susurrée, constitueront-ils l'essentiel d'une ambiance personnalisée, et revendiquée ! 
Le velouté de potimarron aux châtaignes (presque) à volonté, onctueusement interprété, le bocal de foie gras, pain Poilâne, chutney de poire et gingembre, un peu trop « grassouillet » à mon goût, et le carpaccio de Saint-Jacques, huile de truffe, ne se formaliseront pas d'une critique positive, objective et sincère ! La sole « Belle Meunière », environ 5 à 600 gr, (pour nous) levée en filets, ses pommes vapeur, l'entrecôte environ 300 gr, ses frites maison, et le rognon de veau entier en croûte de chapelure (une excellente idée), rosé à cœur, sa purée, il ne nous en faudra pas plus pour convenir qu'ici le chef saura s'exprimer de fort belle manière ! Les profiteroles à la (glace) vanille, chocolat chaud, le baba tiède « ivre » de Rhum et de chantilly, et le crumble pommes-miel, recommandés par Marc, nous convaincront que cette brasserie là ne saurait vous lasser !
Suggestions du jour de 10 à 21 €. Entrées de 9 à 14 €. Salades de 16 à 18 €. Pasta et risotto de 19 à 23 €. Pizzette de 16 à 19 €. Poissons de 21 à 24 €. Viandes de 18 à 29 €. Fromages 12 €. Desserts de 9 à 12 €. Menu moussaillon 13 €.
Ouvert tous les jours midi et soir. Privatisation de salle. Fumoir et cave à cigares.

La Belle Poule
215, rue du Faubourg Saint Honoré
75 008 Paris
Tél. : 01 45 61 06 35

Note : 13,5/20

Wa Izakaya - 75 001 Paris


Un bistrot hype !

C'est l'histoire d'un bistrot à la Japonaise qui, ayant fait fureur au Pays du Soleil Levant, s'en sera venu poser ses « baguettes », ici, en plein cœur du quartier des Halles, celui des carnassiers !
Son « maître » ? Guy Boissinot, un barbu façon hype ! Son chef, Yasuo Nanaumi, un quinquagénaire Japonais. Le lieu ? Une « boîte » toute de « pin grillé » décorée, ampoules à filament rétro géantes au plafond, banquettes de cuir mastic, et fauteuils de velours noir, une musique lounge susurrée, et le « tour » sera (presque) joué … Côté baguettes, justement, on aurait pu peaufiner, et les spécimen en bois éviter ! Ceci étant, le foie gras Yaki to poêlé, Teryaki sauce, sur nid de riz sushi, le sushi Maguro (thon), les Maki California Ebi, tempura de gambas, asperge et mayonnaise épicée, et les Sashimi Magoru (thon), mériteront à eux seuls l'attention de papilles interpellées parce que totalement rassurées ! 
L'entrecôte poêlée Wa Style, la version du chef précisera le serveur, mis à part la tendreté, n'offrira aucun choc émotionnel particulier. Le Butaniku Kimuchi Okonomiyaki et escalope de longe de porc, et le filet de canette rôti au Miso (Kamo no Munéniko) s'inscriront dans le raffiné ! Côté desserts, le Sakura Mochi à la fleur de cerisier et haricot rouge, sa glace au thé vert, le Dorayaki, un pan cake au azuki, et la Matcha no, une crème brûlée au thé vert, procéderont d'un même soin, d'une même attention, sans pour autant procurer le (grand) frisson pâtissier !
Notre dégustation de Saké : Shirakabegura Junmai Ginjo et Saké pétillant « Mio ».
Midi (lundi au vendredi) : Donburi (et soupe Miso, Tsukémodo) de 12 à 14 €. Teishoku (et soupe Miso, Tsukémono, riz) de 14 à 17 €. Bento Box de 19,80 à 25 €. Sushi Maki (et soupe Miso, Tsukémono) de 13,90 à 18 €. Menu dégustation Izakaya 49 €. Bento Brunch 35 € (samedi midi et dimanche soir, jusqu'à 16h). Tapas froides de 4 à 13 €. Tapas chaudes de 5,80 à 15,80 €. Maki California (6 pièces) de 8 à 17 €. Sushi de 6,80 (2 pièces) à 23,80 € (8 pièces). Sashimi de 14 € (9 pièces) à 23 € (12 pièces). Plats de 19,80 à 25 €. Galette Okonomiyaki Style de 14,80 à 18,50 €. Donburi de 12 à 14 €. Desserts de 6 à 9 €.
Ouvert tous les jours midi et soir.

Wa Izakaya
35, rue du Pont Neuf
75 001 Paris
Tél. : 01 42 33 79 65
Note : 13/20


lundi 16 février 2015

Le Vieux Crapaud - 75 016 Paris


Le « Prince charmant sauteur » !

Si Thomas Boutin, l'heureux (et ça se voit) détenteur de cette enseigne tout à la fois atypique, et bistronomique, aura décidé de l'affubler d'une appellation (incontrôlée) faisant référence à un célèbre batracien, c'est, uniquement, nous narrera-t-il, parce que, tout petit, à l'âge de quatre ans à peine, « passionné » qu'il était du « Prince charmant sauteur », il « prédira » à sa grand-mère (toujours de ce monde) qu'un jour, s'il devait ouvrir un restaurant, celui-ci s'appellerait le crapaud !
Mis à part la taille, et les pustules, Thomas Boutin ne se sera pas franchement trompé ! « Speedy Gonzales », le fidèle collaborateur et barman qui nous confiera « être un peu débordé ce midi », n'aura pas même eu la patience (quelques secondes) d'attendre que nous l'interrogions s'agissant d'un accord mets et vin ! Mieux encore, le Lalande Borie à peine débouché, et trop impatient de passer à l'autre table, il déversera une rasade juste à côté ! L'incident passé, il reprendra du « poil de la bête » pour s'inscrire dans la belle attention !
Le jambon Noir de Bigorre, de l'élevage Grau, une spécialité, les cuisses de grenouilles en persillade, un poil « naines » mais cependant goûteuses, et le foie gras du Gers au piment d'espelette, nous convaincront ce que ce chef-là, saura ses produits choisir !
Casquette vissée (sur la tête), Thomas assurera également le service de plats concoctés par ses soins, comme ces oreilles de cochon croustillantes, salade de lentilles, qu'il nous placera sur la table aux fins de dégustation. Un régal, même si, chemin faisant, on pensera à ce petit cochon noir qui, petit, gambadait dans l'herbe ! Le choux farci au suprême de pigeon, foie gras et truffe, ses cuisses croustillantes, excellentissimes soit-dit en passant, l'entrecôte de Salers, environ 400 gr, sa tombée de « vrais » épinards en branche (jamais on ne nous les aura servis de la sorte), et « la » spécialité du chef, le cochon de lait farci, sa purée au four, nous combleront de bonheur, de quoi tordre le cou à toutes les idées reçues s'agissant des plats de (belle) tradition ! La tarte Tatin du Crapaud (que notre voisin, en plein interview avec le critique gastronomique, et son fameux camescope, François Régis Gaudry, critiquera niveau pâte), le baba tiède en pavé, et le riz au lait à la vanille Bourbon, sablé maison, ne feront pas de quartier, avec une approche sublimée des desserts de notre enfance. Quant Thomas cessera-t-il d'étonner ?
Notre dégustation de vin : Château Lalande-Borie - Saint-Julien - 2012.
Menu du marché (uniquement le midi) 28 et 33 €. Carte : Pour l'apéro de 8 à 10 €. Entrées de 11 à 17 €. Plats de 23 à 39 €. Les spécialités (Grenouilles, escargots, plats d'antan) : Entrées de 10 à 19 €. Plats de 24 à 38 €/pers. Gourmandises de 9 à 11 €.

Le Vieux Crapaud
18, rue Lauriston
75 016 Paris
Tél. : 01 73 75 70 10
Note : 14,5/20