dimanche 31 mars 2013

La Petite Cour - 75 006 Paris



Tamisé et raffiné ...

Le marché Saint-Germain, le cœur battant du « village » et puis la petite passerelle, le vieil escalier, et la terrasse désertée, et le « sasse » à peine franchi, voici un espace charmeur, dorloté, discret tout en bouton d'or et pourpre, tamisé et raffiné, un lieu envoûtant, révélateur d'un chef, un chef doté d'un don celui de « salubrité » publique, de ceux que l'on devrait imposer … Ses ravioles de langoustines, coriandre-curcuma, et crème de langoustines, vaporeuses, et insouciantes, son risotto aux pieds de moutons et chanterelles, crémeux et délectable, les trois spéciales Gillardeau n°2, grassouillettes, et pas obsolètes, et les beignets de foies de canards « laqués » en réduction de Banyuls, compotée de poire vanille, déferleront sur nous comme une pluie de météorites ! 
Le Saint-Pierre rôti, risotto Carnaroli, palourdes du Mont Saint-Michel et le filet de bœuf fumé au thym de Provence, sous cloche, terrine de pommes de terre, et tomate confite, « enflammeront » nos papilles, et les « braises » de nous titiller jusqu'à l'extinction … Si ce n'était notre ferveur pour le « monde » pâtissier nous eussions casaque tournée ! Mais, ici, point de possibilité ! Ne l'envisagez même pas, vous manqueriez les (petits) trésors de Kamel Hamzaoui, notamment son baba infusé au thé jasmin, divin, sa crème brûlée en cassonade, « craquante », son dôme chocolat-passion-caramel virtuel, et le Solognot, une Tatin de pomme et poire tout en raffiné. Une histoire à « vérifier » à 2, 3, 4 voire plus si affinité …
Notre dégustation de champagne, et vin : Champagne Louis De Sacy. Château Larrivet Haut-Brion 2007 (rouge).
Formules : déjeuner 28 €. Dîner menu carte 37 €. Le dimanche menu carte 49 €. Entrées de 4,80 à 25 €. Plats de 24 à 40 €. Viande du moment Hugo Desnoyer 39 € (pour deux). Fromages affinés
10 €. Desserts 10 à 13 €.
Ouvert tout les jours.

La Petite Cour
8, rue Mabillon
75 006 Paris
Tél.: 01 43 26 52 26
Note : 14/20

mardi 19 mars 2013

Au Bon Coin - 75 005 Paris



Un « petit dernier » pour la route ?

Non, n'en faites rien ! Mais si cela vous tente, il est un coin où vous pourrez, tout à loisir, délirer entre deux plats, et pourquoi pas durant les plats ! Le rideau rouge (à l'entrée), les murs carrelés de blanc, ou de briques affichées, les banquettes de bois verni et les chaises bistrot, tout cela conférera à l'instinct d'un bistrot « revisité », et, depuis le mois de Novembre dernier, réorienté vers une clientèle d'habitués que certains n'hésiteront pas à qualifier d'endoctrinés ! 
La salade de haricots verts frais, champignons, châtaigne et, pomme fruits, toute en fraîcheur et sensibilité, le foie gras de canard poêlé, son potiron « butternut » rôti au miel, une «tuerie » réfléchie, et la brouillade d'œuf au chorizo, piquillos et croutons, forgeront les appétits emballés et dévergondés. La tête de veau snackée, épaisse, vinaigrette de condiments et pommes Charlotte, en délire de rusticité, les vraies coquilles Saint-Jacques (six pièces en coquille), fondue de poireaux, émulsion d'algues marinés, et le suprême de poulet fermier à l'estragon, purée de fève et lard croustillant, révéleront un talent insoupçonné, celui d'Emmanuel Chanois, l'un de ceux croisé de temps à autre au moment où l'on s'y attendrait le moins ! Côté desserts, le riz au lait aux poires et sauce cacao, le millefeuille aux pralines, la Forêt noire aux cerises confites et le sablé Breton, façon tarte citron et citron vert, s'inscriront dans l'esprit bistronomique à tel point que nous n'en reviendrons point !
Notre dégustation de champagne et vins au verre : Champagne Geoffroy Brut 1er Cru. Jurançon moelleux Happy Hours Fruity 2010. IGP de l'Hérault Mas Laval – Les Pampres 2011 (blanc). Clos Saint Fiacre – Orléans 2010.
Menu carte 26 et 32 €. La bonne affaire du jour de 15 à 19 €. Entrées 10 €. Plats 19 €. Fromage de moment 8 €. Desserts 8 €.

Au Bon Coin
21 rue de la Collégiale
75 005 Paris
Tél.: 01 43 31 55 57
Note : 13/20  

lundi 18 mars 2013

Rubis - 75 014 Paris



Un Projet inabouti …

A l'angle de l'avenue du Maine, un café un poil sophistiqué, un tantinet décontracté, versant dans le rouge subtil du rubis, aura changé de « destin » depuis le mois d'Octobre dernier, une « aventure » à laquelle deux associés, Laurent et Stéphane, se préparaient depuis fort longtemps. L'un en cuisine, Laurent, et l'autre en salle, Stéphane, les deux « piliers » d'une collaboration qui aurait du fonctionner. Car, ici, si l'ambiance de style mi-design, mi-baroque, ne fera pas de doute, que l'on s'y sentira vite à l'aise au point de se laisser « glisser » dans les fauteuils de velours, si l'affabilité de Stéphane s'affichera d'entrée de jeu, on aura, malgré tout, tendance à regretter que la carte ne fut pas plus, oserais-je dire, « étoffée » ! 
Ceci étant, mieux vaux moins de mets alignés, mais bien concoctés que pléthore d'inutilités ! L'œuf Rubis, son blinis de pommes de terre, ses oeufs pochés (un poil trop cuits, Monsieur Laurent), et sa sauce, et le foie gras de canard maison, on ne peux plus honorablement appréhendé, ne nous « scotcherons », certes, pas au plafond, mais s'inscrirons dans l'honorabilité sans excès. L'entrecôte, le cheeseburger, ses frites maison, et le risotto de volaille, champignons et Parmesan, procéderont d'un talent en demie teinte, et des (petits) bémols de partout, notamment pour la cuisson du riz pas franchement « aboutie » ! Côté douceur, le moelleux pommes-noix-cannelle, le crumble pommes paysannes, et le pain perdu s'en sortiront (presque) mieux, même si l'on aura tendance à vouloir rappeler à l'ordre ce chef « issu » de chez Guy Savoy, mais, indéniablement, plus à l'aise en gastronomie, qu'en bistronomie ! Allez, Laurent, ne vous laissez pas abattre, ce projet vous tenait tant à cœur, sachez-le respecter et redresser la barre !
Notre dégustation de champagne et vin au verre : Nicolas Feuillatte et Petit Chablis Olivier Savary.
Formules midi 15, et 20 €. A partager de 8 à 10 €. Tartines 10 €. Œufs 9 €. Entrées de 8 à 12 €. Salades gourmandes 12 €. Pâtes 12 €. Desserts de 7 à 8 €.

Rubis
165, avenue du Maine
75 014 Paris
Tél.: 01 43 95 06 53
Note : 10,5/20

vendredi 15 mars 2013

Sapori Siciliani - 92 300 Levallois-Perret



Une règle imparable

Et dire que tout ça se passera en 2012, peu avant le 21 Décembre, à Levallois, mais quoi me diriez-vous ? La « petite » épopée de cette table, Sicilienne de surcroît, dont Davide, le patron, se verrait bien décerner le « prix » de l'affabilité ! A peine la porte franchie une onde sonore déferlante envahira nos oreilles, certainement la satisfaction des convives tombés sous le charme. Des banquettes de velours orangé, des murs de pierre apparentes, quelques colonnades « rouillées », des tables dépareillées, et puis le « clou » du lieu, une Omega manuelle semi-automatique de 1961, la concurrente Italienne de la Berkel, pourtant notre préférée, un amour de machine à trancher sur pied, rouge of course, l'indispensable, l'incontournable, l'« arme » nécessaire pour tout émincer, Parme, Salami, saucisson, et autre speck. 
Davide prendra sa dernière commande, tout en apportant sa petite touche personnelle côté conseils, et Fabio s'exécutera en cuisine, une combinaison (apparemment) sans faille qui fonctionnera à merveille. Les antipasti Sicilienne, pour deux, et la mozzarella di Bufala, roquette pane pizza, tomates datterino et feuille de basilic, feront (beaucoup) mieux que d'exister. Subtilité des alliances et finesse des exécutions, une règle imparable que Fabio appliquera généreusement, et sans faillir ! Un sixième sens en somme ! Les pâtes aux cèpes, crème de truffe, jambon de Parme, tomates pachino et basilic, celles aux aubergines Siciliennes, sauce tomate, ricotta salée et basilic feront montre d'un surprenant exercice de style, celui d'un chef peu enclin à la mégalomanie, mais bien décidé à vous éblouir les papilles. Les calamars grillés au Salmorigano en habit de lumière, tout en élégance et fierté, verseront dans la démonstration de dons esthétiques et culinaires incontestables. Du méticuleux et rien que ! Côté dolci, le tiramisù, les cannelicchi Siciliani et la cassatina Siciliana, manqueront, à mon avis, d'un soupçon de conviction, ce qui ne troublera pas franchement notre détermination. Allez, encore un petit effort, Fabio, la perfection est au bout des doigts !
Dégustation de vin au verre : Chardonnay de Sicile.
Menus à 16 et 19 €. Gli Antipasti de 12 à 32 €. Le paste de 12,50 à 19 €. La carne de 18,50 à 22 €. Il peste de 21 à 24 €. I dolci de 8 à 9 €.
Ouvert du lundi au samedi.

Sapori Siciliani
Ristorante tipice Siciliane
113, rue Louis Rouquier
92 300 Levallois-Perret
Tél.: 01 47 37 13 43
Note : 14/20


jeudi 14 mars 2013

Delitaly - 75 017 Paris



Ils ne feront que des bien heureux !

Histoire de respirer un petit peu d'air d'Italie, et s'imbiber d'un parler chantant, et émouvant, depuis 2006, il est une boutique-resto totalement vouée à la gastronomie transalpine, un de ces lieux qui n'aura pas joué la tradition dans la déco, mais plutôt dans votre assiette. Côté ambiance, le noir sera de mise, à ce point qu'il l'envahira quasiment du sol au plafond ! Banquette de cuir écarlate, casiers muraux dédiés au Dieu du vin, colonnades, conduits d'aération et carrelage mural dans la même fournée, un espace alternant entre le bar à vin, le piano bar (sans piano), et l'épicerie fine. 
Côté cuisine, la carte nous la jouera Antipasti, Insalate, Carpaccio, Pesce, Carne, Ravioli et Pasta, largement de quoi satisfaire les appétits les plus emballés ! Le Delitaly antipasti (pour deux) légumes grillés (carottes, courgettes, aubergine, salade, poivrons rouge, et jaune, et brocolis), et mozzarella di Bufala, sur planche, exprimera le désir de vous séduire. Mission réussie ! Les fettuccine porcini tartufati, sauce crème aux cèpes et truffes, les linguine Catanèse, amandes, menthe, pistaches, pignons, et tomates cerises, et les Linguine, huile d'olive et basilic, se laisseront déguster (très) chaudement, avec la force des combattants qui se savent vainqueurs par avance ! C'est pas du jeu, car « ils » ne feront que des bienheureux ! Pour les dolci fiez-vous à votre instinct, et aux saveurs, car ce sera, véritablement, leur point fort, et pour vous … le point faible ! Alors, pas de sermon, optez, comme nous, pour un cheesecake de pistache, une panna cotta au coulis de fruits rouges, et Cassatelle Sicilien, de petits « chaussons » frits servis tièdes à la ricotta, arrosés de miel, servis en Sicile durant les fêtes de Pâques …
Dégustation de vin au verre : Rapitala blanco.
Antipasti de 14 à 30 €. Insalate de 10 à 13 €. Carpaccio 14 €. Pesce 19 €. Carne de 17 à 19 €. Ravioli farcis 16 €. Pasta spéciale de 17 à 20 €. Pasta al Forno de 15 à 16 €. Pasta de 15 à 17 €. Dolci de 7 à 11 €.
Ouvert du lundi au samedi.

Delitaly
Ristorante Enoteca
23, rue Poncelet
75 017 Paris
Tél.: 01 48 88 00 72
Note : 13/20

mercredi 13 mars 2013

L'ArchiToque - 75 006 Paris


 
Pas d'extrapolation douteuse

Un amour de patron pour un amour de restaurant, c'est exactement comme cela que nous l'aurons ressenti dés la porte franchie. Un petit espace dans son plus simple appareil, photos de noir et de blanc, parquet et chaises bistrot, pas de quoi chambouler la vie d'un épicurien chevronné, me diriez-vous ! Que nenni, vous aurez tout faux ! Car, si l'accueil d'Antoine se révélera exemplaire de gentillesse, et d'humilité, son ardoise, quant à elle, affichera dans le (relativement) peaufiné. Du simple, du bon, et (surtout) pas d'extrapolation douteuse, ou calomnieuse. Le foie gras de canard, en tranche lovée, onctueux et (très) goûteux, et la brouillade d'œuf au Parmesan, ses croutons délicatement appréhendés, nous conforteront dans l'idée de si l'on ne peut, tel mon confrère Emmanuel Rubin, le qualifier de « Lignac de la rue de la Grande Chaumière », sans verser dans le ridicule (ce ne sera pas du tout la vocation du lieu), et le pseudo-pompeux, force sera de constater que sans jouer la carte de l'alambiqué, la chef, Alexandra Thierry, s'impliquera scrupuleusement dans son art sans verser dans la routine ennuyeuse. 
La hampe simplement poêlée, sa pomme de terre écrasée, et son pavé de bœuf façon « Tigre qui pleure », Seua Rong Haï, une recette de Thiou, la chef Parisienne Thaïlandaise renommée, sa sauce, nous réjouiront les papilles, sans verser toutefois dans l'hilarité. Côté desserts, Antoine nous engagera sur une tarte citron meringuée déstructurée en trois phases, un crumble aux poires et amandes chaleureux et un moelleux au chocolat, compotée de framboises, qui sans être (trop) extravagants, n'en demeureront pas moins extrêmement concluants.
Formule déjeuner 15 € (entrée + plat ou plat + dessert). Formule diner 27 €. Entrées de 8 à 10 €. Plats de 14 à 18 €. Desserts de 8 à 10 €.



L'ArchiToque
11, rue de la Grand Chaumière
75 006 Paris
Tél.: 01 43 26 19 43
Note : 12,5/20

mardi 12 mars 2013

Café du Rendez-Vous - 75 014 Paris



Il est généreux, le chef !

Juste à côté de l'entrée des catacombes, et face au lion de Belfort, sur l'ancienne place d'Enfer (durant la révolution), c'est un café propice aux rapprochements conviviaux, qui subira nos « foudres » gustatives. Il est vrai que nous nous engouffrerons, non sans déplaisir, par -1°, dans cette brasserie transmise de père en fils depuis 1979 dont la famille Porte se sera rendue acquéreur, un lieu qui se serait, nous confiera Sébastien Porte, révélé durant la dernière guerre en tant que repaire, et lieu de rencontre (secret), des résistants ! Dire qu'à l'époque, il n'auraient pas eu Nicolas Vauvray, un jeune chef de 27 ans, qui aurait pu leur flatter les papilles, c'est un doux euphémisme ! Car, il faut bien l'avouer, ce petit gars qui nous sera apparu durant notre déjeuner, là, juste derrière notre épaule, avec son bandana, ne fera pas dans la dentelle ! 
Son œuf mayo sur ardoise, brindille de ciboulette « dans la gueule », et mayonnaise maison, son foie gras de canard (maison), au Montbazillac, et sa verrine de boudin noir, petit pain d'épices tiède maison (un vrai régal), dévoileront une subtilité d'exécution digne des plus grands ! Sa côte de bœuf, frites (pas maison) (non, là, le chef ce n'est pas digne de vous ! Même si la corvée de patates nécessiterait une friteuse et deux personnes supplémentaires), son tartare à l'Italienne, huile d'olive, basilic, et grosse « pétales » de Parmesan, et sa blanquette de veau Français à l'ancienne, en cocotte de fonte, mériteront tous les louanges d'autant que ce petit « génie » de la bistronomie n'aura pas la moindre once de grosse tête ! Du côté des douceurs, quel bonheur, l'inimitable sablé Breton en tarte citron meringuée, son nuage de meringue dorée, le baba au Rhum, chantilly, et raisins de Coriandre marinés, et la tarte Tatin caramélisée, trouveront tous les « vrais » mots pour le dire ! Touchés nous seront, touchés nous demeurerons.
Notre dégustation de champagne et vins au verre : Deutz, et Chassagne Montrachet – Louis Max.
Hors d'œuvres de 4 à 14,50 €. Terre (viande) de 16 à 18 €. Mer de 16,50 à 22 €.Pour les enfants
11 €. Suggestion du jour de 7 à 18 €. Salades gourmandes 14,20 €. Grignotages de 10 à 16 €. Pour finir mon pain (fromages de Pierre Klucik, Gault et Millau 2012) de 6 à 13 €. Douceurs de 6 à 9 €.

Café du Rendez-vous
2, Avenue du Général Lecler
75 014 Paris
Tél.: 01 43 21 34 05
Note : 14/20

lundi 11 mars 2013

Le 191 - 75 016 Paris



En pleine concentration

Bastiano, et Mickaël, ou Mickaël et Bastiano, même combat ! L'un en salle, et l'autre en cuisine, l'un jovial, et l'autre toqué, une association qui « ronronnerait » comme un moteur de Jaguar type E, ou de Ferrari 275 GTB 4 ! Question déco, on la jouera tout en noir et blanc. Casier à vins (sélectionnés par les patrons), lampes chromées, tables de gris nappées, et sièges de marron veloutés. Le chef, Mickaël, apparaîtra discrètement « entoqué » derrière le rideau de la cuisine, en pleine concentration, et exercice de conception, un risotto peut-être ? La crème de courgette, la burrata des Pouilles (la meilleure) et le carpaccio de Saint-Jacques, ne provoqueront pas, je puis vous l'assurer, l'hilarité ! Bon le chef, très bon même ! Du mesuré, du respecté, et du bichonné !
Le gratin de macaroni aux 4 fromages, ses « saveurs » fumantes, le tartare de bœuf du 191, docile et subtil, et les linguine aux Saint-Jacques, leur crème aux truffes, parfumées on ne peut mieux, confirmeront la dextérité d'un chef non formaté, et dénué de ce côté « pompeux » qui nuirait parfois à la gastronomie. Ce n'est pas l'aspect desserts, d'ailleurs, qui nous fera changer d'avis ! Son Paris-Brest minute, et maison, et son brownie crème glacée au Nutella, chantilly fraîche, défieront les lois de la pesanteurs avec un spécimen d'une légèreté redoutable, l'un des plus convaincants sur Paris et région !
Notre dégustation de vins au verre : Sancerre cuvée Silex – André Robineau 2011.
Suggestion du jour de 6,50 à 21 €. Formules déjeuner 19 et 24 €. Entrées de 7 à 10 €. Plats de 14 à 15 €. Fromages affinés 7 €. Les pâtisseries de Mickaël de 6 à 8 €.
Chaque jeudi soirée Cocktail.
Ouvert du mardi au dimanche.

Le 191 restaurant
191, Avenue de Versailles
75 016 Paris
Tél.: 01 42 24 49 28
Note : 12,5 /20

dimanche 10 mars 2013

Chez Karl & Erick - 75 017 Paris



La papille « amoureuse » …

C'est là une adresse que nous aura confiée un directeur d'hôtel, un connaisseur, pas de ces gargotes bondées mais plutôt un « repaire » du bien manger ! Entre Karl et Erick, ou Erick et Karl, il n'y aura pas franchement de différence, puisque l'un sera le reflet de l'autre au point d'en faire des jumeaux !
Le premier en cuisine, et le second en salle, il vaudra mieux le savoir au risque de les (bien) confondre ! Côté déco, la sobriété et l'élégance, seront de mise. Banquettes façon peau d'autruche, murs tapissés « en-nichés », pale d'hélice d'avion, et 50 places assises pour 50 bienheureux, tous perçus tels des hôtes privilégiés. Un petit coup d'œil furtif vers les cuisines ouvertes (mais très bien aérées) laissera entrevoir une sole grillée en aller-retour, des rognons, et un foie gras poêlé judicieusement appréhendés, de quoi engager à une prompte dégustation. 
L'ardoise du jour (renouvelée chaque mois) ne suggérera que des produits frais de saison, au gré du marché et des petits fournisseurs de cette table « bichonnée » pour deux fêlés de la papilles « amoureuse » ! Leur spécialité (à l'année), la terrine de lapin à l'estragon, parfumée on ne mieux, légère (tout pour favoriser la ligne), le mini burger de foie gras chaud, juste saisi, à la mangue, tout en volupté, et le carpaccio de Saint-Jacques au citron vert, et basilic, comme on les aime, « impalpable » (ou presque), mais si influent, tout cela versera dans le (très) engageant … L'entrecôte de Simmenthal aux pleurotes fraîches (trop saisie sur une face, mais saignante inexorablement), le rognon de veau rosé entier, nouilles légèrement sautées, et les Belles Saint-Jacques de Honfleur, ses nouilles Chinoises un poil citronnées (osé mon cher Karl !) ne failliront pas dans leur mission, nous faire adhérer à la philosophie du lieu ! Et ce n'est pas le riz au lait façon Karl, en verrine, tiède, son caramel beurre salé, qui nous engagera, véritablement, à renier une cuisine qui nous « collera » au cœur, et au corps !
Menus : 2 plat 28 € / 3 plats 35 €. Entrées de 12 à 15 €. Plats de 22 à 35 €. Desserts de 10 à 13 €.
Ouvert du lundi au vendredi et samedi soir.

Chez Karl & Erick
20 rue de Tocqueville
75 017 Paris
Tél.: 01 42 27 03 71
Note : 12,5 / 20

samedi 9 mars 2013

Terrasse Mirabeau - 75 016 Paris




Un parcours quasi initiatique

C'est un heureux événement qui nous aura conduit, à nouveau, vers Pierre Négrevergne, et sa Terrasse Mirabeau, un événement (très) récent dont il demeure encore le premier surpris, l'attribution du « label » des fameux, et respectés, Maîtres Restaurateurs, le seul qui soit véritablement basé sur le sérieux, et la compétence, de l'« impétrant » ! Tout y sera passé en revue, chambre froide, origine des produits, factures, propreté, etc., etc. Enfin des gens « inrockuptibles » !
Pas de ces « corrupteurs », et « corrompus » qui pulluleraient à Paris ! Une, puis deux coupes de Perrier rosé brut Royal, une crème légère de légumes, et une mousseline de chaire de tourteau, nous voici propulsés dans l'univers de Pierre Négrevergne, un « espace » de sincérité dans un cocon de volupté. Les cèpes « bouchon » Français, et ravioles de Romans, crème chaude de cèpes, et cèpes poêlés à l'ail confit, le foie gras de canard du Périgord, et cazette en terrine, sorbet maison à la pomme Granny Smith, et le pâté en croûte maison au canard sauvage, et foie gras du Périgord, apostropheront mais tout en délicatesse, sans le moindre stress !
La sole petit bateau de Bretagne, poêlée meunière, purée à l'huile d'olive Grecque Alfa Méssinias, son beurre blanc, la pâte bio « Likenn » de David le Ruyet, et homard Breton à la crème de crustacés, copeaux de speck, « feuilles » de Parmesan, ou les Saint-Jacques de Dieppe, risotto Arborio crémeux au bois de réglisse, jus mousseux, ne se formaliseront pas d'avoir été si appréciés. Le Saint-Marcelin au lait cru, salade de mesclun, tapenade d'olives maison, fera mieux que de divertir des papilles passablement émoustillées. La déclinaison de douceurs, soufflé chaud au caramel beurre salé maison, onctueux « grave », le Paris-Brest, cuit minute, sauce caramel à la cazette, fondant à souhait, la brioche maison façon pain perdu, marmelade d'ananas à la vanille Bourbon, son sorbet au citron, et les pommes-poires comme une Tatin, croquant au pavot et sésame, glace à la cannelle de Madagascar, nous engageront sur un chemin tout de délectation et de suavité, un parcours quasi initiatique, que Pierre Négrevergne se fera un plaisir, que dis-je un devoir, de vous proposer.
Notre dégustation de champagnes, et vins au verre : Champagne rosé Joseph Perrier brut Royal, Vins n°3 cuvée « la Tour Bicheau » blanc 2009, n°4 « Au Clos la Petite Bellane Valéras » - Côte du Rhône Village – 2010, n°2 Domaine de Berepasse 2007.
Formules 27 € et 38 €. Menu 49 €.
Menus 67 et 49 € (2 verres de vin dans la sélection des vins servis au verre, ½ eau minérale, café, mignardise).
Menu dégustation 6 plats 75 € (formule pour l'ensemble de la table).
Menu carte 85 € (choix d'une entrée, un plat, un desserts à la carte, 2 verres de vins dans la sélection des vins servis au verre, ½ eau minérale, café et mignardise).
Entrées de 14 à 22 €. Plats de 21 à 41 e. Fromage 14 €. Desserts 14 €.
Ouvert du lundi au vendredi.

Terrasse Mirabeau
5 Place de Barcelone
75 016 Paris
Tél.: 01 42 24 41 51
Note : 15,5/20  

vendredi 8 mars 2013

Adam's - 75 001 Paris



Retenez-moi, sinon je fais un malheur …

Christophe Adam aura eu l'idée, avec son « petit » frère Mathieu, qui tient boutique, de venir se « glisser », là, entre la place Vendôme, le Parck Hyatt, et le marché Saint-Honoré, un Adam's Tartines & Cafés, un concept à mi-chemin de la sandwicherie (qui existait déjà avant eux), du fast-food, et de la boulangerie de quartier, un lieu convivial, et disponible, où l'on conçoit artisanalement des tartines sur pain tranché, par exemple la n°6, le croque Monsieur, béchamel, lardons, et emmenthal, des sandwiches pains olives, jambon de pays, brie, et tapenade de tomate, de soupes du jour, ce jour-là, carotte, lait de coco, oignons rouges, et coriandre, des pâtes du jour, des tortellini pesto-parmesan, des risotto, ou bien d'autres trouvailles directement germées de l'esprit créatif des frères Adam. 
Mais la singularité de ce « bar à tartines » ne résidera-t-elle pas en cette déclinaison de douceurs, œuvres d'un chef pâtissier reconnu de tous, l'un de ces « surdoués » de la douille, et du fouet, un « disciple » du « Club des Sucrés », ses brownies, madeleines, cookies, tiramisù, crémeux au chocolat, pannacotta, riz au lait, et autres moelleux amande-pistache-abricot, ou amande-framboise-pomme, ou alors (retenez-moi sinon je fais un malheur) son millefeuille revisité, mouillettes de pâte feuilletée, et petit pot de crème à la vanille Bourbon (vous savez avec les petits grains noirs) une « tuerie » pour les adeptes, tout ce « petit monde pâtissier », disais-je, vous « attrapera » aux papilles pour ne plus les lâcher !
6 formules Tartines de 7,50 à 8,50 €. Menus Tartine 12,90 € (11,90 € à emporter) - Plat chaud
10,90 € (9,90 € à emporté) / Menus : Salades 10,90 € (9,90 € à emporter) – Sandwiches 9,90 €
(8,90 € à emporter) – Soupe 9,80 € (8,90 € à emporter). Pâtes du jour 5,50 €. Soupe du jour 4,10 €. Desserts de 1,90 à 3,50 €.
Ouvert du lundi au samedi de 7h à 17 h.

Adam's
Tartines & Cafés
21, rue Danielle Casanova
75 001 Paris
Tél.: 09 53 84 87 92
Note : 13/20

Josefin - 75 009 Paris



Toutes papilles dehors ...

Deuxième « plongée » dans le petit monde de Georges Pierre, le chef exécutif (mieux que secondé par Thomas Closa) du Banke Hotel « le »**** de la rue Lafayette, un des rares qui en mériterait bien cinq ! Allez, top là ! Je ne vous (re)décrirai pas l'endroit parce que rien n'aura bougé, ni les colonnes de marbre rose, ni les fauteuils de cuir doré, et encore moins les chaises de bois brûlé ! L'attention du service demeurera inchangée, un gage de pérennité. Côté carte, la nouvelle depuis une semaine, on aura tout repensé dans la continuité. L'œuf poché Bellota sur lit de pommes de terre à l'huile blanche, l'ardoise de Bellota, grosses mouillettes de tomates grillées, et la soupe de potiron, son croustillant de parmesan, n'auront nul besoin de nous adresser un texto pour que nous nous y intéressions ! Du direct, du flamboyant, et pas de ces cuisines expédiées, à désespérer ! Le turbot à la plancha, poêlée de légumes, crème Romesco, bien qu'assez minimaliste, s'imposera en toute quiétude, comme s'il n'avait jamais du en douter. 
La côte de bœuf Wagyu, environ 1 kg, pour deux, son gratin de pommes de terre, servie sur planche, avec un décalage horaire digne d'une traversée transatlantique, ne s'imposera pas comme la révélation « carnivore » du moment, notamment, lors du découpage où elle résistera (assez férocement) à un couteau de boucher pourtant peu enclin à la compassion ! Sera-ce la cuisson un poil excessive d'un bœuf renommé pour sa tendresse, ou, plus vraisemblablement, un nerf mal placé ? Ceci étant, ne soyons pas trop méchant, car nombre de steak house, ou grill, feront beaucoup moins bien ! Pour les desserts, nous remettrons notre « destinée » entre les mains du chef pâtissier, Ali, une aventure envisagée en toute sérénité. Le millefeuille Josefin, crème pistache, sorbet framboises, le Mont-Blanc, gelée mandarine, et glace coco, et le dôme crémeux orange-café, biscuit de Gênes, s'inscriront dans les moments sucrés d'exception, de ceux que l'on vit toutes papilles dehors !
Notre dégustation de champagne : Laurent-Perrier Rosé.
Banke'xpress 29 €. Entrées de 14 à 23 €. Ris et pâtes de 19 à 27 €. Poissons de 28 à 35 €. Viandes de 18 à 32 €. Grillades de 28 à 39 €. Desserts de 9 à 12 €.

Restaurant Josefin
Hôtel Banke
20 rue la Fayette
75 009 Paris
Tél.: 01 55 33 22 22
Note : 13,5/20

mercredi 6 mars 2013

L'Enoteca - 75 004 Paris



On gravirait presque l'Everest !

Un cadre authentiquement XVIIème, des poutraisons « maousses », des blocs de pierres taillées, de la peinture « terre de sienne » passée, voire totalement écaillée, et une association de suspensions multicolores, il ne nous en faudra pas plus pour sombrer, non pas dans la mélancolie, mais dans l'euphorie d'un « instant » si rare que l'on gravirait (presque) l'Everest rien que pour y accéder ! La mozzarella di Bufala, bucola e pomodori aliega, la terrina di vitello con cipolle rosse et crema alle erbe, une terrine de veau, oignons confits et crème aux herbes, et les gamberi al'amalfitana, un sauté de gambas à l'amalfitaine sur lit de roquette et trévise, fileront le parfait amour, le temps pour nous de déguster, et de laisser délirer nos sens. Cuore di gostata di manzo al pepe rosa, un cœur « gros comme çà » de filet de bœuf sauce poivre, sa polenta poêlée, carrelino di 4 costatine d'agnello, miele appeliti e crema di patate, un merveilleux carré d'agneau rosé à cœur, sauce au miel, sa pommes de terre écrasée, et la côte de veau au romarin (dont j'ai perdu l'appellation en chemin !), suffiront à nous extraire de notre torpeur quotidienne ! Produit impeccables, cuisson idoine et simplicité des appréhensions, une recette infailliblement appliquée. Mais, ici, le « clou du spectacle » ce sera le tiramisù, le second meilleur de Paris, un hyper onctueux, voluptueux dévastateur, ensorceleur même, comme on aimerait en découvrir beaucoup plus souvent ! Certains y verront un signe, d'autres douteront, mais, moi, je vous le dis, c'est pas de la fantaisie !
Notre dégustation de vins au verres : Verdicchio castelli jesi classico 2009 en blanc (Sartarelli). Colli tortonesi « Diletto » 2010 en blanc (Pomodolce). Morellino di sacansano « Reviresco » 2010 en rouge (Val di Toro). Barbaresco 2006 en rouge (Produttori). Vin de dessert :Alba,a di Romagna Passito 2008 ( Monticino Rosso).
Menu vin 17 €/pers. (3 vins au verre choisie parmi les vins de la semaine)
Antipasti de 9 à 15 €. Paste e Risotti de 12 à 20 €. Dolci de 8 à 12 €.

L'ENOTECA
Restaurant – Cave à vin – Dégustation
25, rue Charles V
75 004 Paris
Tél.: 01 42 78 91 44
Note : 13/20


samedi 2 mars 2013

Bistrot Capucines - 75 002 Paris



De la famille des Tropaéolacées …

La capucine se serait-elle envisagée une autre vie, un autre devenir que celui de Tropaéolum majus, de la famille des Tropaéolacées, une fleur, certes originaire du Pérou, mais somme toute assez éloignée de la bistronomie ? Non, pas franchement, car ici, à quelque pas de la place Vendôme, et (presque) en voisin du Parc Hyatt, il ne sera question que d'un comptoir à vins, un « bouchon » Parisien, avec chaise et tables hautes, coins dégustation, casier à vins et ardoise, affichant fièrement la formule du jour, car, chez Jean-Marc, on ne se laissera pas « distraire » par une carte plus ou moins alambiquée ! On fera dans l'essentiel, le naturel et, surtout, le (vrai) produit frais de saison ! Dans son petit « office » culinaire, sa cuisine en terme claire, caché derrière le comptoir, Jean-Marc, nous aura mitonné l'un de ces petits protégés de menu, avec une planche de Salami Lardelatto, et beurre Beillevaire, un pavé de lieu jaune sauce estragon en délire d'expression, et purée de carotte jaune, cuisson idoine, enjôleur à souhait, et un parmentier de joue de bœuf pas pesant ni asséché pour un sou, un modèle objectif et sincère dont on ne pourrait, indéniablement, imaginer qu'il fut issu de chez Brake ! Idem pour les desserts dont nous ne pourrons nous distraire ! Un gâteau mi-cuit au chocolat noir, un tantinet fondant, un tantinet coulant, une pointe de fleur de sel, sa quenelle de glace au yaourt, une « tuerie » dont nos papilles ne se remettront pas !
Notre dégustation de vin au verre : Viré classé Domaine André Bonhomme – 2008.
Formule à 29 € (entrée + plat + desserts) deux plats au choix. Soirées dégustations 2 plats au choix.
Ouvert du lundi au vendredi.

Bistrot Capucine
(cuisine du marché, vins naturels et bio)
22, rue des Capucines
75 002 Paris
Tél.: 01 49 26 91 30
Facebook Bistrot Capucine
Note : 13/20

XVème Avenue - 75 015 Paris



C'était la dernière séance ?

Pas vraiment, puisque le lieu imaginé, et conçu, par Nathalie, et Franck, quasiment sur le Boulevard Montparnasse (à quelques mètres prés), se voudra intimiste et atypique. Fauteuils de velours pourpre, rambardes de fer forgé, sets tressés, banquettes de cuir noir au dosseret de velours noir gansé d'écarlate, colonnades gris perle et expo de toiles personnalisées ou initialisées, de quoi « sombrer » lentement dans un univers non aseptisé. Côté cuisine, la simplicité sera de mise, sans omettre une (très) rigoureuse sélection des produits ! La tomate basilic, filet de balsamique, le mi-cuit de foie gras, son chutney de figues, et le velouté de légumes du jour, n'auront nulle vocation à émerveiller mais à vous faire passer un instant sans contrainte gustative, un instant de vérité. La côte de veau à la Normande (environ 300 gr), crème fraîche of course, et l'entrecôte « big mama », environ 5 à 600 gr, sur planche, ses pommes grenailles, ou pommes de terre écrasée, dévoileront des produits de premier choix, une cuisson idoine, et le tour de main d'un(e) chef, Nathalie, peu enclin à la monotonie. Côté desserts, toujours maison, le riz au lait en verrine, coulis de fruits rouges, la trilogie de crèmes brûlées, Grand Marnier, pistache et vanille, et le moelleux au chocolat, crème Anglaise, en part, tout à la fois vaporeux et compact, nous confirmeront qu'il n'est nul besoin de faire dans le compliqué pour séduire.
Formules 15 et 19 €. Entrées de 7 à 13 €. Viandes de 13 à 25 €. Poissons 18 €. Salades de 13 à 16 €. Fromage 6 €. Desserts de 5 à 9 €.
Ouvert du lundi au samedi de 7h30 à 2h.

XVème Avenue
Bistrot- Bar à vins – Cocktails
8, avenue du Maine
75 015 Paris
Tél.: 01 45 44 39 41
Note : 13/20