mercredi 27 avril 2016

PlayOff Wagram - 75 017 Paris


De l'autre côté de l'Atlantique !

Déjà, il vous faudra venir jusqu'à la place de l’Étoile, descendre l'avenue de Wagram, et plonger dans l'atmosphère U.S de notre table du jour, un style très « bannière étoilée », moto Indian, et match de basket en différé ! Ainsi, briques, chaises hautes, fauteuils cloutés, ardoises (pour les suggestions du jour), écrans plats (branchée sur BeIn sport) dispatchés, et cuisine en ouverture affichée, voilà bien une ambiance personnalisée qui nous parlera ! 
Nous opterons pour un plat direct sans entrée, une côte de bœuf, environ 400 gr, issue de la boucherie Nivernaise, sa ratatouille maison, et un ribs, sa sauce au miel, pour deux, environ 1 kg, ses pommes allumettes maison (à volontées), de quoi « renvoyer dans les cordes » le plus contestataire des carnivores ! Côté desserts, la mousse au chocolat de chez Rachel's, le pain perdu minute, donc maison, et le cheesecake nature (toujours maison), marqueront la note sucrée du lieu avec des produits de connaisseur dont la qualité ne fera pas défaut ! Une adresse à recommander si l'on souhaite s'évader de l'autre côté de l'Atlantique, et un accueil tout en affabilité de Aurélien et Charly !
Notre dégustation de vin : M de Minuty - 2014.
Carte : Grandes salades de 16,50 à 17 €. Clubs de 15,90 à 16,90 €. Burgers de 16 à 16,90 €. Viandes & grillades de 15,90 à 24 ,90 €. Poisson (grillé). Pièces de viandes à partager à deux … de 42 à 66 €. Desserts de 6,50 à 7,90 €.
Ouvert tous les jours Ouvert du lundi au vendredi, de 12h à 15h et de 18h à 00h. Le week-end, de 12h à 2h.

PlayOff Wagram
58, avenue de Wagram
75 017 Paris
Tél. : 01 56 79 70 90

Note : 13/20  

Le Baron - 75 009 Paris


Un instant non dénué de conviction

Le « Général Lafayette », et dans la foulée Le Baron (parce que le bar est rond, tout simplement, précisera Christophe, le maître des lieux), son voisin quasi immédiat, voilà bien une brasserie qui se démarquera du lot ! Fauteuils de velours prune, murs mastic capitonnés, parquet, et colonnades brossées, la déco ne fera pas dans la banalité, et si Christophe se montrera un peu « réservé », force sera de constater que, vu l'affluence, le succès semblerait être au rendez-vous ! 
A 13h tapantes, il faudra bien « jouer des coudes » pour se placer et trouver à s'installer ! Miracle, un coin sur banquette, plus en retrait du brouhaha, nous « ouvrira les bras », une manière de se préserver ! Le foie gras de canard maison d'une curieuse couleur orangée, chutney de figues et pain toasté, de jolie facture, le vitello tonnato, ses fleurs de câpres, savoureux et pas prétentieux, et les croustillants de gambas au basilic bien ordonnés, l'entrée en matière se fera sous d'assez bons auspices, avouons-le ! Le magret de canard du Sud-Ouest, sauce aux griottes, et potatoes, brindille de romarin, et l'entrecôte, environ 300 gr, crème de Gorgonzola en pot, ses frites fraîches, ne nous laisseront certes pas sur notre faim ! Le cheesecake au citron jaune de Sicile, sablé au beurre, et le trio de crème flambée, vanille, café, et chocolat, clôtureront un instant non dénué de conviction !
Notre dégustation de vin : Rosé Côte de Provence - Château Roubine - 2014.
Menu du midi 19 € (entrée + plat + dessert). Menu du soir 29 € (entrée + plat + dessert). Menu enfant 15 €. Carte : Entrées de 11 à 18 €. Plats de 20 à 25 €. Desserts de 10 à 12 €. Pizza de 13 à 16 €. Planches de 10 à 20 €. Happy hour Italien 5 € (tous les soirs de 17h30 à 19h30).
Ouvert du lundi au samedi, de 7h30 à 2h.

Café Le Baron
11, rue de Châteaudun / 58, rue du Faubourg Montmartre
75 009 Paris
Tél. : 01 48 78 13 68 / 06 44 18 73 02
Note : 13/20



mardi 26 avril 2016

La Mascotte Montmartre - 75 018 Paris


Incorrigible, Michou !

De 1889 à nos jours, que de chemin parcouru pour ce qui était à l'origine un hôtel de « rendez-vous » (pour demeurer soft), sur deux étages, avec comptoir au rez-de-chaussée ! De trois niveaux, il passera par la magie de son propriétaire de l'époque, le Père Teissier, à cinq étages, l'hôtel Antinéa était né ! 
Édith Piaf et son pianiste, des clients assidus, apporteront à la notoriété du lieu dont Laurent et Méria, les deux associés, feront une table tournante du quartier ! Toppa, Gen Paul, Lecomte, des artistes Montmartrois d'adoption y défileront ! L'ambiance de bois et de miroir géant, de banquettes de nubuck vert anisé, de lustre Belle Époque, de tables nappées, celle voulue par Thierry Campion, le maître des lieux, ira droit au cœur, notamment celui de Michou, un habitué des lieux qui y viendra déjeuner chaque jour que Dieu fait ! Toujours d'Azur vêtu, le sourire aux lèvres, et la coupe de Champagne à la main, il sera en quelque sorte le « parrain » d'une table, comme lui encore, pleine de vie ! Les six huîtres spéciales Gillardeau de Bourcefranc le Chapus, bien charnues, les langoustines en kadaïf au confit de citron vert, le vol-au-vent de ris de veau au Noilly Prat, ses champignons, un spécimen au superlatif, généreux et envieux, la sole Belle Meunière, sa tombée d'épinards frais, idoine en tout point, l'onglet de bœuf d'Irlande, environ 350 gr, tranché, mariné et grillé au Tamarin et coriandre fraîche, ses frites maison, et le fish & chips, façon Burger, piqué, vinaigre de malt et sauce Tartare, pommes de terre frites maison, s'imposeront comme d'excellents classiques du genre, mais avec la patte du chef, Aurélien Marion, un expert ! 
Côté desserts, le millefeuille glacé, crème à la vanille de Madagascar, le cheesecake aux noisettes caramélisées, sauce caramel, et les crêpes flambées au Grand Marnier devant vous, voilà bien un instant de volupté qu'il sera bien difficile de contester !
Notre dégustation de vin : Puligny-Montrachet - Domaine de la Choupette - Jean-Christophe & Philippe Gutrin - 2014.
Menu Mascotte 49 € (entrée + Plat + dessert). Menu Cocotte 29 € (midi en semaine). Menu Marmotte (pour les petits) 20 €.

Carte : Suggestion de l'écailler : Crustacés & coquillages de 6 à 12 €. Homards (proposés rôtis aux herbes à l'armoricaine ou froid à l'ail) de 11 à 14 €. Langouste vivante sur commande. Les huîtres (Marenne-Oléron / Jean d'Cancale « le Vauhariot » à Cancale / Maison Tarbouriech à Marseillan / Bannow Baie en Irlande) 6 pièces de 16 à 38 €. Plateaux de 68 à 185 €. Propositions du jour : Entrée 15,50 €. Plat 29 €. Dessert 11,50 €. Carte : Entrées froides de 15 à 17 €. Produits de notre épicerie Fine de la Mer de 13,50 à 19 €. Charcuterie de chez vous de 11 à 18 €. Entrées chaudes de 16 à 22 €. Le coin brasserie de 15,50 à 20 €. Les poissons de mer (tous sauvages et de petits bateaux) de 25 à 44 €. Viandes Françaises de 12 à 33 €. Fromages de 9 à 16 €. Desserts maison de 12 à 15 €.
Ouvert tous les jours de 8h à 23h30.

La Mascotte Montmartre
Le restaurant - L'écailler - Le Bar
52, rue des Abbesses
75 018 Paris
Tél. : 01 46 06 28 15
Note : 14/20



Cap - 75 017 Paris


De son regard perlé !

Du Cap (en Afrique du Sud) à Paris, il y avait un grand pas que notre chef, Konrad Neethling, aura franchi voilà bien une quinzaine d'années, histoire peut-être, de s'« exprimer » au pays de la gastronomie ! Potel & Chabot et l'hôtel Arc de Triomphe (en tant que second) l'auront initié, et lui, dans la foulée, se sera installé, là, Boulevard Péreire, à l'enseigne de sa ville natale ! 
Le taupe sera ici largement à l'honneur, et le papier façon Alligator rappellera ce côté ethnique, si ce n'est exotique, propre au continent Africain. Le koudou vous observera de son regard « perlé », et le lézard doré aux yeux globuleux vert émeraude « rampant » sous l'applique viendra vous titiller dés votre arrivé ! Les calamars marinés au « sweet chili », courgette, pamplemousse, cacahuètes et échalotes frites, le saumon en tataki au cacao, concombre aigre doux, gelé de betterave, poudre d'olive, et le foie gras en mi-cuit à la cerise Amarena, verseront dans le bistronomique (très) appliqué ! La cabillaud Teryaki, wok de légumes, espuma coco-citronelle, caramélisé, assez envieux, le thon façon Rossini au foie gras, salsa de mangue et chili embeurrée de choux, généreux et impérieux, et le filet mignon de porc mariné façon BBQ, Tatin d'oignon rouges caramélisés, compote de pommes aux cidres, mériteront toute notre approbation ! On regrettera, seulement, un décalage plus que conséquent entre l'entrée et le plat qui pourrait, le cas échéant, en décourager plus d'un ! L'instant dessert, millefeuille à la liqueur d'Amarula et pommes, mousse passion façon Pavlova et fruits exotiques, et gâteau à la banane sur lit d'ananas poêlé, caramel de Rooibos, typique Sud Africain, en séduira certains, comme il en découragera d'autres, compte tenu du caractère identitairement appuyé de la prestation ! Mais elle nous convaincra, sachez-le !
Notre dégustation de vins au verre : Vin pétillant sud Africain : Pongracz - Chardonnay Pinot Noir - méthode Cap Classique.
Menu midi : 25 € Plat. 34 € (entrée + plat + dessert). Formule 28 € (entrée + plat ou plat + dessert). Menu soir : 40 € (entrée + plat + dessert). Menu dégustation 56 € (2 entrée + 1 poisson + 1 viande + 1 dessert au choix). Carte : Entrées de 13 à 15 €. Plats (dans le menu). Desserts de 11 à 12 €.
Ouvert du mardi au vendredi midi, de 12h à 14h et du mercredi au samedi soir, de 20h à 21h30. Le mardi soir, privatisation à partir de 15 personnes au minimum.

Restaurant Cap
42, Boulevard Pereire
75 017 Paris
Tél. : 01 44 40 04 15
Note : 13,5/20


dimanche 24 avril 2016

Baâgaâ - 75 116 Paris


On ne s'y attendait pas vraiment pas !

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui, ce sera un burger nouvelle génération en version luxe côté Trocadéro, entre Kléber et Poincaré, store orangé pour flasher ! 
L'ambiance décomplexée « Midnight Oil » en toile de fond, et queue à la caisse pour passer commande en semaine avec carte à disposition pour les sept burgers envisagés, tartare maison, ou salade César, à 12 €, ou formule à 15 € avec frites et boisson (dessert en sus), de quoi rapidement passer commande et payer juste avant de s'installer assis en box, ou au comptoir face au miroir pour les esseulés ! Changement de décor, le soir et le dimanche, avec commande à table, et nappes blanches, de quoi réinventer les « codes » ! Le Paname bœuf Wagyu, modèle « grande famine » (c'est à dire 250 gr de bœuf haché), champignon de Paris, Comté, oignons caramélisés, jambon blanc, riquette, frites (pommes de terre issues de chez François Patate) et sauce ravigote, pain au sésame de chez Jean-Luc Poujauran, excellentissime, un modèle du genre (et pourtant, je ne suis pas vraiment fan de burger), et celui du jour, veau, émincé de radis noir, airelles, Reblochon, sucrine, sauce moutarde à l'ancienne et raifort, voilà bien une surprise à laquelle on ne s'attendait pas ! Côté desserts de chez Rachel's (bien connue sur Paris), le cheesecake Oreo ou à la framboise, le Muffin Nutella, et le crumble aux fruits rouges et amandes, mériteront un satisfecit particulier, d'autant que l'on connaîtra la qualité des produits proposés ! Un projet de pâtisserie maison serait à l'étude, confirmera Jean-Baptiste, l'heureux propriétaire du lieu, qui ne rechignera pas à s'investir personnellement auprès d'une clientèle le plus souvent pressée !
Notre dégustation de vin : Rosé Les Donzelles - Temple et Tour - Côteaux Cévenols - 2014.
Formule 15 € (1 burger ou 1 tartare + 1 accompagnement + 1 boisson). Burger 12 €. Menu Baâgaâ child 10 €. Salade 11 €. Accompagnement 3 €. Tartare maison 12 €. Desserts de 3 à 5 €.
Ouvert du lundi au vendredi, de 12h à 14h30 et 19h à 22h30. Samedi et dimanche, de 12h à 22h30. sur place ou à emporter. Livraison : soir uniquement.
Livraison Deliveroo

Baâgaâ Burger
French + Wagyu + Burger
54, rue de Longchamp
75 116 Paris
Tél. : 01 85 09 13 30
Note : 13/20


La Rucola - 75 017 Paris



Incontestablement bon !

Ce sera un incontournable de « nos » tables Transalpines, celle que l'on ne saurait occulter tant il est vrai qu'avec sa trentaine de convives, le lieu verserait nécessairement dans l'intimiste ! 
Pas de flamboyant, certes, mais un petit « je ne sais quoi » de séduisant dont Michele Lukin ne sera pas peu fier ! L'alternance de « tête de nègre » et de doré emplira l'espace, en colonnades, cloisons et luminaires révélés, outre les casiers à crus sélectionnés et ce style bistrot bien affirmé ! La Burrata à la ciboulette, son mesclun, et copeaux de Parmesan, façon aumônière, la pizzeta à la truffe noire, rondement interprétée, le carpaccio de saumon frais, nous irons droit aux papilles. Le filet de bœuf, tranché, dit à la Genovese, sa ratatouille au pesto, les rigatoni aux aubergines, mozza et basilic, et les gros ravioli à la truffe noire, voilà bien là l'âme d'un lieu totalement dédié à l'esprit gastronomique Italien ! La panna cotta, son coulis de fruits rouges, le tiramisù café et le semifreddo, façon parfait au café, ne désarmeront pas et l'on se prendra à passer au café sans même avoir eu le temps de leur contester quoique ce soit !
Notre dégustation de vin : Puiattino - Pinot Grigio - 2014 - Venezia Giulia.
La balade gourmande dans les Pouilles : Entrées de 12 à 14,50 €. Plats de 15,50 à 18,50 €. Carte : Antipasti de 10 à 16,50 €. Pasta & risotto de 12 à 25 €. La Marée 18,50 €. Les viandes de 18,50 à 20,50 €. Desserts 8,50 €.
Ouvert du lundi au vendredi, de 12h à 14h30 et de 19h30 à 22h30.

La Rucola
198, boulevard Malesherbes
75 017 Paris
Tél. : 01 44 40 04 50
Note : 14/20


lundi 18 avril 2016

Harold - 75 017 Paris


Entre perfection et séduction !

Le cinquième « rejeton » de la « fratrie » gastronomique d'Harold Sacreste, entre le Parc Monceau et place Maréchal Juin, nous aura vu lui rendre un hommage appuyé en ce mois d'Avril ! L'ambiance fera dans le feutré de tons acier et rouge Cartier, lustres façon araignée, fauteuils et banquettes de cuir surpiqués et cloutés, comptoir, et cave murale affichée ! 
Côté accueil, Alexandre s'imposera tout en affabilité et l'on aura qu'à se louer d'une service rigoureux et assez bien structuré ! Avec la poêlée de champignons, girolles, lentins de chêne et pleurotes au naturel, aux fines saveurs des sous-bois, les nems Thaï de Mister Harold aux langoustines et poulet, salade et menthe fraîche, parfaits en touts points, et le Pata Negra 36 mois sur planche, idéalement maturé, non « transpirant », le chef Heikel Jabeur, nous convaincra, d'entrée de jeu, avec des produits mûrement sélectionnés et appréhendés ! La sole meunière petit bateau, préparée, sa tombée d'épinards sautés, la brochette de volaille de Bresse façon Tandoori, son mesclun, juste saisi, et le thon en aller-retour, un tantinet trop « mince » (1 cm au lieu des 2 à 3 requis), soja, haricots verts, et carottes, se glisseront allègrement entre perfection et séduction ! Le millefeuille minute tradition à la vanille de Tahiti, caramel, idoine, et le tiramisù « Divino », une spécialité revisitée, nous verra fort satisfait de cet exercice cuisinier.
Notre dégustation de vins au verre : La Poussée - Sancerre - rouge - 2011, et Sancerre blanc - Éric Louis - 2014.
Carte : Entrées de 16 à 25 €. Pâtes & risotto de 18 à 36 €. Poissons de 26 à 46 €. Viandes de 23 à 38 €. Fromages 15 €. Desserts de 13 à 15 €. Brunch adulte 35 €, enfant 25 €.
Ouvert tous les jours, de 12h à 14h30 et de 18h30 à 22h30.

Harold
48, rue de Prony
75 017 Paris
Tél. : 01 47 63 9696

Note : 13,5/20

Le So - 75 002 Paris



Une aisance naturelle

Tournant résolument le dos à la Bourse (je préfère, quant à moi, l'expression Palais Bourbon), ce bistrot initié par quatre associés (ils en ont trois autres) à l'angle de la rue Réaumur et de Montmartre, verserait dans le style Bobo assez clean, tables et guéridon de bois naturel, banquettes Mexicaines, fauteuils de rotin, lustres façon filet de pêche, colonnades satinées, rideaux étirés, et comptoir en acier plaqué ! 
De quoi se laisser aller en une saine dégustation de mets issus directement de Rungis, colportés par les associés qui, le matin, avec leur camion réfrigéré, iraient quérir leur « sélection » du jour, et la redispatcher aux intéressés, un « circuit court de production » comme ils disent ! La formule, ici, est à 22 €, le midi (sans compter la carte), raisonnable et recherchée ! L’œuf mollet, mousseline de mini courgette, chorizo poêlé, chips de betterave, on ne peut mieux respecté, la Burrata, environ 150 gr, son caviar d'aubergine, filet d'huile d'olive à la truffe, impeccable, et le Ceviche de thon aux agrumes, gingembre et patate douce, rondement interprété, se hisseront dans le peloton de tête des préparations (permettons-nous l'expression) « bistronomique » ! Le classique SO Burger, cheddar, roquette et frites maison, pain artisanal, emportera l'adhésion, un modèle peaufiné, le filet de bœuf, façon Thaï, salade d'herbes et mangue fraîche, tout en générosité et perspicacité, et le Tataki de thon Albacore au Sésame et soja, patate douce et choux Kale, scindé en trois morceaux, marquera les esprits côté produit comme côté cuisson ! Le sentiment à ce stade ne fera pas dans le mitigé, d'autant qu'Odile et Julien, les co-directeurs du lieu, s'investiront bien au-delà de la moyenne Parisienne ! Côté desserts, la tarte au citron déstructurée, framboises, chantilly et meringue, un peu déconcertante mais finalement pas révoltante, et le crémeux au chocolat, éclats et coulis de caramel, tuile à la pistache, et crumble, quoique esthétiquement un peu désordonné, « retomberont » tel un chat sur ses pattes, avec cette aisance naturelle qu'on leur reconnaîtra volontiers !
Notre dégustation de vin au verre : Bourgogne - Pinot noir - Kampf Frères - 2013.
Menu 19 et 22 €. Carte  du jour : Entrées de 7 à 18 €. Plats de 15,50 à 20 €. Desserts de 8 à 9 €.
Bar à Cocktails créatives. Brunch tous les samedis, dimanches et jours fériés de 11h30 à 16h.
Ouvert le lundi de 10h à 16h. Mardi et vendredi de 10h à 2h. Samedi de 11h30 à 2h. Dimanche de 11h30 à 17h.

Le So
93, rue Montmartre
75 002 Paris
Tél. : 01 40 28 02 83
www.le-so-resto.fr / Facebook

Note : 13,5/20

XVII sur Vin - 75 017 Paris



Deux choses ne peuvent se cacher, l'ivresse et l'amour !

Bruno Turbot, depuis le Negresco de Jeanne Augier (il y a huit ans) à Nice, et le Clovis au Sofitel Arc de Triomphe, aura mûrement pensé son projet qui lui tenait tant à cœur, s'installer, se poser et « initier » une clientèle à l'Art de la bistronomie appliquée ! 
Le style bistrot sera ici respecté, comptoir dés l'entrée, chaises bistrot, bouquet de fleurs fraîches, crus alignés, colonnes « rouillées », miroirs « gravés » et banquettes veloutées, une manière de vous séduire dans la simplicité ! Le minute de saumon Label Rouge, huile douce et roquette, copeaux de Parmesan, en aller-retour, le pressé de lapin du Poitou, confit aux fruits défendus, et les asperges blanches idéalement sélectionnées, nous ne pourrons qu’acquiescer ! La noix d'entrecôte de Bavière, environ 300 gr, un poil trop saisie, ses légumes verts prés, le carré d'agneau rôti, légumes verts prés, jus thym-citron, et les chipirons façon XVII, il ne faudra pas être trop perspicace pour constater que le chef serait doué ! 
L'aspect desserts ne déméritera pas, avec une brioche façon pain perdu, caramel beurre salé, souplement et voluptueusement interprétée, une crêpe Suzette au beurre d'orange flambée au Grand Marnier, parfaitement interprétée, un Dôme tout café, luisant et parfumé, et un Paris-Brest magique et savoureusement révélé, une surprise comme on les aime, mais pas si courante sur Paris, celui-ci se classant dans les trois meilleurs du genre !
Notre dégustation de vin et Champagne : Champagne Langlet, et Meursault - Les Narvaux - Olivier Leflaive - 2010.
Ouvert du lundi au vendredi, midi et soir. Et le samedi soir.

XVII sur Vin
99, rue Jouffroy d'Abbans
75 017 Paris
Tél. : 01 42 27 26 16
Note : 14/20


La Casa di Sergio - 75 017 Paris



Un petit théâtre

Sergio Calabresse sera toujours Sergio, avec ses qualités et ses défauts ! Mais, si l'on viens ici, c'est surtout pour lui, affable et déférant, dans son petit « théâtre » des caprices de chacun !
 Et si l'ambiance toute de blanc et écarlate vêtue, rideaux, banquettes de velours, chaises et fauteuils, toiles dénudées, grappes de raisins en appliques révélées et velux pour un rayon de luminosité, n'aura jamais variée, c'est bien ce qui nous enchantera, même si cela frisera la Traviata ! Le jambon de Parme, la Burrata et Parma, et les calamars frits, ne résoudront pas l'équation de la perfection, mais l'on se plaira à les apprécier comme cela viendra ! Le carpaccio de bœuf et copeaux de Parmesan, artichauts, les raviolis à la crème de cèpes aromatisée à la truffe, et la pizza Parma honorable, m'est avis que Sergio devrait s'imposer le souci d'un chef « vraiment » Italien ! Côté dolci, la tarte aux pommes tièdes, boule de glace vanille (pas maison), le tiramisù, pluie de cacao, le plus abouti, et la panna cotta respectablement appréhendée.
Notre dégustation de Prosecco Follador.
Ardoise : Formule 18 et 22 €. Entrées 8,50 €. Plats 11,50 €. Desserts 6,50 €. Menu du midi (du lundi au vendredi) 22 €. Menu della casa 34 €. Carte : Antipasti : Freddi de 6 à 16,50 €. Caldi de 8 à 11 €. Le paste de 11,50 à 25,50 €. I risotti de 16 à 18 €. Le carni de 14 à 25 €. I pesce de 17 à 20,50 €. Pizze tradizione « la casa » de 5,50 à 18,50 €. I formaggi de 6,50 à 9,50 €. I dolci de 5,50 à 12,50 €.
Ouvert tous les jours, midi et soir.

La Casa di Sergio
77, avenue des Ternes
75 017 Paris
Tél. : 01 44 09 99 06
Note : 12,5/20


mercredi 13 avril 2016

Le Petit Bordelais - 75 007 Paris


Intimiste, si ce n'est cosy !

Une petite rue du VIIème, la rue des bistrots, voilà notre destination du jour ! Un bistrot à la mode Bordelaise drivé par Philippe Pentecôte, un chef tout en affabilité, qui mènera ses cuisiniers au « pas de charge » ! 
L'ambiance revisitée il y a une huitaine d'années, du velours comme s'il en pleuvait, des tons rouille, cognac et fève de Tonka, du taupe et de l'orangé, et puis, outre ce papier mural façon peau de « poulain », d'immenses dossiers en velours capitonné en décliné de tons, pour confirmer l'atmosphère intimiste, si ce n'est cosy ! La ballotine de lapin aux abricots secs, pointe de crème aux condiments, tendrissime à souhait, la roulade de foie gras de canard en canon scindé et pané au pain d'épice, sa gelée de raisin, et les ravioles, escargots, émulsion et crème (entrée du jour), vaporeux et généreux, voilà bien une belle entrée en matière ! 
L'entrecôte Angus, environ 350 gr, ses légumes du moment, son os à moelle, sa sauce Bordelaise, et son gratin Dauphinois, absolument sans reproche, le filet de canette rosé à cœur, ses tomates farcies aux champignons, et la selle d'agneau rôtie à la Sarriette, grenailles de Noirmoutier, fondante et rosée à cœur, il m'aurait étonné que ce fut autrement, car la philosophie du chef s'inscrirait dans le peaufiné à n'en point douter ! Côté desserts, le soufflé maison minute à la violette cristallisée, étonnant mais finalement rassurant, la tarte aux poires maison, crème à l'amande, son sorbet framboise, et le palet de pain perdu, son quartier d'ananas rôti, glace pain perdu, ne mériteront que des éloges sans la moindre arrière pensée !
Notre dégustation de vins au verre : Château Chevalier d'Haurange - Lalande de Pomerol - 2008. Château Caillivet - Graves - 2011.
Menus : Le Petit Bordelais Express déjeuner 21,50 €. Le Petit Bordelais Duo 25 €. Le Petit Bordelais Trio 32 €. Le Petit Bordelais Gourmet 45 €. Le Petit Bordelais Spécial 43 €. Carte : Entrées 8 €. Plats 17 €. Desserts-fromage 8 €.
Ouvert du mardi au samedi, de 12h à 14h30 et de 19h30 à 22h30.

Le Petit Bordelais
22, rue Surcouf
75 007 Paris
Tél. : 01 45 51 46 93
Note : 13,5/20


Le Garde Temps - 75 009 Paris



Un indéniable respect !

La quartier du « Moulin Rouge » ne réserverait pas, semble-t-il, trop de belle surprises côté tables, mais il est deux ou trois exceptions qui défieront l'équation ! 
L'univers de Guillaume et Pierre ne se résumera pas à de la simple « bistroterie », et l'on en aura vite la preuve ! Le côté briques grattées, pierres taillées apparentes et poutraisons de soutien, colonnades affichées et patinées, loupiotes en fils déroulés, tableaux, chaises bistrot, et banquettes de simili bois brûlé, sans omettre le coin cave en décalé, un effet visuel assuré, tout versera dans le soigné ! Guillaume se fera le chantre de la cuisine de son associé et chef, Pierre Siewe (ancien de chez Yves Camdeborde), et de nous conseiller eu égard à l'ardoise du jour, ou de la carte renouvelée toutes les trois semaines ! 
La fricassée de bulots et coques sur lit de mousseline d'épinards, carmine, une rareté assumée, la fricassée de morilles, émulsion et œuf mollet, tout en saveur affirmées et l'asperge verte croquante, sauce Hollandaise à la réduction de carotte, vinaigrette à la grenade, dénoteront une approche raffinée de mets, certes simples, mais fort bien enlevés ! La pintade préparée en deux façons, poudre de cacao amer, laitue braisée, jus frais, la pomme de ris de veau, jus au thym, et la côte de veau Française, environ 350 gr, rôtie au sautoir, rosée à cœur, os découpé, ses frites au couteau maison, marqueront nos esprits d'une empreinte indélébile tant le peaufiné sera au rendez-vous ! Et, côté desserts, le rythme ne faillira pas, loin s'en faut ! Le riz au lait crémeux, caramel laitier à la fleur de sel, brunoise de mangue, le millefeuille praliné, tout en volupté et le mousseux au lait d'orgeat, gelée hibiscus, brunoise de fruits exotiques, aux saveurs prononcées, tout cela imposera un indéniable respect !
Notre dégustation de vins au verre : Chablis - Gut Robin - 2014. Cent pour Cent Grenache - Maison Peyra - Pays d'Oc - 2014. Clos Vroulot - Charles Hours - Jurançon - 2013, et Côtes du Rhône - La Redaine - Jean-Claude Colombon - 2014.
Menu du marché (uniquement le midi) : 14 € (plat du jour). 19 € (entrée + plat ou plat + dessert). 25 € (entrée + plat + dessert). Menu 29 et 35 €. Carte : Si vous partagez (hors menu) 70 €. Entrées 12 €. Plats 24 €. Desserts 12 €.
Ouvert du lundi au samedi, de 12h à 14h et de 19h à 22h30.

Le Garde Temps
19 bis, rue Pierre Fontaine
75 009 Paris
Tél. : 09 81 48 50 55
www.legardetemps75009@gmail.com / Facebook Le Garde Temps
Note : 14/20