jeudi 27 novembre 2014

Charles Demagne - 75 008 Paris


Une (très) heureuse initiative !

Et si la « bonne mesure de l'élégance au masculin », sur Paris, c'était cette enseigne qui, depuis les années 70, aura su régulièrement fidéliser sa clientèle ?
Il n'est que de savoir que Nadège Wante-Richet, ce tailleur au féminin (eh oui, messieurs ne vous étonnez pas), saura vous apporter le conseils idoines, vous proposer, fonction de vos goûts et de votre morphologie, des coupes à l'Italienne, dandy classique, en un mot respecter la tradition du métier pour que vous soyez convaincu de faire là le bon choix !
Que ce soit en costume pour la ville, ou pour une grande occasion (soirée, cérémonie ou mariage) Nadège se fera un plaisir, que dis-je, un devoir de « décliner » son savoir-faire en sur mesure artisanal, ou en semi-traditionel.
Le premier « concocté » en atelier, sur la capitale, avec premier essayage deux semaines plus tard histoire de vérifier vos « exigences », se verra livré un mois seulement après les premières mesures.
Le second en finition tailleur conçu en atelier, mais, cette fois-ci, selon une savante alliance de tradition et de technologie, se verra gratifié d'un délai à peu près équivalent de trois à quatre semaines.
Ainsi, vestes conçues à votre « image », avec ou sans revers, poches droites ou en biais, épaules façon cigarette ou classique, avec ou sans épaulettes, et pantalons avec ou sans passants, pinces ou plis, poches sports ou classiques, en version Italienne, cigarette ou classique, avec ou sans revers, s'inscriront-ils dans la perfection, celle d'un savoir-faire hors pair !
Chemises, caleçons ou gilets en profiteront-ils pour parfaire ce qui, au jour d'aujourd'hui, pourrait apparaître tel une rareté !
Cravates, mouchoirs, chaussettes, et passementerie, combleront l'heureuse initiative, un service signé Nadège Wante-Richet !
Ouvert du lundi après-midi au samedi.

Charles Demagne
61, rue La Boëtie
75 008 Paris
Tél. : 01 45 63 07 63

mercredi 26 novembre 2014

Waknine - 75 016 Paris


Empreinte de discrétion

Samuel Waknine, l'un des plus adorables (et influent ?) hôtes que vous puissiez envisager sur Paris, l'âme d'une table tout à la fois décalée et charmeuse, c'est pour lui que vous prendrez le chemin du 16e, pour une table inimitable, et une ambiance particulière empreinte de discrétion sans perversion où le savoureux se mêlera au langoureux.Yamina Benguigui, ex-ministre de la culture, et réalisatrice à ses heures perdues, ne s'y sera pas, ce jour-là, trompée ! 
Même les assiettes seront de la partie en version cocotte colorée, fraises alignées ou citrons affichés, chaleureusement accueillie par un personnel aux petits soins pour une clientèle (le plus souvent) d'habitués. On ne saura pas dire ce qui des luminaires (David Emery) suspendus, des coins banquettes veloutés, des fauteuils cloutés ou des mini-trophées exposés, nous captivera le plus. Mais une chose est sûre c'est que vous ne pourrez résister !
Le millefeuille d'aubergines, tomates et mozza (le tout gratiné), merveilleusement onctueux, et le foie gras tranché, oignon confits et baguette toastée, nous iront droit aux papilles, de quoi chambouler les acquits de certains sourcilleux ! 
La côte de veau poêlée, épaisse et pas désossée, sa sauce aux Morilles, et son risotto au parmesan, d'un fondant décoiffant, le filet de bœuf tout en rigueur, issu de Bavière, bleu à cœur, ses pommes grenailles sautées, son émulsion au parmesan et truffe blanche, et les calamars entiers grillés (ô, les calamars), filet d'huile d'olive et citron, légumes croquants, captiveront les attentions sans toutefois faire sombrer dans l'addiction ! Et si, ici, on ne parlait pas desserts ce serait pêcher ! Le cheesecake à la vraie crème Philadelphia, son coulis de fraise, un phénomène fromager, prêt à vous faire chavirer, le tiramisù au café maison onctueusement concocté et la mousseline de caramel au beurre salé façon quenelle déclinée, n'engageront à l'évidence pas à la mélancolie mais plutôt à l'euphorie !
Notre dégustation de vins au verre : Maucaillou 3ème du nom - 2011 et Chardonnay père et fils - 2013.
Suggestions du jour : Entrées de 12 à 13 €. Plats de 25 à 28 €. Desserts 10 €. Carte : Entrées de 13 à 21 €. Salade 18 €. Poissons & viandes de 22,50 à 29,50 €. Fromages de 9 à 10 €. Desserts de 9 à
13 €.
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h30 et de 19h15 à 22h30.

Waknine
9, avenue Pierre 1er de Serbie
75 016 Paris
Tél. : 01 47 23 48 18
Note : 13,5/20


Le Café Bouillu - 75 006 Paris


Café bouillu, café « couillu » !

Il ne sera que de passer devant la façade pour comprendre que la Compagnie de Bretagne aura fait long feu et qu'un nouveau chef aurait pris le lieu à l'abordage ! 
Exit donc les tons gris souris et l'ambiance pêche revisitée, et bienvenue à des tons chauds beige, marron et orangé, liserets dorés, fauteuils de velours et banquettes de cuir, le tout agrémenté de portraits photo « suggestifs », ou de visage aux cheveux volatiles et colorés. Ce sera peu dire qu'ici tout aura été passé à la trappe ! La discrétion sera de mise, le cocooning s'imposera de fait et bien sourcilleux celui qui pourrait être amené à critiquer ! Mais, sait-on jamais ? Mes « confrères » me surprendront toujours ! Côté accueil, rien de délirant en soi mais une affabilité clean et mesurée ! 
Le chef, Fabrice Riallaud, un ancien de chez Costes, afféré dans sa cuisine vitrée (mais non ouverte), en barbe grisonnante affichée, se remarquera d'entrée de jeu, très entouré … Madame son épouse s'en ira vers d'autres cieux après un rapide passage part notre table. L'œuf mayo Café Bouillu revisité façon Fabrice, la tomate, sa Burrata, et le lobster spring rolls, un rouleau de printemps au homard, tout cela procédera d'une (très) belle inventivité, et d'un soin particulier … La (grosse) cocotte de pluma épaisse et rosée, ses pommes grenailles, la « tendresse » de bœuf Paris-Tokyo, un filet émincé, ses pommes de terre frites maison, et le carpaccio (une qualité maison déclinée en 19 versions différentes) en version Italienne et Thaï (puisque nous aurons droit à une seconde assiette offerte), s'inscriront dans le respect du produit et l'appréhension optimisée. 
La tarte fine aux pommes (pâte, beurre, sucre et pommes, une recette infaillible si l'on sait y faire), le fondant de Marylou, le cheesecake, et la panna cotta du jour aux fruits exotiques, Fabrice Riallaud, signera là l'un des meilleurs moments de sa partition !
Formules (du midi en semaine) 17 et 22 €. Plats de 12 à 26 €. Tartares de 18 à 17 €. Carpaccio de bœuf (2nd assiette offerte) 16 €. Desserts de 6 à 12 €.
Ouvert tous les jours, Brunch le dimanche.

Le Café Bouillu
9, rue école de Médecine (Saint-Germain)
75 006 Paris
Tél. : 01 46 34 19 41
Note : 13,5/20


mardi 25 novembre 2014

Le Rallye Etoile - 75 016 Paris


Petites ou grandes faims …

Une « banale » brasserie sur l'avenue Kléber n'aurait peut-être pas attiré votre attention, mais nous, sourcilleux comme pas deux, on aura approfondi l'investigation ! 
Mathieu Lacaze, Aveyronnais d'origine, le boss depuis seulement 1 mois et demi, celui là même qui nous lancera que la carte serait en pleine « révolution » et que (tous) les produits seraient frais, Mathieu, disais-je, d'une gentillesse sans égal, nous campera ses objectifs et autres convictions ! Le décor ne fera pas dans la grande originalité, certes, mais, ici, l'essentiel ce sera l'assiette ! Le tartare d'avocat et crabe, tout en naturel, l'œuf mayo et le tartare de saumon fumé au couteau, impeccablement envisagé, surprendront et, en aucune façon, ne décevront ! Le tartare de bœuf, ses frites maison, l'escalope panée de veau, ses linguine, et les noix de Saint Jacques rôties au naturel, rien ne flanchera et l'on se prendra à admirer un savoir-faire indéniablement révélé. Mathieu exposera sa stratégie issue d'une vieille tradition de famille, une famille qui n'en serait, semble-t-il, pas à son coup d'essai ! La tarte Tatin de poire impeccablement appréhendée, goûteuse et sensitive, la simple crème caramel, la crème brûlée et le café gourmand, tout cela frisera le bluffant !
Notre dégustation de vin : Beaujolais Village - Domaine des Dames du Chapitre - Jean Pinau- Primeur - 2014.
Menu 14,90 €. Menu enfant 10 €. Planche de charcuterie 15 €. Les salades de 12 à 14,50 €. Les burgers 15 €. Coup de cœur de 4 à 22 €. Plats de 13,50 à 16 €. Desserts de 5 à 6,50 €.
Ouvert tous les jours, service continu de 7h à 2h. Happy Hours 17h-21h.

Le Rallye Étoile
74, Avenue Kléber
75 016 Paris
Tél. : 01 47 27 13 58

Note : 12,5/20

Le Mesturet - 75 002 Paris


Un mauvais garçon ?

Puisant ses « racines » dans le quartier de la bourse vers 1883, cette « auberge de ville », créée par Alain Fontaine, saura allier depuis 2003 l'authenticité et la créativité. Le « fait maison » (objet d'un vaste débat) prendrait ici toute sa signification et, à entendre la rumeur, les produits frais et le savoir-faire d'un chef, Régis Féve, n'y serait, semble-t-il, pas étrangers ! Le « secret » d'Ewa et Alain Fontaine, des fournisseurs et des producteurs de (grande) confiance avec lesquels ils fonctionneraient depuis des années, gages d'une « traçabilité » indiscutable ! 
Côté déco, les lustres « cul de bouteille », les tonneaux, les casiers à vins, les chaises bistrots et les inévitables séparations de bois et verre ciselé, tout cela campera une ambiance bistrot « canaille » sans équivoque ! La terrine de faisan aux figues, sa gelée de Pineau des Charentes et celle de foie gras de canard des Landes en mi-cuit, son chutney de coing au Sauternes, pain grillé aux noix, outre une extrême générosité, dévoileront une réelle opiniâtreté côté saveurs et une séduction indéniable. Le civet de chevreuil, pommes grenailles, le filet de canette de Barbarie rôtie aux pleurotes, gâteau de topinambours au miel et aux épices, et le tartare au couteau déconcertant de justesse et de finesse, il n'en faudra plus rajouter, car, sinon, on risquerait d'y prendre goût et de renouveler ! La coupe de pruneaux, glace à l’Armagnac, pain d'épices artisanal, simplement bonne, le « véritable » Paris-Brest, sa crème pralinée, un géant au cœur tendre, et le Mesturet, un flan de potimarron au Rhum, sa fleurette légère aux spéculoos, nous combleront de leurs généreuses attentions !
Notre dégustation de Champagne et de vins au verre : Champagne Bochet-Lemoine Brut - Cuvée Sélectionnée. Sauternes Clos le Comte - Cuvée Céline et Macon Milly Lamartine de chez Eloy.
Suggestions du jour de l'aubergiste de 8,90 à 17,10 €. Formules 26 et 31,50 €. Carte : Entrées de 8,90 à 17,10 €. Plats de 17,10 à 17,50 €. Plats de grand-mère 17,10 €. Plats végétariens 17,10 €. Les fromages de 8,90 à 9,40 €. Les desserts de 8,90 à 9 €.
Ouvert 7j/7 en continu pour le restaurant de 12h à 23h et pour le bar de 7h30 à 23h.
Maître Restaurateur.

Le Mesturet
77, rue de Richelieu
75 002 Paris
Tél. : 01 42 97 40 68
Note : 13/20


dimanche 23 novembre 2014

Hotel Vernet ***** - 75 008 Paris


L'élégance à la Française

D'un hôtel au charme du passé bien affirmé, proche des Champs-Élysées et de l'Arc de Triomphe, François Champsaur, architecte d'intérieur de son état, aura rendu, là, hommage à une véritable élégance à la Française tout en lui conservant cet aspect Haussmannien initialisé en 1930 par Albert-Joseph Sélonier. Portes électriques en dérobée, poignées dorées en V surdimensionnées, alliance de style design et classique, de lignes épurées et de tons raffinés, mise en exergue de la noblesse des matières utilisées, le tout mis en scène sans ostentation aucune, preuve s'il en est la fresque de Jean-Michel Alberola dans le bar jouxtant la coupole signée Gustave Eiffel.
Les suites 103 et 104 seront nos « demeures » de quelques nuitées, un saut d'ascenseur (celui d'origine « revisité ») nous hissera, avec nos effets, par delà une moquette façon parquet. Un clic et nous voilà propulsés en deux espaces « liés » par une porte communicante histoire de révéler prés de 70 m² de calme et de pure volupté ! Le bois s'imposera du dressing (son mini bar en tiroir dissimulé et son coffre-fort) aux portes cloisons incurvées façon pétales de fleurs non fanées, et aux têtes de lit en panneaux ciselés ! 
Quelques originalités comme ces tables de chevet « encordées », ces luminaires façon casque de conquistador doré et puis, histoire de passer de belles nuits à rêver, un lit King Size en version optimisée. Coussins à profusion, plaids en laine de chez Arpin, voilages Pierre Frey en coton bio pour les écolos, plateau de courtoisie et salle de bains aux finitions de bois, de marbre et de mosaïques, marqueront d'une empreinte bien affirmée la belle personnalité de cet espace alliant le charme du passé aux exigences d'aujourd'hui. Un petit déjeuner sur chariot nappé, jus d'orange pressé, pan cake, sirop d'érable, viennoiseries fraîches du matin (et maison), thé ou café, confitures et miel Hédiard, beurres d'Echiré, vous engagera en une radieuse journée ...

Hôtel Vernet*****
Paris - Champs-Élysées
By Bessé Signature
25, rue Vernet
75 008 Paris
Tel. : +33 (0)1 44 31 98 00
Note : 16/20


Le V - 75 008 Paris


Aucune chance de nous décevoir !

Comment résister aux charmes non outranciers de cet hôtel discret qui se sera refait une beauté (d'Octobre 2013 à Mars 2014) avec révélation de sa nouvelle « garde robe » en chambre junior-suite et suite déclinée ? 
En accédant à l'historique verrière (demeurée inchangée) dominant la salle (de restauration) revisitée en banquettes de cuir vert olive ou bleu outre-mer, moquette « microbienne », appliques de cuivre torsadées, et toiles contemporaines affichées, le domaine d'un chef, Richard Robe, queue de cheval « emballé » œuvrant derrière sa vitrine en cuisine isolée. L'excellentissime bouquet de légumes de saison, navet, céleri, carotte, salade et jus réduit de viande, sa tartine d'os à moelle émincé toute en saveurs révélées, le carpaccio de langoustine, agrumes et avocat aux fruits de la passion, en damier dévoilé, puissance et dextérité, et les ravioles de châtaignes, lard croustillant et crème de panais, que voilà une bluffante entrée en matière digne des plus grands talents. 
La sole de Bretagne sur arête, beurre fondu et câpres, ses légumes du moment croquants, idéalement saisie, la tourte de canard sauvage au foie gras, cuisse confite et fricassée de champignons, impérialement concoctée et le risotto Carnarolli, calamars, encre de sèche et parmesan, onctueusement interprété, n'auront aucune chance de nous décevoir ! L'assiette de fromages Sainte Maure, Ossau Iraty un fromage de brebis du Pays Basque, et Brie de Meaux, combleront les plus exigeants en matière de produits laitiers et fermiers. 
Très léger bémol toutefois (toute proportion gardée, il s'entend) pour l'Opéra au chocolat et orange, son sorbet Campari, l'ananas façon Pina Colada, lait de coco et perles du Japon et la figue rôtie, crumble à l'amande et panna cotta à la vanille, qui n’opéreront pas la même magie ! L'absence (pour congés de maternité) de la chef pâtissière expliquera certainement que cet instant si délicieux ne se terminât en apothéose !
Notre dégustation de vins au verre : Cuvée Maria - Domaine Saint Nicolas - Fiefs Vendéens – 2004, et Gigondas - Domaine Grand Romane - Vieilles Vignes - 2010.
Déjeuner (en 1h) 39 €. Carte : Entrées de 14 à 23 €. Poissons de 24 à 36 €. Volailles & viandes de 25 à 30 €. Fromages & desserts de 10 à 15 €.
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 14h et de 19h30 à 23h.

Restaurant le V
Hôtel Vernet*****
Paris – Champs-Élysées By Bessé Signature
25, rue Vernet
75 008 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 31 98 00
Note : 14,5/20


L'Art Culinaire de Saint-Germain - 75 006 Paris



On saura le faire savoir !

C'est à un jeune « routard » de la gastronomie, en outre déjà propriétaire du Nicolas Flamel dans le 3ème arrondissement, que nous devrons cette toute nouvelle enseigne de la bistronomie au cœur du (vieux) Saint-Germain-des-Près, côté Odéon, et marché. 
Façade vert tendre, vieux parquet, comptoir zingué ciselé, par opposition aux lustres façon araignée « illuminée », papier mural psychédéliquement traité, tons noirs et blancs, et chaises métalliques adossées, une alliance de l'ancien et du design (très) heureusement appréhendée qui nous ira droit aux sens. 
Le chef et propriétaire Allan Géaam, s'imposera avec une cuisine toute en finesse et subtilité ! La Buratta crémeuse, émincé de betterave, mini figues en quartier, et filet d'huile d'olive, merveilleuse et (très) prêteuse, le foie gras façon opéra, gelée de coing et pomme Granny Smith, en onctuosité affichée, et le raviole de veau et pickles, voluptueusement « embrassé » d'une émulsion de Butternut, il faudrait être fou pour ne pas apprécier ! 
Le filet de bœuf, champignons en solitaires, le turbot simplement poêlé, son risotto, ses palourdes, impérialement interprété (presque aussi bien que chez Ducasse), et le Pot au Feu (du jour) revisité par Mehdi, ses navets, carottes et autres pommes de terre, une version impertinente d'un plat tout en tradition, comment ne pas succomber ? 
Le plateau de fromages de chez Sanders (du marché d'à côté), tout en sobriété, chèvre frais, Fourme d'Ambert, Tome au piment d'Espelette et l'Escadut frotté au Jurançon, ne sera alors plus qu'une formalité et ce ne sont pas les desserts conçus par Marius Dufay, le pâtissier, qui démentiront cette impression de jolie perfection ! Le chocolat-praliné, le sablé brisé Yuzu et meringue déstructurée, et le sablé fromage blanc, fruit de la passion, et ananas, forceront le respect !
Bravo, Messieurs, on saura le faire savoir !
Notre dégustation de vins au verre : Mercurey - Domaine de la Framboisière - 2012 et Chablis - William Fèvre - 2013.
Formules menu du jour 22 et 28 €. Carte : Entrées de 12 à 16 €. Plats de 20 à 28 €. Desserts et fromages de 10 à 12 €.
Ouvert du lundi au samedi midi et soir.

L'Art Culinaire de Saint-Germain
2, rue Clément
75 006 Paris
Tél. : 01 43 25 77 66
Note : 14,5/20


Broadway Café - 78 000 Versailles


Broadway, on arrive !

Ce sera la version U.S de chez Mosbeh (le Capri situé juste à côté) à l'entrée du marché aux antiquaires, et face au « carré des halles », plutôt New-yorkais d'ailleurs, côté Broadway ! Marylin, John Wayne, Humphey Bogart, James Dean auront fait le déplacement rien que pour agrémenter l'ambiance toute de rouge et bleu illuminés, de pierre sèches plaquées, et de banquettes écarlates alignées …
L'assiette « découverte », chicken wings, quesadilla, oignons wings, guacamole pimenté, chips et sauce pico di gallo, fera l'unanimité et il ne sera que de l'observer dix minutes après pour comprendre le sort qui lui aura été jeté ! 
Le Mexican Burger, steak haché grillé, buns, salade, oignons, cornichon, guacamole, et Cheddar, tout comme le Broadway Burger, steak haché grillé, buns, oignons poêlés, Cheddar, bacon, salade, cornichons et œuf à cheval, présentés à « plat » et non superposés, verseront dans le bien appréhendé et la jolie générosité ! Un petit plus appréciable, et apprécié histoire de se démarquer. Côté desserts, la tarte aux pommes servie tiède, le cheesecake, sans coulis de fruits rouges et le cookie, boule de glace et chocolat chaud, se laisseront déguster sans réticence aucune. Pas de quoi vous démoraliser !
Entrées de 5,50 à 26 €. Salades de 10,50 à 13,50 €. Pizzas de 8,50 à 12,50 €. Pâtes de 9,50 à
11,50 €. Viandes de 13 à 16,50 €. Burgers de 10 à 18 €. Spécialités Tex-Mex de 12 à 16 €. Sandwichs de 8 à 10 €. Club sandwichs de 11 à 14,50 €. Bruschetta et salade verte de 9,80 à
10,50 €. Fromages 4,50 €. Desserts de 4,80 à 7 €. Glaces de 3,30 à 8,50 €. Milk-shake 9,50 €. Menu enfant 10,50 €.
Ouvert tout les jours 11h à 15h30 et de 18h à 23h30, service continu le week-end.

Broadway Café
Place du Marché Notre Dame
78 000 Versailles
Tél. : 01 39 53 90 01

Note : 12,5/20

Renaissance Paris Hippodrome de St Cloud ***** - 92 500 Rueil-Malmaison


Une perfection toute en discrétion

L'hippodrome de Saint Cloud, le Paris Country Club et, depuis quatre mois, un hôtel de style (Anglo)Normand, voilà campé un décor sans ambiguïté ! Le bucolique et le champêtre, quoi de plus « vendeur » en somme pour attirer ici une clientèle d'hommes d'affaires, de politiques en mal de zénitude, et d'amoureux transis ? 
Le jour de notre arrivée, les caméras de BFM TV camperont à l'entrée du domaine (hyper) bien sécurisé. Mais les « vedettes », ce jour-là, joueraient ballon rond en version Paris-Saint-Germain. On se croirait, il est vrai, plutôt du côté de Deauville qu'en banlieue Parisienne ! Ici, nulles planches, seul l'hippodrome sera en mesure de nous donner la réplique ! Un bagagiste zélé, un chariot avancé, deux cartes magnétiques en poche, et nous voici hissés au second étage, à la 206, une triple (très) raisonnable de quelques 29 m² décorée par Jean-Philippe Nuel. Têtes de lits (king zise) de cuir caramel, literie généreuse et pas bêcheuse, fauteuil cellier (ou Bentley, ce sera selon), moquette « rayée tennis », pouf façon cheval d'Arçon, fer et planche à repasser, mini bar et vue sur l'hippodrome (presque) à l'infini … 
Une vision de l'hôtellerie parfaitement appréhendée avec le soucis d'une certaine perfection toute en discrétion. Car, ici, soyez-en certain vous ne serez pas livré aux féroces appétits des paparazzis ! Ce n'est d'ailleurs pas anodin si Airbus et son P.D.G, ou la délégation Japonaise et son premier Ministre, auront opté pour ce lieu à seulement deux entrées et donc sans réel danger (là, on friserait le film d'espionnage).
Rassurez-vous, la sécurité est l'une de leurs priorités ! Sébastien Géa, le directeur, veillera à votre quiétude tout autant que votre bien-être et ce n'est pas l'aspect petit déjeuner copieux et inventif, œufs brouillés, bacon grillés, pains céréales, viennoiseries et café qui vous démoralisera, loin s'en faut ! Et si l'envie vous prenait d'aller à Paris vous balader, ou pour un contrat à signer, sachez que cinq Autolib bleues avec 250 km d'autonomie (et borne de recharge dans Paris) sont prêtes, dans le garage, jour et nuit, à vous y mener …

R Renaissance Paris Hippodrome de St Cloud Hôtel*****
123, rue du Lieutenant-Colonel de Montbrison
92 500 Ruiel-Malmaison
Tél. : +33 (0)1 47 77 64 64
Pour les séminaires et banquets : +33 (0)1 40 99 88 30 ou
Pour les réservations individuelles : +33 (0)1 80 04 70 26 ou
Facebook.com/RenaissanceParisStCloud @RentParisStCloud Renhotels.com
Note : 15/20


mardi 18 novembre 2014

Espace Marion Bürklé - 06 250 Mougins



La femme éternelle ...

Tout à la fois architecte du corps féminin, artiste et sculpteur, Marion Bürklé réalise ses sculptures soit en bronze, soit en époxy/carbone haute résistance (une résine fiabilisée) capable sous ses mains expertes, et selon ses émotions, de façonner pureté des lignes, magie des formes et femme dénudée aux courbes parfaites qui « définissent » ses œuvres.
La « femme éternelle » représenterait son thème favori !
Une puissante présence sensuelle dans l'œuvre de Marion Bürklé en ferait tout le charme et l'on aura tendance à y observer autant de points de vision qu'il y aurait de points dans son propre espace.
A l'entendre on serait à même de l'imaginer telle une évasion aux confins de la féminité voluptueuse, si ce n'est étonnante.
Sa ligne de bijoux s'inspirerait du même thème, et l'on pourrait en déduire aujourd'hui, qu'elle serait avec son prix « Marina Picasso », au diapason de son art.
Une expression qu'elle affectionnerait tout particulièrement …
Expos permanentes à Cannes chez Lamborghini /Aston Martin, à l'Hôtel Majestic/Cannes Croisette, à Mougins au Mas Candille et au Musée d'Art Classique.

Espace Marion Bürklé
21, rue des Lombards
06 250 Mougins Village - France
tél. : 33 (0)6 82 81 67 91
Youtube Video Marion Bürklé / Facebook Marion Bürklé






dimanche 16 novembre 2014

L'Alcazar - 75 006 Paris



Blind love …

Une Marylin tournoyante, un Warhol pivotant, un Jimmy Hendrix rugissant, un énorme pot d'orchidées blanches, des banquettes de velours mauve en box étirées, des tables rondes ou carrées immaculées, des colonnades en rang serré et des miroirs alignés et inclinés histoire de vous restituer une image fidèle à la réalité, il ne nous en faudra pas plus pour affirmer que cette ambiance là représente une (belle) exception ! 
Le foie gras de canard maison, tranché épais, son chutney de pomme, tout en identité affirmée, l'œuf poché en cocotte, cèpes et foie gras, un doux souvenir de notre enfance, et le tataki de saumon d’Écosse Label Rouge au sel fumé et gingembre, d'une justesse redoutable, sa quenelle de wasabi, ne nous pousseront pas à l'excès mais, plus simplement, à savourer ! Le thon mi-cuit au pavot, champignons et pousses d'épinard, nickel chrome, le coquelet en crapaudine, moelleux et savoureux, et le fish and ships, ses frites, sa Béarnaise maison, le meilleur de Paris, s'afficheront en panavision comme dans la cour des grands ! Décidément, Guillaume Lutard, vous êtes un chef bien inspiré ! 
Le Saint-Marcellin cœur coulant et le Stilton, poire marinée et eccles cakes, feront œuvre de bienséance, et de prépondérance. Une assiette sonnante et trébuchante (échappée des mains d'une serveuse), nous rappellera à l'ordre, ne pas exagérer et savourer ! Le baba au Rhum, crème fouettée, le long millefeuille (pas vraiment tranquille) à la crème vanille Bourbon, le moelleux mi-cuit au chocolat, sa glace vanille (à température idéale) et l'éclair en version vanille et chocolat, s'inscriront dans l'excellence, celle de Romuald Bizart, un chef pâtissier très doué.
Notre dégustation de vin : Meursault - Château de Citeaux - 2011.
Menu découverte (incluant boisson & café) 1 plat 12 € / 2 plats 31 € / 3 Plats 40 €. Menu 44 €.
Carte : Entrées de 11 à 16 €. Plats de 18 à 70 €. Dessert 11 €. Brunch 28 €.

Restaurant L'Alcazar
62, rue Mazarine
75 006 Paris
Note : 15/20