mercredi 19 octobre 2011

La Cabro d'Or * - 13 520 Les Baux-de-Provence


Le trou des fées …

C'est le second fleuron de la « trilogie » non pas de Marcel Pagnol, mais de Jean-André Charial, que nous aurons eu le bonheur de pouvoir ressentir, que dis-je, « humer » ! Une atmosphère hors norme à mille lieux de toutes les idées reçues en la matière (et Dieu sait s'il en circule!). Le chant des cigales (on ne pourra vraiment pas les « occulter » en cette saison d'été), l'étang des cygnes blancs, et autres canards en prime (qui viendront parfois « côtoyer » vos gambettes, sous la table en terrasse) et le clapotis de la fontaine d'époque du temps où elle devait « trôner » sur une place de village. Tout ici sera réuni pour nous faire passer un doux instant de félicité ! La ronde des serveurs, et autres chefs de rang n'aura pas le mérite de nous « perturber » ! La brouillade d'œuf, légèrement fumée, et mouillette au saumon fumé, nous ouvrira les portes du Nirvana ! Sur un sablé aux amandes strate de foie gras de canard Landais mi-cuit au cacao, fine gelée aux fraises acidulées, sorbet au « basilique », s'offrira le luxe de s'imposer en toute humilité, et suavité ! Foie gras idoine, et gelée subtile ! Les fines ravioles de langoustines aux courgettes et poireaux étuvés à l'estragon, jus mousseux aux girolles et huile d'olive de la vallée des Baux s'imposeront, sans ambages, en toute finesse, générosité, et sans la moindre ambiguïté !
 Après un long, mais vraiment long moment de panique en cuisine, une grosse coupure d'électricité ayant décidé de venir « troubler » notre passage en ce lieu paisible, et mettre quelque peu à l'épreuve ce chef véritablement assez doué qu'est Michel Hulin, le maître d'hôtel viendra (maladroitement) nous annoncer qu'il serait tenté, en cuisine, un tour de force, ou une épreuve de sauvetage, comme vous préférerez, pour réaliser, malgré tout, les plats commandés ! Ainsi, les gambas caramélisées à la plancha, sa tarte fine sablée au thym façon « tomate - mozza » s'afficheront-ils en toute décontraction si ce n'est sérénité. Le tronçon de turbot rôti sur son arête, asperges vertes au lard, pomme tiède au caviar d'Aquitaine, jus d'une béarnaise mousseuse, et l'assiette de cochon de lait lentement doré en cocotte sur une tarte fine au confit d'échalotes, figues de Provence caramélisée au miel, boudin noir aux pépites de foie gras rôties représenteront-ils une gageure compte tenu des circonstances peu banales, il faut bien l'avouer ! Ceci dit, même si l'on tient compte de la panne d'électricité, force sera de relever que le personnel, a contrario de celui de l'Oustau de Baumanière quant à lui très compétent et disponible, aura franchement l'air de s'enquiquiner gravement au point de l'afficher ouvertement !
Une sélection de fromages au chariot, et quelques mouillettes de pain à l'huile d'olive fruitée plus tard, nous voici rendus à l'instant des desserts, celui du chef pâtissier Fabien Lignier. Son soufflé léger aux mirabelles, chocolat craquant aux pêches légèrement échaudées au Muscat, fraîcheur au basilic et vanille Bourbon, son abricot rôti au miel de Provence, crème glacé au citron vert confit et verveine fraîche sur un confit mousseux au cœur coulant au lait d'amande tout comme ses fraises des bois nappées de leur jus réduit sur un croustillant biscuit praliné et riz soufflé mousseux au chocolat blanc et citron vert auront beau franchir les limites de la compétence et, mieux encore, révéler une belle maîtrise de cet art, il n'en demeurera pas moins que nous n'aurons pas perçu, ici, la même « ivresse » que chez son proche voisin et, néanmoins, compère, Sylvestre Wahid !


Hôtel - Restaurant La Cabro d'Or *
13 520 Les Baux-de-Provence
Tél. : +33 (0)4 90 54 33 21 / Fax.: +33 (0)4 90 54 45 98


L'aile ou la Cuisse - 13 210 Saint-Rémy-de-Provence


Surtout pas élitiste !

Si l'affiche du film de Gérard Oury est, aujourd'hui encore, placardée au mur, sous les voûtes de cette séduisante table Saint-Rémoise, c'est certainement qu'elle traduit parfaitement l'état d'esprit d'un lieu ne se voulant surtout pas élitiste ! Non, vous ne me ferez pas dire que tout, ici, a changé, malgré, une rumeur (un peu trop) insidieuse que d'aucuns auraient intérêt à faire courir à son sujet ! La vitrine de pâtisseries, à l'entrée, s'inscrira toujours dans le superlatif avec moult « modèles », à l'image d'une collection de haute couture ! Ainsi, envisagerons-nous, pour l'instant des douceurs, quelques spécimens fort alléchants. 
La terrasse, de l'autre côté de la salle, quasiment en patio, offrira un espace de vingt six places assises, à ciel ouvert, certes un peu confiné, mais, somme toute, fort appréciable ! L'ardoise de foie-gras mi-cuit, de tartare de saumon, et de soupe de pastèque en verrine, son sorbet cassis, sera assez symptomatique du savoir-faire (et d'un certain délire ?) d'un chef, Claude Pisicchia, récemment installé derrière « ses » fourneaux ! Foie gras impeccable, certes un poil « fondu » (est-ce à dire un peu chaud eu égard à la température du jour, 35 °…!). Le filet de bœuf, carotte fan, figue au vin, figue verte, et pommes rattes, s'imposera tout en simplicité, dans une alliance de sucré-salé très justement équilibrée !
 Le filet mignon de porc, compotée de pommes, pommes de terre, tomate cerise, carotte fan, et chips de pomme, nous l'interprétera ludique, et « génétique » ! Le risotto de noix de Saint-Jacques, et truffe d'été, s'affichera tout en saveurs, et rien qu'en saveurs ! Cuisson des noix de Saint-Jacques, idoine, générosité du produit, et « conviction » du chef ! L'instant tant convoité, celui que l'on ne manquerait pour rien au monde, celui-là même qui nous aura fait « frissonner » d'impatience du début à la fin du repas, nous mènera vers l'entrée pour procéder à la suprême « sélection » ! Ainsi, religieuse au chocolat, à la lavande, tarte sablée aux fraises, n°5 tout chocolat noir, concorde meringue, mousse chocolat, tarte à la rhubarbe, et crumble pistache se verront-ils propulsés sur notre table, et petite cuillère en main, appréhendés avec tout le respect qui leur sera dû !
Plat du jour à 12,90 €. Formules (entrée + plat du jour ou plat du jour + dessert) à 17,90 €, ou (entrée + plat du jour + dessert) à 23,90 €.

L'Aile ou la Cuisse - Bistrot
5, rue de la Commune
13 210 Saint-Rémy-de-Provence
Tél.: +33 (0)4 32 62 00 25



Au Resto' - 13 520 Maussane-les-Alpilles


Encourageant, n'est-il pas ?

Ici, la vie du village tournerait autour de la place de l'église, et, plus précisément, la vie gustative, puisque la majorité des enseignes consacrées à votre plaisir (tout du moins nous l'espérons !) s'y seront rassemblées. Celle-ci fera, comme trois ou quatre autres, exception en se faufilant dans une petite ruelle « auréolée » de ses soixante jours d'existence ! Même l'hygiène prompte à réagir, surtout lorsqu'il n'y en aurait aucune utilité, n'aura rien trouvé à redire ! Encourageant, n'est-il pas ? Du côté de la déco, on se sera fixé sur des teintes essentiellement gris-clair et fushia, des banquettes et sièges marron clair « rosacés », des guéridons, et autres tables noires avec petites « trappes » pour glisser le set de table ! Un soin du détail indéniable !
 La pizza Royale sera « expérimentée » d'autant mieux que ce sera l'une des spécialités de la maison, à la farine de blé dur Italienne (seuls trois établissements dans le secteur l'utiliseraient), sauce au naturel retravaillée au basilic frais, crème fraîche d'Isigny, champignons frais, et tomates cerise. La côte de taureau (environ 350 gr), grosses frites fraîches, mais pas maison (précisé avec honnêteté par Pascal le patron), bien dorées, fera montre d'une texture très honorable et d'une cuisson idoine. L'escalope milanaise, riz sauvage, tagliatelles de carotte au cumin n'aura pas cet aspect « souffreteux » qu'affichent certains spécimen à quelques pas de là ! L'aspect desserts ne se révélera pas comme le plus flamboyant, et ce d'autant qu'aucun ne sera maison, mais, et il y aura un mais (très) appréciable, le patron aura l'honorabilité de nous le confier ! Ainsi, opterons nous pour une panna cotta au caramel, une crème brûlée (un peu trop à mon goût!), et un œuf à la neige qui clôtureront un déjeuner, en fin de compte, très honorable et respectable certainement du à la sincérité du maître des lieux !
Formule du jour 15 ou 17 €.
Ouvert du mardi au dimanche.

Pizzeria-Restaurant Au Resto'
Rue Simon Pastazo
13 520 Maussane-les-Alpilles
Tél.: +33 (0)4 90 97 59 32                      

mardi 18 octobre 2011

La Réserve Rimbaud * - 34 000 Montpellier


Une étoile est née !

La première étoile de ce chef s'étant mise à « scintiller » dans le ciel Montpelliérain depuis l'année 2010, force sera de constater que, sur la terrasse avec vue sur le Lez, en ce début de mois de Septembre, cela se ressentira fonction du nombre de tables occupées, et de l'effervescence autour du chef, Charles Fontes, un jeune chef très « préoccupé » par le bien être de ses convives au point de les recevoir lui-même dés lors qu'il en aura l'opportunité ! Service bien « huilé » (surtout quand le chef est là !), bonne approche de la clientèle (ni trop, ni trop peu), le tout dans une ambiance feutrée propice à la zénitude ! Un rayon de soleil sur le bout du nez, une coupe de champagne Billecart-Salmon rosé à la main, il faudrait être fou pour ne pas apprécier ! 
Le menu carte à 60 € fera bien notre affaire d'autant qu'il représentera un excellent compromis gustatif. Les croquettes de volailles Rimbaud tout en suavité et onctuosité, feront montre d'une (très) jolie efficacité. Mais il est vrai qu'au premier coup d'œil, cela manquera d'un soupçon de vivacité ! Les noix de Saint-Jacques poêlées, tomates de Maurin, ravioles croustillantes au chèvre et basilic, n'offusqueront que les grincheux, les blasés, ceux qui n'auront rien d'autre à faire que de critiquer (et, Dieu sait s'ils sont légion !). Cuisson idoine, choix des produits, mise en scène, l'ensemble ne méritera que des
louanges ! Quelques (légères ?) lacunes, cependant, dans le service viendront troubler l'ambiance, notamment l'oubli de couverts pour l'un d'entre nous, ou celle des assiettes une fois le plat terminé (autant dire que nous nous serons arrangés autrement) !
 Le filet de porcelet rôti, girolles et abricots en cannelloni, épinards et tuile de pommes de terre, nous prouvera, s'il en était besoin, que l'humilité dans la conception culinaire demeure une règle d'or ! Le Saint-Pierre poêlé, poivrons doux confits, haricots coco à l'eau de tomates-basilic, s'avancera tout en discrétion, mais quelle distinction ! Du turbot meunière, pommes de terre fondantes, morilles et artichaut, il ne saura être question que d'exception, l'alliance, et l'équilibre gustatif, frisant (quasiment) la perfection !
L'aspect pâtissier de cette table s'exprimera en un soufflé noix de coco, sorbet passion, banane frécinette et ananas Victoria caramélisé, un baba au rhum, crème fouettée vanillée, et une fraise- framboise en biscuit moelleux aux amandes, sorbet et meringues, le tout de si jolie facture que nous n'en laisserons pas la moindre miette !
Menus déjeuner 25 et 32 €. Menu carte 60 €. Menu dégustation 75 € (pour l'ensemble de la table).
Ouvert du mardi au vendredi et samedi soir.

La Réserve Rimbaud*
Rives du Lez - Quartier « Les Aubes »
820, Avenue Saint-Maur
34 000 Montpellier
Tél.: +33 (0)4 67 72 52 53 / Fax.: +33 (0)4 67 02 02 77

Ripailles - 34 000 Montpellier


Mangeriez-vous avec les doigts ?

Ici, on aura préféré, finalement, faire (sur l'enseigne) abstraction du prénom du patron, Bruno, retenu, un peu à la hâte, lors de l'ouverture, pour évoquer, peut-être un peu plus clairement, le dessein du lieu, à savoir, de faire ripailles et autres bombances … Côté déco, tout aura été restauré, du sol au plafond ! Un bar trônera, désormais, à l'entrée, avec vue sur une salle toute en « longueur », et, au fond, la rôtissoire. Car ici, ne l'oublions pas, l'accent aura été mis sur la bonhommie d'une cuisine de terroir, simple et généreuse, sans ostentation aucune ! Il vous serait presque permis de manger avec les doigts !
 A partager à 2, 3, 4 voire 6 convives le poulet fermier entier, label rouge, servi avec ses pommes de terre rôties (à volonté), et son jus de cuisson ! Pour deux, rassurez-vous, ce sera l'opulence ! De quoi vous caler pour le restant de la semaine ! Un « Rond de Paris », l'un des morceaux (méconnus) du boucher, s'il en est, tranché sur ardoise, me tiendra compagnie l'espace d'un instant jouant de sa tendresse et de ses charmes ! Je vous assure que, là, sous les platanes où Bruno aura installé sa terrasse, un poil de brise dans les cheveux, ce sera, avec un Uby blanc – Gros et Petits Manseng – 2010, « Ze » bonheur ! Et puis, faisant fi de toutes les bonnes résolutions prises ces dernières semaines, nous tordrons le cou aux « règles » de restriction pour donner libre cours à nos « instincts » pâtissiers ! Ainsi, le baba au Rhum, pas l'un de ces petits « bouchons » transalpins en bocal, mais un vrai, bien joufflu, accompagné de sa bouteille de Rhum de l'Oratoire et de sa crème chantilly artisanale, la tarte au citron meringuée (pas maison, certes, mais des plus honorables), et la tarte aux pommes, quant à elle bien maison, ne nous la joueront-ils flatterie et gâterie !
Entrées de 10 à 12 €, assiettes Ripailles de 15 à 25 €, à partager de 47 à 115 €, desserts de 7 à 9 €.
Fermé le samedi midi et dimanche toute la journée.

Ripailles
Resto-Rôtissoire
6, rue des Écoles Laïques
(Place de la Chapelle Neuve)
34 000 Montpellier
Tél.: +33 (0)4 67 60 29 71


Saveurs de Provence - 13 210 Saint-Rémy-de-Provence


Peut-être pas le plus médiatisé !

Vous voyez, cette adresse sera, certainement, l'une des meilleures de Saint-Rémy, peut-être pas la plus « médiatisée », ni la plus « branchée », mais, assurément, la plus empathique ! En terrasse, avec le « chant » des cigales en toile de fond, l'instant ne sera pas si détestable que cela ! Non, là je plaisante ! Car, que demandera-t-on de plus ? Avec sa formule carte au choix (entrée + plat + dessert) à 33 €, Jean-Pierre, le chef, et maître du lieu, attaque très fort ! Le foie gras de canard entier, sur ardoise, pain grillée, mesclun, confiture de figues de Provence, melon en émincée s'avérera hyper généreux, goûteux et onctueux ! 
L'épaule, et le mignon d'agneau confit, rôti au safran et aromates, manquera, cependant, un poil de ce côté rosé tant apprécié, et les mini pastilla auront subies un léger « coup de chaleur » ! Le millefeuille de filet de bœuf, et son foie gras poêlé, sauce cèpes, légumes de saison, confit, a contrario, affichera une belle alliance de produits bien appréhendés à la cuisson impeccable !
 La plancha de belles noix de Saint-Jacques, émulsion d'ail, et basilic d'été, risotto Arborio à la crème de homard nous fera « fondre » de plaisir ! Côté desserts, le nougat glacé, le framboisier et le macaron chocolat n'auront aucune critique à subir d'autant que ce chef là se trouvera à l'aise dans tous les domaines !
Plat du jour 10 €. Formule du marché 16 €. Formule découverte 24,50 € et formule carte aux choix (entrée + plat + dessert) 33 €.



Restaurant Saveurs de Provence
8, boulevard Gambetta
13 210 Saint-Rémy-de-Provence
Tél.: +33 (0)4 90 95 33 38 / jeanpierre@saveursdeprovence.net

dimanche 16 octobre 2011

Le Carré Noir - 13 870 Rognonas


De bien délectables sensations !

Vous connaissez (peut-être) « La Maison du Bon Café », côté torréfaction, mais ce que vous ignorez certainement, c'est son « aspect » culinaire ! Une table « lovée » au cœur d'un village (presque) anonyme, un « carré » pour des convives « avides » de découvertes gustatives. Il est vrai que le lieu demeurera empreint de l'esprit familial du groupe fondé par l'arrière grand-père de l'actuel P.D.G en 1958. Photos en scène de la « première » flotte de véhicules de la torréfaction, et des employés de l'époque, comptoir où l'on préparera toutefois la gamme des cafés du groupe, et puis cuisine largement ouverte où le chef, Cyril Berger, se plaira à « œuvrer » ,là, sous vos yeux, essentiellement des produits frais de saison avec une conviction évidente.
 Mais, c'est en terrasse, par une chaleur pesante en cette fin Juillet, que nous nous aventurerons en une tarte fine du moment, une tomate-chèvre et feuilleté aux légumes, une entrée renouvelée chaque jour que Dieu fait ! Une déclinaison de tomates « bien de chez eux », espuma de basilic, tuile de parmesan assez convaincante. Des noix de Saint-Jacques XXL avec leur corail (chose suffisamment rarissime pour être signalée), snackées et délicatement saisies, julienne de légumes, se révéleront tout en saveur, et un filet de bœuf Châteaubriand extra qui aurait du être un « morceau de choix digne d'un roi » tel que l'exposerait « Le Petit Torréfacteur », La Gazette du lieu !
 Que nenni ! Le morceau de choix sensé provenir de chez Alazar & roux se révèlera tel un vulgaire magma nerveux ! Pas très valorisant pour un chef qui n'aurait, indéniablement, pas du laisser passer un tel produit ! L'instant dessert nous réservera de bine délectables sensations avec un éclair à la vanille de Madagascar, caramel au beurre salé, tout en tradition, et succulence, un millefeuille associant tout à la fois la suavité de la crème vanille et le côté croustillant d'une pâte feuilletée magnanime, et un café liégeois d'anthologie alternant « vraie » crème glacée, le spéculoos, à nouveau la crème glacée, et, finalement, une crème chantilly savoureuse, le tout généreusement arrosé en son cœur de café chaud. De quoi révolutionner tous les acquis en la matière !
Menus du Petit Torréfacteur version salée et/ou sucrée 14,50 €, du Grand Torréfacteur 17,50 € et coup de cœur 20 €.
Ouvert le midi du lundi au samedi et en soirée le vendredi et le samedi.

Restaurant Le Carré Noir
2, avenue de la Libération (près de l'église de Rognonas)
13 870 Rognonas
Tél.: +33 (0)4 90 94 80 44

mardi 4 octobre 2011

Le Crillon - 84 000 Avignon


Tout au superlatif !

Face à l'hôtel de l'Europe, le seul ***** du coin, sur cette petite place autrefois très « villageoise » graviteraient moult « officines » voués, préciserait-on, à la gastronomie ! Or, celui sur lequel nous aurons jeté notre dévolu ne sera peut-être pas le plus démonstratif, ni le plus fréquenté, mais force sera d'y relever une certaine quiétude après un Festival sous « haute-tension » médiatique ! Philippe Pottier, le maître de céans, nous accueillera tout sourire, et de nous placer prestement en terrasse ! Nous passerons, le temps d'une coupe, directement au cœur du sujet avec une noix d'entrecôte XXL (environs 300 gr), sauce au poivre vert de Penja, frites au couteau maison, séduisante, mais un poil récalcitrante côté texture ! Le filet de bœuf, sauce au vin de Cairanne parfumée à la moutarde violette, écrasée de pommes de terre, et brocolis, se révélera tendre à souhait ! Les frites au couteau friseront l'admiration ! Côté douceurs, le (jeune) chef pâtissier nous « scotchera » sur place avec un tirami-su « ébouriffant », un fondant au chocolat coulant renversant, une crème brûlée à la gousse de vanille Bourbon, cassonade affriolante, et un cheese cake (dessert du jour) exemplaire ! La boule de glace, noix de coco au Carambar, œuvre d'un artisan local (et quel artisan) fera date dans notre approche des crèmes glacées ! Époustouflante ! Quel naturel, quel arôme ! Des superlatifs, et rien que …
Menu du jour le midi à 13,50 €. Le soir, deux menus à 19,50 € et 27 €. Tous les deux mois, les plats sont renouvelés.

Restaurant Le Crillon
15, place du Crillon
84 000 Avignon
Tél.: +33 (0)4 90 27 17 01

samedi 1 octobre 2011

Le Petit Jardin - 34 000 Montpellier


Comme si le temps s'était éclipsé !

L'un des rares « Jardin-patio » Montpelliérain a avoir (vraiment) un air « bienveillant », pas de ces modèles « ampoulés » comme on en croise parfois (suivez mon regard), un « vrai de vrai », nous aura offert un doux instant de sérénité. Quelles marches traversant le hall de réception, une superbe cave visible au travers de dalles vitrées, et nous voici rendus en un espace verdoyant comme on les aime, tables nappées et chaises vert prairie. Le maître d'hôtel traînera bien un peu la savate (un peu gênant, n'est-il pas ?), mais il laissera vite la place à un personnel affable et efficient, surtout Julien qui « œuvrera » avec discrétion et conviction. Mais ne nous appesantissons pas sur l'emballage, et préférons lui le « cadeau », à savoir la cuisine réalisée par un chef Irlandais, Damien Martin, ayant la particularité d'œuvrer en tenu rayée (vous savez le style bagnard), et calot ce qui semblerait n'être pas vraiment du goût de la maîtresse des lieux, Corinne Dollé, attentive au moindre détail ! Le délice d'une déclinaison de tomates anciennes, sur ardoise, nous ira droit au cœur ! En gelée, au naturel, en patchwork, cerise, verte, cœur de bœuf d'Afrique, pigeon et zébra, le chef Martin, se sera tout permis, et nous lui en serons totalement gré ! Le foie gras de canard du Gers mi-cuit, mesclun Japonais, se révèlera idoine en tous points ! On lui aurait, certes, préféré, une seule tranche plus généreuse que trois minis, mais passons …
La pissaladière, sardines Bretonnes grillées, nous la jouera primesautière, et magnanime ! Le carré d'agneau de Pays, cuisson basse température, et son jus de cuisson, respectera les meilleurs critères du genre. Le ris de veau de l'Aveyron à sa façon, sauce au vin blanc de Sancerre, mousseline de pommes de terres, de cèleri et de champignons (oh, la mousseline de champignons !) s'affichera joyeuse, mais pas présomptueuse ! La Pluma Iberico de Pata Negra à la moutarde violette, mange-tout, carottes glacées et mousseline de pommes de terre, frisera de très peu l'excellence. L'aspect desserts du chef pâtissier (la plus grande discrétion se fera autour de son nom) s'imposera en un bavarois aux framboises, de Madame Chevet, crème légère à la vanille de Madagascar, léger et onctueux, un fondant au chocolat Macao grand cru Brésil, surprenant, et pas consternant, cœur coulant praliné et citron vert, et une tarte citron meringuée « à sa façon », en bâtonnet, délirante et orbiculaire (ronde en terme clair). A peine le temps de reprendre nos esprits, la terrasse se sera presque totalement vidée, comme si le temps s'était éclipsé !
Entrée de 6,50 à 20 €. Poissons de 26 à 37 €. Viandes de 19 à 29 €.
Menus de saison du Petit Jardin du lundi au dimanche entrée + plat + dessert 35 €, formule du midi plat 19 €, et 27 € entrée + plat ou plat + dessert.

Le Petit Jardin
Le Restaurant, Le Bar & ses petits plats
20, rue Jean-Jacques Rousseau
34 000 Montpellier
Tél.: +33 (0)4 67 60 78 78 / Fax.: +33 (0)4 67 66 16 79